2017-09-26 
Alnylam et Sanofi rapportent les premiers résultats positifs de l’étude de phase 3 APOLLO consacrée au Patisiran dans le traitement de l’amylose héréditaire à la transthyrétine avec polyneuropathie

- L’agent thérapeutique expérimental ARNi, Patisiran, a atteint ses critères d’évaluation primaire et tous ses critères secondaires avec une réduction hautement significative de la progression des neuropathies et une amélioration de la qualité de vie à 18 mois, comparativement au placebo -
- Alnylam compte soumettre une demande d'autorisation de nouveau médicament (NDA, New Drug Application) à la fin de 2017 et une demande d’autorisation de mise sur le marché (AMM) au début de 2018 -
- Les résultats complets de l’étude seront présentés au 1er Congrès européen consacré aux amyloses héréditaires en novembre -


Paris (France) et Cambridge (Massachussetts) – le 20 septembre 2017 – Alnylam Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq : ALNY), leader du développement d’agents thérapeutiques ARNi, et Sanofi Genzyme, l’entité globale Médecine de spécialités de Sanofi, annoncent aujourd’hui que l’étude de phase 3 APOLLO consacrée au Patisiran, un agent thérapeutique ARNi expérimental développé dans le traitement de l’amylose héréditaire à la transthyrétine avec polyneuropathie, a atteint son critère d’évaluation principal et l’ensemble de ses critères d’évaluation secondaires. Le critère d’évaluation principal de l’étude était la variation du score modifié des atteintes neuropathiques (mNIS+7) à 18 mois, comparativement au score de départ. Le principal critère d’évaluation secondaire était l’amélioration de la qualité de vie évaluée au moyen du questionnaire de qualité de vie de Norfolk applicable à la neuropathie diabétique (Norfolk QOL-DN).

« Nous sommes très fiers de rapporter les premiers résultats positifs de phase 3 jamais obtenus avec un agent thérapeutique ARNi. Ces résultats pourraient potentiellement marquer la naissance d’une classe entièrement nouvelle de médicaments. Ils sont l’aboutissement de 15 ans d’un travail infatigable mené par un nombre incalculable de personnes qui ont surmonté d’immenses défis scientifiques et commerciaux pour faire des agents thérapeutiques ARNi une réalité », a expliqué John Maraganore, Ph.D., Directeur Général d’Alnylam. « Il s’agit d’une étape extraordinaire pour Alnylam et l’ARN interférent, mais surtout pour les patients, leurs médecins traitants et leurs familles. Nous remercions du fond du coeur les patients, les investigateurs et tous ceux et celles qui ont participé à l’essai APOLLO car ils ont contribué à concrétiser cet important progrès scientifique. »

L’essai APOLLO a recruté 225 patients souffrant d’amylose héréditaire à la transthyrétine avec polyneuropathie, représentant 39 génotypes, dans 44 sites d’étude de 19 pays différents. Les patients ont été randomisés selon un rapport 2 Patisiran pour 1 placebo. Le Patisiran a été administré par voie intraveineuse à une dose de 0,3 mg/kg toutes les trois semaines pendant 18 mois. Plus les scores mNIS+7 et Norfolk QOL-DN indiqués ci-dessous sont faibles, meilleur est le résultat clinique.

• À 18 mois, la variation moyenne du score mNIS+7 a été significativement inférieure dans le groupe Patisiran comparativement au groupe placebo, par rapport au score de départ (p < 0,00001).
o Les variations moyennes et médianes des scores mNIS+7 des patients du groupe Patisiran ont atteint des valeurs négatives, indiquant une amélioration globale chez la majorité des patients, comparativement aux scores de départ.

• La qualité de vie des patients du groupe Patisiran s’est améliorée comparativement au placebo, conformément aux scores obtenus au moyen du questionnaire Norfolk QOL-DN (p < 0,00001).
o Les variations moyennes et médianes des scores de qualité de vie des patients traités par Patisiran ont également atteint des valeurs négatives, ce qui est révélateur d’une amélioration globale chez la majorité des patients, comparativement aux scores de départ.

