2017-02-02 
Ces gènes bovins qui rendent le yak plus docile

Le génome du yak, animal dont dépend l'alimentation de nombreux peuples d’Asie centrale, contient 1,3% de gènes d'origine bovine. La majorité de ces gènes est impliquée dans le développement et la régulation du système nerveux et la communication entre neurones. Menées par l’Inra en collaboration avec l’Union de coopérative d’élevage ALLICE et par l’Université Louis-et-Maximilien de Munich, ces découvertes suggèrent que l'hybridation avec le bovin a participé au processus de domestication du yak. Les éleveurs, en sélectionnant leurs yaks, ont privilégié sans le savoir certains gènes bovins qui rendent ce ruminant plus docile. Cette hybridation a été continue au moins sur les 1500 dernières années, cependant, les chercheurs ont identifié deux périodes récentes où elle s'est accrue et qui correspondent à des périodes de crise. Ces travaux ont été publiés dans la revue Nature Genetics le 30 janvier 2017.

Lire l'intégralité du communiqué de presse : http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/genes-bovins-chez-le-yak

Contact scientifique
Aurélien Capitan (Allice) : aurelien.capitan@inra.fr - 01 34 65 26 45
Unité Génétique animale et biologie intégrative
Département scientifique génétique animale
Centre Inra de Jouy-en-Josas

Contact presse
Inra service de presse : presse@inra.fr - 01 42 75 91 86

 

Top