ABONNEZ VOUS
Qui sommes-nous? Contacts Nos autres sites Recommander ce site Google+ facebook
La gazette du laboratoire
Recherche par mot clé
S'abonner à la e-lettre de la gazette
S'abonner aux infos nouveautés
 Produits et Sociétés

Infos Nouveautés WEB
Galerie produits
La E-lettre
L'HYBRIDE
Formations
White papers
Applications vidéos

 Actualités

Les titres du mois
La E-gazette New
Les brèves
Les offres d'emploi
Appels d'offres

 Utiles

Annuaire des fournisseurs
Calendrier des manifestations
Calendrier des webinaires New
Petites Annonces
Infos financement / Bourses
Les archives de la Gazette
Où rencontrer la Gazette
Liens professionnels

 

 

 

Accueil / Les brèves / L’industrie exposée aux risques de raréfaction en métaux

Saisissez votre mot clé :  
Consulter les archives des brèves

Envoyer un communiqué

   
 

2012-04-11 
L’industrie exposée aux risques de raréfaction en métaux

Alcimed revient sur les différents risques portant sur la chaîne d’approvisionnement de ces métaux spécifiques : Antimoine, Molybdène, Cobalt, Indium, Manganèse, lithium… en raison notamment de la crise chinoise des terres rares1.

La crise chinoise des terres rares a récemment mis le doigt sur un risque sous-estimé par la plupart des industries : celui de la pénurie en métaux. La croissance soutenue avec laquelle les entreprises minières fournissent les marchés entretient l’illusion de ressources illimitées. Pourtant, de la mine à l’usage final, un large éventail de risques menace l’ensemble de la chaîne et des crises sont déjà visibles.

La crise des terres rares a permis de découvrir ou de redécouvrir des noms de métaux peu communs tels que le Cérium, le Néodyme, le Lanthane ou le Dysprosium. Mais cette liste pourrait en un sens être étendue à d’autres éléments au nom toujours peu connus du grand public. Citons l’Indium, l’Antimoine, le Hafnium, le Gallium, le Tellure ou le Molybdène. Qu’ont tous ces métaux, et bien d’autres, en commun ? Des tensions d’approvisionnement qui pourraient bien aboutir à des envolées de prix dans les prochaines années.

Cinq grandes familles de risques peuvent être qualifiées en inspectant l’équilibre offre/demande des métaux rares :

- Le risque de pénurie

A l’instar du pétrole, les réserves de certains métaux diminuent à grande vitesse, jusqu’à être vidées dans les prochaines décennies. Cela ne signifierait pas que tout le sol aura été complètement exploité, mais que plus rien n’est économiquement récupérable. Avec la disparition de l’abondance traditionnelle, l’approvisionnement dans ces métaux devra nécessairement se réorganiser notamment grâce à des méthodes de recyclage et de substitution.

Zoom : Antimoine en rupture de stock ?
Un des métaux dont la pénurie pourrait bien frapper par surprise est l’Antimoine. Si on se base sur les estimations de l’US Geological Survey, au rythme actuel de production, nous avons 11 années devant nous avant d’épuiser les gisements économiquement exploitables qui sont identifiés à l’heure actuelle. Ce métal est très utilisé dans l’industrie chimique pour ses propriétés de catalyseur, mais également dans l’industrie automobile où il est nécessaire aux batteries au plomb. Entre augmentation de la demande pour faire face à une croissance portée par l’industrie chinoise, et ralentissement de la production pour des problèmes de pollution chimique, les consommateurs d’Antimoine doivent se préparer à des crises de disponibilité.

- Le risque de goulot d’étranglement dans la filière de transformation

Entre le minerai initial et la matière première utilisable en industrie, de nombreuses étapes de transformation sont nécessaires. De la simple bénéficiation qui consiste à concentrer le minerai, aux nombreuses réactions successives permettant d’obtenir un composé chimique précis, en passant par la purification par pyrométallurgie et/ou hydrométallurgie, la production de composés à la formule chimique exacte, ou de métaux au niveau de pureté garantie a largement gagné en complexité ces dernières années. La construction de nouvelles capacités de transformation est souvent un pari économique sur l’avenir en raison de la grande volatilité des marchés des matières premières.

Zoom : Un approvisionnement en Molybdène en dents de scie

Le Molybdène a traversé une crise de ce type en 2005. Alors que les minerais de molybdénite ne manquaient pas, leur transformation en Molybdène métallique nécessitait des installations de grillage, processus très spécifique permettant leur oxydation, dont les capacités de production furent largement dépassées par la demande. Le prix des aciers et alliages incluant du Molybdène, notamment ceux spécialisés contre la corrosion à haute température, a subi des fluctuations importantes pendant plusieurs années. Certaines projections estiment que ce problème précis pourrait se reproduire d’ici 2015.

- Le risque de concentration géographique de la production

Quand la majorité de la production d’un métal est concentrée dans un unique pays, cela donne à ce pays une arme diplomatique de poids. Le cas de l’utilisation des quotas d’exportation de terres rares par la Chine est une excellente illustration de ce type de situation. Le gouvernement chinois pourrait même aller plus loin et décider d’émettre des quotas sur d’autres métaux produits en majorité sur son sol, citons par exemple le Germanium, l'Indium ou le Tungstène. Mais au-delà des tensions diplomatiques, toute problématique liée à la réglementation locale ou au contexte de stabilité politique prend de l’ampleur très rapidement.

