2017-07-13 
ERYTECH collabore avec la Queen's University au Canada pour avancer son produit candidat dans le traitement de maladies métaboliques rares

 
Lyon (France), le 12 juillet 2017 – ERYTECH Pharma (Euronext Paris : ERYP), la société biopharmaceutique française qui développe des traitements innovants en « affamant les tumeurs » contre la leucémie aiguë et d’autres indications en oncologie avec des besoins médicaux insatisfaits, annonce aujourd’hui avoir conclu un accord de recherche avec la Queen’s University au Canada pour développer son programme préclinique avec eryminase dans le traitement du déficit en arginase, une maladie métabolique rare et sévère liée au métabolisme de l’arginine. Cette collaboration bénéficiera d’une part de l’expertise de la Queen’s University et d’autre part de la plateforme technologique ERYCAPS d’ERYTECH, avec pour objectif de générer des données de preuve de concept in vivo avec eryminase dans un modèle animal du déficit en arginase.

Le Prof. Colin Funk, PhD, Queen’s University, commente : « Le déficit en arginase est une maladie rare sévère qui touche la voie métabolique qui assure l’élimination de l’ammoniac toxique. En temps normal notre organisme est capable d’éliminer très efficacement l’ammoniac qui s’accumule après un repas riche en protéines. Cependant, chez les patients atteints d’un déficit en arginase, l’ammoniac n’est que « partiellement détoxifié » ce qui entraîne une accumulation importante de l’acide aminé arginine dans le sang et le cerveau du patient. Eryminase, le produit candidat d’ERYTECH, vise à réduire les taux d’arginine dans le sang, ce qui lui confère un potentiel significatif pour réduire les conséquences négatives de cette maladie. Nous nous réjouissons de pouvoir collaborer avec ERYTECH sur le développement de leur programme préclinique. »

Le Dr. Alexander Scheer, PhD – Directeur Scientifique d’ERYTECH, ajoute : « Cette deuxième collaboration dans le domaine des maladies métaboliques rares témoigne de l’extension du champ d’action de notre plateforme et de son applicabilité à des maladies rares et hautement spécifiques, en plus de l’oncologie. Nous sommes très heureux de cet accord conclu avec Queen’s University et nous nous réjouissons de pouvoir travailler en étroite collaboration sur ce programme important avec le Prof. Funk, spécialiste de la recherche sur les maladies liées au cycle de l’urée. »

Pour télécharger le communiqué complet en PDF : cliquez ici

 
Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter NewCap
Nicolas Merigeau & Julien Perez – 01 44 71 94 94 – erytech@newcap.eu


 

 

Top