ABONNEZ VOUS
Qui sommes-nous? Contacts Nos autres sites Recommander ce site Google+ facebook
La gazette du laboratoire
Recherche par mot clé / Search by keyword
S'abonner à la e-lettre de la gazette
S'abonner aux infos nouveautés
 Produits et Sociétés

Infos Nouveautés WEB
Galerie produits
La E-lettre
LABORATOIRE.COM
Formations
White papers Octobre 2014
Applications vidéos

 Actualités

Les titres du mois
La E-gazette
Les brèves
Les offres d'emploi
Appels d'offres

 Utiles

Annuaire des fournisseurs
Calendrier des manifestations
Calendrier des webinaires
Petites Annonces
Infos financement / Bourses
Les archives de la Gazette
Où rencontrer la Gazette
Liens professionnels

 

 

 

Accueil / Les brèves / Trophos annonce les résultats de son essai de phase 3 de l’olesoxime dans la Sclérose Latérale Amyotrophique

Saisissez votre mot clé :  
Consulter les archives des brèves

Envoyer un communiqué

   
 

2011-12-13 
Trophos annonce les résultats de son essai de phase 3 de l’olesoxime dans la Sclérose Latérale Amyotrophique

Marseille, le 13 décembre 2011 Trophos SA annonce aujourd’hui les résultats de l’étude de phase 3 de l’olesoxime, son principal candidat médicament, sur 512 patients atteints de Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA). L’olesoxime n’a pas montré d’augmentation significative de la survie versus placebo chez des patients traités par riluzole (Rilutek (R)). Un effet a été observé sur la fonction des patients, mesuré par l’échelle de notation fonctionnelle ALSFRS-R. L’olesoxime a par ailleurs été très bien tolérée.

Suite à la réception de ces résultats, Actelion a informé Trophos de sa décision de ne pas exercer son option exclusive d’achat, selon l’accord d’option d’achat signé entre Trophos et Actelion en juillet 2010 (voir communiqué d’Actelion du 13 décembre 2011).

Trophos poursuit ses programmes en cours, et dispose de fonds lui permettant de continuer ses activités au moins jusqu’à fin 2013.
Ses programmes incluent :
- Une étude pivot (en cours) de l’olesoxime dans l’Amyotrophie Spinale (AS) dont les résultats sont attendus pour le second semestre 2013 ;
- Une étude de preuve de concept de phase 2a (en cours) de sa molécule cardioprotectrice TRO40303 sur les lésions d’ischémie-reperfusion cardiaques (IM), dont les résultats sont attendus avant la fin de l’année 2012 ;
- Un projet d’étude de preuve de concept de phase 2 de l’olesoxime dans la progression de la sclérose en plaques (en fonction des financements futurs) ;
- Une collaboration de recherche avec Actelion durant laquelle Trophos crible et caractérise des molécules appartenant à Actelion grâce à sa technologie de tests SNC (système nerveux central) propriétaire.

Dans cette étude de phase 3, l’incapacité de l’olesoxime à montrer de meilleurs résultats que le riluzole sur la survie des patients atteints de SLA s’explique sans doute par le fait que, au moment du diagnostic, la maladie est déjà trop avancée et progresse trop rapidement pour que les effets de l’olesoxime par rapport au riluzole soient détectés. En effet, dans le modèle SLA le plus répandu, plus de 50 pour cent des neurones moteurs et des connexions neuro-musculaires ont déjà été perdus au moment où les premiers symptômes apparaissent. Pour l’Amyotrophie Spinale de type 2 et 3 sur laquelle l’olesoxime est également testée, la progression de la maladie est différente : elle est plus lente, et dure des années. Dans le cas de la sclérose en plaques, la dégénérescence neuronale induite par le développement de la maladie ne survient qu’après l’apparition des symptômes.

« Les résultats de cette étude sur la Sclérose Latérale Amyotrophique sont décevants, surtout pour la communauté des patients atteints d’ALS, qui ont un besoin urgent de nouvelles thérapies pour prolonger leur survie et leurs capacités. Nous sommes profondément fiers d’avoir travaillé avec ce groupe de patients et avec nos partenaires internationaux du projet MitoTarget sur cette étude essentielle, remarquablement bien menée », déclare Damian Marron, Président du Directoire de Trophos.
« Nous restons convaincus du potentiel de nos molécules de cholestérol-oxime, modulateurs du pore de la mitochondrie. Nous avons les financements nécessaires pour poursuivre le développement de Trophos au moins jusqu’à fin 2013, et nous pourrons ainsi continuer à travailler sur nos autres programmes, qui répondent à des besoins médicaux dans des maladies orphelines ou de niche, sans aucun traitement à l’heure actuelle. »

Détails de l’essai

Cette étude de 18 mois a été réalisée en groupes parallèles, randomisés, en double-aveugle versus placebo, afin d’évaluer l’efficacité et la tolérance de l’olesoxime versus placebo chez des patients traités par riluzole. Cet essai a été mené sur 512 patients diagnostiqués SLA depuis 6 à 36 mois avant le recrutement et recevant le traitement standard. L’olesoxime a été administrée par voie orale en une dose unique quotidienne de 330 milligrammes.

