2017-04-18 
GeNeuro lance une étude clinique de Phase IIa avec GNbAC1 dans le diabète de type 1 en Australie

  • Le diabète de type 1, seconde indication visée avec GNbAC1 après la sclérose en plaques

  • Étude de Phase IIa, randomisée contrôlée par placebo, évaluant le candidat médicament qui cible une cause potentielle du diabète de type 1 chez 60 adultes récemment diagnostiqués

  • Résultats attendus au T3 2018


GeNeuro (Euronext Paris : CH0308403085 – GNRO), société biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les maladies neurologiques et les maladies auto-immunes, annonce aujourd’hui le lancement d’une étude clinique de Phase IIa en Australie avec GNbAC1 chez des patients souffrant de diabète de type 1. GNbAC1 est un anticorps monoclonal visant à neutraliser MSRV-Env, une protéine pathogène détectée dans le pancréas de patients souffrant de diabète de type 1. GeNeuro mène d’ores et déjà des études cliniques de Phase II avec GNbAC1 chez des patients atteints de sclérose en plaques, une maladie potentiellement liée à l’activation de la protéine MSRV-Env.

« Nos recherches approfondies sur les rétrovirus endogènes humains (HERV) suggèrent que la protéine MSRV-Env pourrait être un facteur déterminant dans d’autres maladies auto-immunes, en plus de la sclérose en plaques que nous étudions actuellement dans notre programme phare. Dans le diabète de type 1, la protéine MSRV-Env a été mise en évidence dans le pancréas de plus de 50% des patients post-mortem, » commente Hervé Perron, Directeur des affaires scientifiques chez GeNeuro. « Nos études précliniques ont montré que la protéine MSRV-Env provoquait une inhibition proportionnelle de la production d’insuline, à la fois in vitro et dans le cadre de modèles animaux. Ces données, présentées au mois de février dernier en Floride lors de la Conférence scientifique annuelle 2017 du JDRF (Juvenile Diabetes Research Foundation) et du nPOD (Network for Pancreatic Organ Donors with Diabetes), seront publiées dans le courant de l’année. Elles apportent un solide rationnel scientifique à notre démarche et justifient le lancement d’études cliniques chez ces patients diabétiques. »

L’étude de Phase IIa randomisée contrôlée par placebo évaluera GNbAC1 chez 60 patients adultes, récemment diagnostiqués, dans plus de 10 centres en Australie. Le critère d’évaluation principal sera la sécurité d’emploi de GNbAC1 dans cette nouvelle population de patients. Les critères d’évaluation secondaires seront des mesures du lien entre la réponse au traitement et les biomarqueurs de MSRV-Env, des mesures de la production d’insuline basée sur les taux de peptide C, ainsi que d’autres biomarqueurs liés au diabète de type 1, tels que la consommation d’insuline, la glycémie et la production d’anticorps dirigés contre les cellules bêta du pancréas. Le recrutement du dernier patient est prévu pour fin 2017 et les premiers résultats de l’étude sont attendus au troisième trimestre 2018.

Le taux d’incidence du diabète de type 1 en Australie est l’un des plus élevés au monde. Grâce à son vaste réseau de chercheurs et de sites cliniques, et au soutien financier de l’État, l’Australie offre un environnement de tout premier plan pour mener des études cliniques sur le diabète de type 1.

« Le lancement de cette étude clinique dans le diabète de type 1 est une étape significative pour GeNeuro qui ouvre une nouvelle voie thérapeutique pour les patients atteints de ce type de diabète en ciblant une cause potentielle de la maladie, tout comme nous le faisons déjà dans nos études cliniques dans la sclérose en plaques, » ajoute Jesús Martin-Garcia, Président Directeur Général de GeNeuro. « Nous nous réjouissons d’ailleurs de pouvoir présenter les résultats de nos études cliniques en cours dans la sclérose en plaques, en commençant par ceux de l’étude de phase IIb CHANGE-MS au début du quatrième trimestre 2017. »

 

 

A propos de GeNeuro :

La mission de GeNeuro est de développer des traitements à la fois sûrs et efficaces contre les troubles neurologiques et les maladies auto-immunes, comme la sclérose en plaques, en neutralisant des facteurs causals induits par les rétrovirus endogènes humains (HERV) qui représentent 8% du génome humain.

Basée à Genève en Suisse, et disposant de centres de R&D à Archamps, en Haute-Savoie, et à Lyon, GeNeuro compte 30 collaborateurs. Elle détient les droits sur 16 familles de brevets qui protègent sa technologie.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.geneuro.com

 

 

Contacts 

GeNeuro

Jesús Martin-Garcia

Président et Directeur Général

investors@geneuro.com

+41 22 552 48 00

NewCap

Julien Perez

Relations investisseurs

geneuro@newcap.eu

01 44 71 98 52

NewCap

Nicolas Merigeau

Relations Médias

geneuro@newcap.eu

01 44 71 94 98

 

 

 

Top