ABONNEZ VOUS
Qui sommes-nous? Contacts Nos autres sites Recommander ce site Google+ facebook
La gazette du laboratoire
Recherche par mot clé
S'abonner à la e-lettre de la gazette
S'abonner aux infos nouveautés
 Produits et Sociétés

Infos Nouveautés WEB
Galerie produits
La E-lettre
L'HYBRIDE
Formations
White papers
Applications vidéos

 Actualités

Les titres du mois
La E-gazette New
Les brèves
Les offres d'emploi
Appels d'offres

 Utiles

Annuaire des fournisseurs
Calendrier des manifestations
Calendrier des webinaires New
Petites Annonces
Infos financement / Bourses
Les archives de la Gazette
Où rencontrer la Gazette
Liens professionnels

 

 

 

Accueil / Les brèves / Une étude franco-italienne démontre le lien entre la durée de gestation, le mode d’accouchement et la variation de l’épaisseur de la ligne dentaire néonatale

Saisissez votre mot clé :  
Consulter les archives des brèves

Envoyer un communiqué

   
 

2012-03-13 
Une étude franco-italienne démontre le lien entre la durée de gestation, le mode d’accouchement et la variation de l’épaisseur de la ligne dentaire néonatale

Une étude franco-italienne menée par Clément Zanolli1, docteur du laboratoire « Histoire naturelle de l’Homme préhistorique » du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN/CNRS), et impliquant également le Musée Pigorini de Rome (Italie), l’équipe de génétique des populations humaines du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN/CNRS) et l’Université de Poitiers, démontre l'influence de facteurs intimement liés à la variation de la durée de gestation sur le degré d'expression de la ligne néonatale. Cette étude a été publiée en décembre 2011 dans la revue Human Biology.
 
La transition du milieu intra- à extra-utérin laisse son empreinte dans les dents déciduales (dents de lait) et dans la première molaire permanente. Appelée ligne néonatale, cette empreinte est un anneau incrémental2 accentué de l'émail. Cette microstructure sépare l'émail formé durant la vie intra-utérine de celui formé après la naissance. Cependant, tandis que la structure physique de cette "cicatrice" est bien connue, les bases de sa formation restent encore à élucider. Une relation directe entre les variations d'épaisseur de la ligne néonatale et le traumatisme physique impliqué par l'accouchement était soupçonnée jusqu’alors. La césarienne et les accouchements opératoires seraient ainsi associés respectivement aux lignes les plus fines et les plus épaisses.
 
Pour vérifier cette hypothèse de relations entre les dynamiques liées à la naissance et l'épaisseur de la ligne néonatale, les chercheurs ont étudié le registre histologique3 d'un échantillon dentaire décidual de 100 écoliers en bonne santé (47 de sexe masculin et 53 de sexe féminin) dont les conditions de naissance sont connues (55 accouchements normaux, 40 césariennes et 5 accouchements opératoires). Les résultats de l’investigation  ne corroborent pas l’hypothèse de départ, qui disait que les enfants nés par césarienne auraient, en moyenne, une ligne néonatale plus fine que celle des enfants nés normalement.
 
En revanche, l’étude met en exergue l'influence des facteurs intimement liés à la variation de la durée de gestation sur le degré d'expression de la ligne néonatale. Si l’analyse de la présence/absence de la ligne néonatale est habituelle lors des expertises médico-légales, en raison du caractère invasif des analyses histologiques qui nécessitent d’effectuer des prélèvements, elle est encore rarement considérée dans les études de populations archéologiques (à ce jour, seules deux études à grande échelle prennent en compte la variation de la ligne néonatale au sein de populations anciennes), ou paléoanthropologiques (à l'exception de quelques individus néandertaliens).
 
Les récents progrès de l'imagerie virtuelle permettent désormais d'accéder en trois dimensions et de manière non invasive à la microstructure dentaire de spécimens humains fossiles, autorisant ainsi la reconstitution des dynamiques néo- et périnatales de nos ancêtres et des modifications de la durée de gestation qui ont eu lieu au cours de notre évolution.
 
1. Clément Zanolli est docteur du laboratoire Histoire naturelle de l’Homme préhistorique du Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN/CNRS), il est lauréat du prix Leroi-Gourhan 2010 pour ses travaux sur la caractérisation endostructurale non invasive de la denture de Homo erectus d’Asie du Sud-Est et est actuellement en post-doctorat à l'International Centre for Theoretical Physics, Trieste (Italie).
2. incrémental : qualifie une opération qui ne concerne que les données qui ont été modifiées depuis la dernière évolution.
3. Une coupe histologique est une tranche d'un organe suffisamment fine pour pouvoir être observée au microscope.

 
Références :
Human Biology, December 2011, v. 83, no. 6, pp. 695–713.
Copyright © 2011 Wayne State University Press, Detroit, Michigan 48201-1309
 
Contacts presse
Musée de l'Homme
Isabelle Gourlet
igourlet@mnhn.fr
01 44 05 72 31

 
     

 


Retour

 

 

Tél : +33 4 77 72 09 65
Email : gazettelabo@gazettelabo.fr

Mentions légales
© 2011 la gazette du laboratoire, All rights reserved