Tarceva homologué dans l'UE pour le traitement du cancer du poumon

Des milliers de patients souffrant de cancer bronchique peuvent désormais espérer vivre mieux et plus longtemps grâce à Tarceva, nouveau traitement homologué aujourd'hui dans toute l'Union européenne et destiné aux malades souffrant de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) localement évolué ou métastatique, après échec d'au moins une chimiothérapie.

Tarceva (erlotinibe) s'est avéré entraîner non seulement une amélioration impressionnante de la survie, de 42,5%, mais aussi une régression des symptômes et une amélioration de la qualité de vie chez des patients atteints de NSCLC, forme la plus courante de cancer du poumon. L'homologation de Tarceva représente une avancée importante dans la lutte contre cette maladie mortelle, qui fait une victime toutes les 30 secondes dans le monde (1) et pour laquelle on ne dispose actuellement que d'un nombre très limité d'options thérapeutiques.

William M. Burns, CEO de la division Roche Pharma, a déclaré à ce propos: "Tarceva fait progresser le traitement du cancer du poumon en offrant aux patients une survie non seulement plus longue, mais aussi de meilleure qualité. Son approbation par les autorités de l'Union européenne témoigne de notre engagement indéfectible dans le domaine de la recherche sur le cancer, par lequel nous nous efforçons d'améliorer la santé et la qualité de vie des patients atteints de cette terrible maladie."

Pris sous forme de comprimé une fois par jour par voie orale, Tarceva est le seul inhibiteur de l'EGFR à avoir fait preuve d'un bénéfice en termes de survie lors de cancer du poumon. Actuellement, la plupart des patients avec cancer du poumon sont traités par chimiothérapie, dont les effets toxiques peuvent être très handicapants. Tarceva agit différemment de la chimiothérapie en ce sens qu'il ne s'attaque qu'aux> cellules tumorales, ménageant ainsi le reste de l'organisme.

Le Dr Giuseppi Giaccone, VU Medical Center, Amsterdam, a ajouté: "Bien que faisant le plus grand nombre de victimes, le cancer du poumon est souvent négligé. En effet, plus de 50% des patients présentant cette affection cancéreuse ne reçoivent, en Europe, aucun traitement de seconde ligne. Avec l'homologation de Tarceva, les médecins disposent désormais d'une réelle alternative à la chimiothérapie."

Une étude aux résultats convaincants

L'homologation de l'UE se fonde sur une étude pivot de phase III (NCIC-CTG BR.21) publiée récemment dans le New England Journal of Medicine (NEJM). (2) Cette étude, à laquelle ont participé 86 centres dans 17 pays, a été menée par le National Cancer Institute of Canada Clinical Trials Group de la Queen's University. Elle a porté sur 731 patients atteints de NSCLC évolué ayant progressé après une chimiothérapie de première ou seconde ligne. L'étude a comparé une monothérapie par Tarceva à l'administration d'un placebo.

Les principaux résultats ont été les suivants:
- l'administration de Tarceva à des patients atteints de NSCLC évolué s'est traduite par une survie significativement plus longue par rapport à celle observée sous placebo, soit 6,7 mois contre 4,7 mois, ce qui représente une amélioration de 42,5%;
- 31% des patients recevant Tarceva étaient en vie à un an contre 22% des patients du groupe placebo;
- Tarceva a permis de contrôler ou de stabiliser significativement plus longtemps les symptômes du cancer du poumon tels que toux, dyspnée et douleur;
- les patients sous Tarceva ont également bénéficié d'une meilleure qualité de vie et d'une amélioration de leurs capacités physiques par rapport aux patients sous placebo;
- les avantages de Tarceva ont été constatés chez un large éventail de patients.

A propos de Tarceva

Tarceva est une petite molécule expérimentale qui cible la voie de signalisation du récepteur du facteur de croissance épidermique humain (EGFR). L'EGFR, également appelé HER1, est un élément clé de cette voie de signalisation, qui est impliquée dans la formation et le développement de nombreux cancers. Tarceva inhibe la croissance des cellules tumorales en bloquant l'activité de la tyrosine kinase de la voie de signalisation de l'EGFR au sein de ces cellules.

Tarceva est actuellement évalué au sein d'un vaste programme de développement clinique mené à l'échelon mondial dans le cadre d'une alliance conclue par OSI Pharmaceuticals, Genentech et Roche. Chugai est responsable du développement du produit et de son homologation pour le marché japonais. Aux Etats-Unis, Tarceva est commercialisé par Genentech.

A propos de Roche

Roche, entreprise de santé dont le siège est à Bâle, Suisse, figure parmi les leaders mondiaux dans les secteurs pharmaceutique et diagnostique. Ses produits et services novateurs trouvent leur application dans le dépistage précoce, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies, et contribuent en tant que tels à améliorer la santé et la qualité de vie de l'individu. Fortement axée sur la recherche, Roche est l'un des leaders mondiaux sur le marché des produits pour diagnostic et le premier fournisseur de médicaments destinés aux domaines de la cancérologie et de la médecine de transplantation. Roche occupe également une position de premier plan en virologie. En 2004, le chiffre d'affaires de la division Pharma s'est élevé à 21,7 milliards de francs suisses, la division Diagnostics ayant quant à elle réalisé un chiffre d'affaires de 7,8 milliards de francs suisses. Roche emploie quelque 65 000 personnes dans 150 pays. Elle entretient des liens de R&D et a conclu des alliances stratégiques avec de nombreux partenaires; elle détient notamment une participation majoritaire dans Genentech et Chugai. Pour de plus amples informations sur le groupe Roche, consulter son site internet (www.roche.com).

Tous les noms de marque mentionnés dans le présent communiqué de presse sont protégés par la loi.

Informations complémentaires
- Roche en oncologie: www.roche.com/pages/downloads/company/pdf/mboncology05f_b.pdf
- Le cancer du poumon: www.lungcancercoalition.org/cancer_facts.html

Bureau des médias pour le groupe
e-mail: basel.mediaoffice@roche.com
- Baschi Dürr
- Alexander Klauser
- Daniel Piller (responsable du bureau des médias pour le groupe)
- Katja Prowald (responsable de la communication scientifique)
- Martina Rupp