• Les cinq autres critères d’évaluation secondaires ont également permis d’observer des différences favorables et statistiquement significatives dans le groupe Patisiran comparativement au groupe placebo (p < 0,001). Il s’agissait :
o du score NIS-W, un sous-item du NIS+7 modifié évaluant la force musculaire ;
o du score sur l’échelle R-ODS (Rasch-built Overall Disability Scale), une mesure de la vie quotidienne et des handicaps rapportés par les patients ;
o du test de marche sur une distance de 10 mètres évaluant la vitesse de la marche ;
o de l’indice de masse corporelle modifié (IMCm) évaluant le statut nutritionnel, et
o de COMPASS-31, un questionnaire permettant d’évaluer les symptômes du système nerveux autonome.

• Le profil global de sécurité du Patisiran a été encourageant.
o La fréquence des événements indésirables observés dans les groupes Patisiran et placebo a été comparable (respectivement 96,6 % et 97,4 %), de même que celle des événements indésirables graves (respectivement 36,5 % et 40,3 %).
o La fréquence des décès survenus au cours de l’étude a été similaire dans les groupes Patisiran (4,7 %) et placebo (7,8 %).
o Les interruptions de traitement ont été moins nombreuses parmi les patients traités par Patisiran comparativement au placebo (respectivement 7,4 % et 37,7 %), au même titre que les interruptions de traitement motivées par des événements indésirables (respectivement 4,7 % et 14,3 %).
o Les évènements indésirables rapportés chez plus de 10 % des patients et observés plus fréquemment chez ceux traités par Patisiran, comparativement au placebo, ont été les suivants : oedème périphérique (respectivement 29,7 % contre 22,1 %) et les réactions à la perfusion (respectivement 18,9 % contre 9,1 %). Dans les deux cas, leur gravité a été généralement légère à modérée.

« Les patients qui souffrent d’amylose héréditaire à la transthyrétine avec polyneuropathie sont aux prises avec une maladie invalidante dont l’évolution est à la fois inéluctable et douloureuse », a déclaré le Dr Akshay Vaishnaw, Ph.D., Vice-Président Exécutif de la R&D d’Alnylam. « Nous pensons que les données très encourageantes d’APOLLO témoignent du potentiel du médicament expérimental Patisiran pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des patients. Notre objectif immédiat est de soumettre ces données aux autorités de santé dans le monde. »

Fort de ces résultats positifs, Alnylam entend déposer sa première demande d’approbation d’un nouveau médicament à la fin de 2017 et sa première demande d’autorisation de mise sur le marché peu de temps après. Sanofi Genzyme prépare actuellement les dossiers réglementaires relatifs au Patisiran pour le Japon, le Brésil et d’autres pays. Leur soumission devrait débuter dans le courant du premier semestre de 2018. Si ce produit est approuvé, Alnylam commercialisera le Patisiran aux États-Unis, au Canada et en Europe occidentale et Sanofi Genzyme dans le reste du monde.

« Il s’agit d’une étape importante qui confirme que les agents thérapeutiques ARNi ont le potentiel de devenir une nouvelle classe de médicaments innovants pour les patients atteints de maladies génétiques rares », a indiqué le Dr Elias Zerhouni, Président Monde de la R&D de Sanofi. « Les données d’APOLLO donnent à penser que le Patisiran pourrait améliorer la vie des personnes atteintes d’amylose héréditaire à la transthyrétine avec polyneuropathie. Cette population de patients a besoin de toute urgence d’options thérapeutiques supplémentaires. Nous sommes impatients de collaborer avec Alnylam pour mettre le Patisiran à la disposition de ces patients le plus rapidement possible. »

Les résultats complets, y compris les données de l’analyse exploratoire d’un sous-groupe de patients présentant des atteintes cardiaques, seront présentés au premier congrès européen consacré aux amyloses héréditaires qui réunira des patients et des médecins à Paris, en France, le 2 novembre 2017.

APOLLO est la plus importante étude randomisée jamais consacrée à cette maladie. Quasiment tous les patients éligibles ayant terminé APOLLO ont été transférés dans l’étude d’extension en ouvert d’APOLLO et continuent d’être traités par le Patisiran.


 

 

contacts :

Alnylam Pharmaceuticals, Inc.
Christine Regan Lindenboom
(Investors and Media)
617-682-4340

Sylvain Camus
(Contact Presse Alnylam en France)
01 40 07 98 25
sylvain.camus@opinionvalley.com

 

Top