ABONNEZ VOUS
Qui sommes-nous? Contacts Nos autres sites Recommander ce site Google+ facebook
La gazette du laboratoire
Recherche par mot clé / Search by keyword
S'abonner à la e-lettre de la gazette
S'abonner aux infos nouveautés
 Produits et Sociétés

Infos Nouveautés WEB
Galerie produits
La E-lettre
LABORATOIRE.COM
Formations
White papers décembre 2014
Applications vidéos

 Actualités

Les titres du mois
La E-gazette
Les brèves
Les offres d'emploi
Appels d'offres

 Utiles

Annuaire des fournisseurs
Calendrier des manifestations
Calendrier des webinaires
Petites Annonces
Infos financement / Bourses
Les archives de la Gazette
Où rencontrer la Gazette
Liens professionnels

 

 

 

Accueil / Les brèves / Reprogrammation directe en cellules souches neurales

Saisissez votre mot clé :  
Consulter les archives des brèves

Envoyer un communiqué

   
 

2012-04-05 
Reprogrammation directe en cellules souches neurales

Deux initiatives allemandes indépendantes ont réalisé, pour la première fois au niveau mondial, la reprogrammation directe de fibroblastes en cellules souches neurales, l'une à partir de cellules de peau à l'Institut Max Planck de biomédecine moléculaire de Münster (Rhénanie du Nord-Westphalie, NRW), l'autre, en partant de tissu conjonctif, au Centre de recherche "LIFE & BRAIN" de l'Institut de neurobiologie reconstructive de l'Université de Bonn (NRW). Les deux études seront publiées dans la revue "Cell Stem Cell" le 6 avril 2012.

A Münster, le groupe de Hans Schöler a obtenu des cellules souches neurales directement en cultivant, dans des conditions particulières et avec une combinaison de facteurs de transcription spécifiques (Brn4/Pou3f4, Sox2, Klf4, c-Myc, plus E47/Tcf3), des cellules de peau prélevées sur des souris.

L'équipe de Frank Edenhofer, à Bonn, a réussi une avancée similaire, mais à partir de cellules du tissu conjonctif de souris. Les scientifiques ont ici utilisé quatre facteurs de transcription : Sox2, Klf4, c-Myc, ainsi que Oct4 sur une période limitée. "Nous avons ainsi démontré que la reprogrammation de cellules du corps ne doit pas forcément passer par des cellules souches "pluripotentes"", explique Hans Schöler. Les cellules pluripotentes peuvent en effet se différencier en tout type de tissu et apparaissaient donc jusqu'ici comme le passage obligatoire avant une redifférenciation en cellules du type voulu. Elles présentent cependant l'inconvénient de pouvoir donner des cellules cancéreuses. Les cellules souches obtenues cette fois-ci par les chercheurs de Münster et Bonn sont "multipotentes" et ne peuvent donc se différencier qu'en certains types de tissus - ici en toute sorte de tissus nerveux - ceci réduisant grandement la probabilité d'apparition de tumeurs.

Ces deux projets, qui sont encore de l'ordre de la recherche fondamentale, réduisent le temps, les coûts, et les risques liés à la reprogrammation des cellules et pourraient bénéficier un jour à la médecine régénérative. Il faudra cependant tout d'abord étudier le comportement - notamment la stabilité - des cellules souches à long terme et transférer les résultats obtenus chez la souris à l'homme.

Sources :
- communiqué de presse de la société Max Planck - 22/03/2012
http://idw-online.de/pages/de/news468865
- communiqué de presse de l'Université de Bonn - 22/03/2012:
http://idw-online.de/pages/de/news469301

 
     

 


Retour

 

 

Tél : +33 4 77 72 09 65
Email : gazettelabo@gazettelabo.fr

Mentions légales
© 2011 la gazette du laboratoire, All rights reserved