Zoom : Cobalt, l’or bleu du Congo
La moitié du Cobalt mondial provient des mines de la République Démocratique du Congo (RDC). L’approvisionnement en Cobalt, à l’instar des autres métaux en provenance de ce pays, soulève des problèmes éthiques. En effet, les mines sources pourraient être tenues par les rebelles de l’Est du pays. Ces ventes de métaux serviraient donc à financer le trafic d’armes. Les batteries électriques au Lithium et les superalliages des turbines d’avion ayant un très fort besoin de ce métal, la RDC a annoncé vouloir significativement augmenter ses capacités de production. Dès lors, des partenaires Chinois, Américains, Japonais et Européens se bousculent pour les accompagner dans leurs projets.

- Le risque de compétition avec d’autres applications


Certains métaux sont largement utilisés dans des industries qui n’ont souvent pas de solution de rechange. Dans le cas où ces secteurs connaissent une croissance importante, les cours du métal s’enflamment, ce qui impacte durement les autres utilisateurs. Des tensions apparaissent également dans le cas de nouvelles applications, notamment dans les hautes technologies (électronique, optique, énergies renouvelables, nucléaire, …). Celles-ci arrivent avec de larges besoins sur un marché souvent de faible volume.

Zoom : La guerre de l’Indium
Les producteurs d’écrans plats et de panneaux solaires ont fait face à une pénurie drastique d’Indium au début des années 2000. Les technologies de couches minces ne nécessitaient que de faibles quantités d’Indium ; mais celui-ci ne se trouve lui-même qu’en quantités infimes dans des minerais de Zinc. Quand le marché des écrans plats a explosé, la production d’Indium, limitée par celle du Zinc, n’a pu suivre le rythme. Les consommateurs d’Indium se sont alors voués une compétition acharnée car les quantités disponibles étaient trop faibles pour la demande. De nombreux projets de recherche de substitution de l’Indium par des matériaux plus abondants ont été lancés en réponse.

- Les risques sur la santé et l’environnement

Les réglementations tels que Reach et RoHS ainsi que des restrictions de production liées au respect de l’environnement sur site d’exploitation ou d’utilisation peuvent impacter directement ou indirectement les industriels. Des métaux deviennent interdits, d’autres voient leurs usages très strictement surveillés. Ceci fait exploser leurs coûts d’utilisation par des demandes d’autorisation, des études de non-toxicité, des besoins de substitution rapides, et des adaptations dans le processus de production pour réduire les expositions du personnel ainsi que la pollution extérieure.

Zoom : Les effets du Manganèse étudiés de près
Le Manganèse est un métal très utilisé dans les aciers pour garantir leur pureté. Cependant des études récentes suggèrent que l’exposition à de la poussière de Manganèse causerait la maladie de Parkinson. Si aujourd’hui aucune interdiction spécifique n’a été formulée, cette situation est à surveiller avec attention pour toutes les industries concernées.

Zoom : La balance environnementale du Lithium
Ces dernières années, le Lithium est de plus en plus souvent perçu comme l’élément-clé pour le stockage efficace de l’énergie, point nécessaire au bon développement de la voiture électrique et des énergies renouvelables. Si les producteurs de Lithium sont confiants sur la quantité de matière disponibilité, ses sources les plus prometteuses sont l’écume des lacs salés. L’exploitation intensive de ces lacs mettrait en péril leurs écosystèmes. Un dilemme à résoudre pour garantir un mode de transport écologique.
Face à de nombreux risques tant en début qu’en fin des chaînes de valeur, les industriels ont aujourd’hui tout intérêt à entreprendre une démarche d’identification de leur exposition à des risques d’approvisionnement, afin de se réduire l’impact des nouvelles crises de prix et de disponibilité.

A PROPOS D’ALCIMED

ALCIMED (www.alcimed.com) est une société de conseil et d’aide à la décision spécialisée dans les sciences de la vie (santé, biotech, agroalimentaire), la chimie, les matériaux et l’énergie ainsi que dans l’aéronautique, le spatial et la défense. La vocation d’ALCIMED est d’accompagner les décideurs dans leurs choix de positionnement et leurs actions de développement. Ses consultants, par un travail d’investigation auprès des meilleurs spécialistes et experts dans le monde, apportent une analyse et des réponses pragmatiques aux questions soulevées par les décideurs (responsables R&D, responsables marketing & ventes, directions générales, directeurs d’unités) et institutions publiques. ALCIMED s’appuie sur une équipe de 190 collaborateurs, répartis par secteur et capables de prendre en charge des missions extrêmement variées depuis des sujets marketing & ventes (études de marché, ciblage de nouveaux besoins, positionnement d’un nouveau produit…) jusqu’à des problématiques stratégiques (stratégie de développement, recherche & évaluation de cibles d’acquisition, organisation d’une activité, conception / évaluation / déploiement de politiques publiques…). La société dont le siège est à Paris, est présente à Lyon et à Toulouse ainsi qu’en Allemagne, en Belgique, en Suisse et aux Etats-Unis.

1 Les terres rares sont un groupe de métaux aux propriétés voisines comprenant le scandium21Sc, l'yttrium 39Y et les quinze lanthanides. Du point de vue de l’économie mondiale, ils font partie des métaux stratégiques.

Relations Presse :

H&B Communication
Florence Portejoie– Claire Flin
01 58 18 32 58/53
f.portejoie@hbcommunication.fr / c.flin@hbcommunication.fr

 
     

 


Retour

 

 

Tél : +33 4 77 72 09 65
Email : gazettelabo@gazettelabo.fr

Mentions légales
© 2011 la gazette du laboratoire, All rights reserved