L’olesoxime n’a pas montré d’effets significatifs sur le critère principal de survie après 18 mois de traitement par rapport au riluzole. Un effet a été observé sur le second critère de mesure ALSFRS-R sur une analyse pré-spécifiée après 9 mois de traitement. L’olesoxime a été très bien tolérée, avec un profil d’effets secondaires similaire à celui du riluzole plus placebo. Les résultats complets seront publiés en temps voulu dans des publications scientifiques et lors de congrès.

Cet essai a eu lieu dans 15 centres en France, en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Belgique et en Espagne, et fait partie de MitoTarget (Convention de subvention n° : HEALTH-F2-2008-223388), un projet collaboratif de 3 ans, pour lequel la Commission Européenne a accordé un budget d’environ 6 millions d’euros.

À propos de l’olesoxime

L’olesoxime est le principal candidat médicament issu des nouvelles classes de molécules brevetées par Trophos, modulateurs du pore de la mitochondrie. Les études pré-cliniques ont montré que l’olesoxime favorise la fonction et la survie des neurones et d’autres types de cellules placées en condition de stress pathologique, de par leurs interactions sur le pore de transition membranaire de la mitochondrie (mPTP).

L’olesoxime fait l’objet d’une étude pivot d’efficacité et de tolérance dans l’Amyotrophie Spinale, essentiellement financée par l’AFM, Association Française contre les Myopathies (voir communiqué de presse du 15 octobre 2010), dont les résultats sont attendus au second semestre 2013. L’olesoxime est prête à entrer en développement de phase 2 dans la sclérose en plaques.


À propos du TRO40303 et des lésions d’ischémie-reperfusion cardiaques

L’utilisation des thrombolytiques et de l’angioplastie au ballonnet pour rapidement reperfuser le tissu cardiaque en oxygène après un infarctus a fortement réduit la morbidité et la mortalité. Paradoxalement, près de 50 pour cent des dommages du tissu cardiaque après un infarctus sont dus à une réoxygénation entraînant une production d’espèces réactives à l’oxygène au moment où la respiration et la production d’énergie sont réactivées par la mitochondrie. Le mécanisme d’action du TRO40303 implique la prévention de la transition de perméabilité mitochondriale induite par le stress, une cible impliquée dans les lésions d’ischémie-reperfusion cardiaques. Sur un modèle d’infarctus du myocarde, l’administration du TRO40303 au moment de la reperfusion a diminué de manière significative la taille de l’infarctus. Ce programme innovant a été financé à hauteur de 1 million d’euros par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), dans le cadre du projet « IRIstop » (voir communiqué de presse du 28 février 2008).

Le TRO40303 a terminé avec succès une étude de phase 1 qui visait à évaluer la sécurité, la tolérance et la pharmacocinétique du TRO40303, injecté par voie intraveineuse en escalade de doses uniques, à différents taux versus placebo, chez 72 volontaires sains. Les résultats ont montré que le TRO40303 peut être administré en toute sécurité chez l’homme par voie intraveineuse à des doses pharmacologiquement actives. Trophos a présenté la totalité des résultats de cette étude lors du congrès de la Société Européenne de Cardiologie qui s’est tenu du 27 au 31 août 2011 à Paris (Schaller et al., ESC 2011 Paris, N88427, Phase 1 clinical trial of TRO40303, a new mPTP inhibitor for reducing reperfusion injury).

L’étude de phase 2 en cours du TRO40303 fait partie du projet collaboratif MitoCare sur la médecine translationnelle, mené par Trophos (Convention de subvention n° : Health-2010-261034). La Commission Européenne a attribué une subvention de 6 millions d’euros à ce consortium international d’une durée de 2 ans et demi.

À propos de Trophos SA – www.trophos.com

Trophos SA est une société pharmaceutique qui développe des thérapies innovantes jusqu'à leur validation clinique dans des indications en neurologie et cardiologie qui n'ont pas encore de traitements efficaces. La société dispose d’une plateforme technologique innovante, basée sur des composés chimiques brevetés dérivés du cholestérol-oxime, qui génère des candidats médicaments. Son principal produit, l'olesoxime (TRO19622), est en étude pivot d’efficacité dans l’Amyotrophie Spinale (essentiellement financée par l’AFM, Association Française contre les Myopathies). Son second produit, le TRO40303, est en développement clinique de phase 2 dans le traitement des lésions d’ischémie-reperfusion cardiaques (dans le cadre du projet MitoCare financé par l’Union Européenne). Les molécules de Trophos augmentent le fonctionnement et la survie des cellules stressées par la modulation de la dysfonction mitochondriale, en interagissant avec le pore de transition membranaire de la mitochondrie (mPTP). Les études cliniques publiées récemment soutiennent le rationnel thérapeutique de médicaments ciblés sur la mitochondrie. Trophos est particulièrement bien positionnée pour exploiter cette approche thérapeutique innovante.

Trophos a été créée en 1999 et ses locaux sont situés à Marseille. La société emploie actuellement 37 collaborateurs.


Contact media et analystes
Andrew Lloyd & Associates
Andrew Lloyd / Céline Gonzalez
allo@ala.com /
celine@ala.com

 
     

 


Retour

 

 

Tél : +33 4 77 72 09 65
Email : gazettelabo@gazettelabo.fr

Mentions légales
© 2011 la gazette du laboratoire, All rights reserved