2017-12-04 
Novartis - résultats erenumab (AMG334) étude phase III STRIVE publiés dans le NEJM dans le traitement préventif de la migraine

  • Les patients souffrant de migraine épisodique ayant reçu erenumab ont rapporté des bénéfices significatifs durant les six mois de l’étude, notamment une réduction du nombre de jours de migraine et une réduction du recours aux traitements des crises

  • 50% des patients traités par 140 mg d’erenumab ont vu leur nombre de jours de migraine divisé au moins par deux, avec un odd ratio trois fois plus important que le placebo

  • Les patients traités par erenumab ont rapporté une réduction de la gêne physique et une amélioration de leur capacité à accomplir les tâches quotidiennes (selon un outil d’auto-évaluation)

  • Plus de 90% des patients ont complété terminé l'étude de six mois ; cela vient renforcer les données relatives aux profils de sécurité et de tolérance d’erenumab, données retrouvées tout au long du programme d’études cliniques et comparables au placebo

 

Bâle, 30 novembre 2017 Novartis vient d'annoncer aujourd'hui la publication, dans la revue New England Journal of Medicine (NEJM), des résultats positifs de l'étude STRIVE de phase III, étude de six mois conçue pour évaluer erenumab dans la prévention de la migraine épisodique (définie dans le cadre de l'étude STRIVE par la survenue de 4 à 14 jours de migraine par mois)1. Erenumab a démontré des résultats probants sur le plan clinique et significativement différents de ceux du placebo, ceci pour l'ensemble des critères d'évaluation principaux et secondaires, notamment ceux mesurés au moyen du score MPFID (Migraine Physical Function Impact Diary), évaluant l'impact quotidien de la migraine sur les activités physiques2. Le traitement par erenumab a été bien toléré, son profil de sécurité étant comparable à celui du placebo. Erenumab est le premier et unique anticorps monoclonal de son genre, entièrement humain, conçu pour bloquer spécifiquement le récepteur CGRP, lequel joue un rôle essentiel dans la survenue des crises de migraine.

L'étude STRIVE a inclus 955 patients, randomisés afin de recevoir soit le placebo soit erenumab par voie sous-cutanée à la dose de 70  ou 140 mg une fois par mois, pendant six mois. Dans le groupe de patients traités par erenumab 140 mg, le nombre de jours de migraine par mois a été réduit de 3,7 jours par rapport aux 8,3 jours/mois à l'inclusion (réduction de 3,2 jours pour le 70 mg et de 1,8 jours pour le placebo, p < 0,001 dans les deux cas). 50% des patients traités par erenumab 140 mg ont obtenu une réduction d’au moins 50% de leurs jours de migraine par mois. Ce résultat est significatif versus placebo (43,3 % pour le 70 mg ; 26,6 % pour le placebo, p < 0,001 dans les deux cas ; avec des odd ratios respectivement de 2,8 et 2,1 pour la dose de 140 mg et la dose de 70 mg). Les critères d'évaluation de l'étude STRIVE ont été mesurés en comparant la moyenne des trois derniers mois (mois 4, 5 et 6) à l’inclusion.

« L'étude STRIVE est la première étude de phase III à présenter des résultats complets sur les anticorps monoclonaux de la voie du CGRP, et elle démontre clairement que le blocage de cette voie peut réduire l'impact de la migraine », commente le Pr. Peter Goadsby, M.D., Ph.D., FAHS, directeur du Centre de recherche clinique du NIHR-Wellcome Trust et professeur de neurologie au centre hospitalier King’s College Hospital de Londres. « Les résultats de l'étude STRIVE montrent un véritable potentiel de transition de traitements préventifs actuels qui n’ont pas été développés spécifiquement pour la migraine et dont le mode d’action n’est pas complètement élucidé, vers des traitements dédiés à la migraine. L'étude STRIVE, comme le développement des anticorps monoclonaux en général, représente une étape importante dans la compréhension et le traitement de la migraine. »

« Les résultats de l'étude STRIVE renforcent les données démontrant les bénéfices significatifs et durables d’erenumab déjà constatés pour l'ensemble des migraines chroniques et épisodiques, notamment chez les patients qui n'ont pas répondu aux traitements préventifs antérieurs », explique Vas Narasimhan, Directeur mondial du développement et Chief Medical Officer chez Novartis. « Les patients souffrant de migraine sont diminués par cette maladie neurologique invalidante, ils ont besoin de traitements préventifs bien tolérés, efficaces et sûrs. Nous nous engageons à mettre à disposition cette alternative thérapeutique très attendue dans les plus brefs délais. »

Les résultats suivants répondent aux critères d'évaluation secondaires de l'étude :

  • Les patients traités par erenumab ont présenté une réduction significative du nombre de jours/mois de de prise de traitement de crise (-1,6 jours pour le groupe erenumab 140 mg et - 1,1 jours pour le groupe erenumab 70 mg contre une réduction de -0,2 jours pour le groupe placebo ; p < 0,001 dans les deux cas).

  • Les résultats du score MPFID ont montré les bénéfices d’erenumab sur la réduction de l'impact de la migraine sur les activités quotidiennes du patient, par exemple se préparer pour la journée, faire le ménage ou effectuer des activités nécessitant de la concentration (−5,9 points, 140 mg ; −5,5 points, 70 mg ; −3,3 points, placebo ; p < 0,001 dans les deux cas).

  • Les scores MPFID portant sur les activités physiques, comme, par exemple, les difficultés pour se lever le matin ou les activités nécessitant un effort physique ont également montré une réduction grâce à erenumab (−4,8 points, 140 mg ; −4,2 points, 70 mg ; −2,4 points, placebo ; p < 0,001 dans les deux cas).

Plus de 90 % des patients de l'étude STRIVE traités par erenumab ont complété l'étude. Des effets indésirables entraînant l'arrêt du traitement sont survenus chez 2,2 % des patients traités par erenumab et 2,5 % des patients traités par placebo. L'étude STRIVE confirme un grand nombre de données déjà existantes sur le profil d'efficacité, de sécurité et de tolérance d’erenumab : quatre études cliniques de phase II et de phase III contrôlées par placebo menées chez plus de 2 600 patients, ainsi qu’une étude d'extension en ouvert de cinq ans actuellement en cours.

Erenumab est le premier médicament ciblant la voie du CGRP ayant satisfait aux exigences du dépôt de dossier auprès de la FDA et de l’EMA à ce jour. STRIVE est l'un des essais pivots inclus dans les demandes d'autorisation réglementaires actuellement à l'étude aux États-Unis et en Europe. Si enerumab est approuvé, Novartis et Amgen le commercialiseront ensemble aux États-Unis. Amgen possède les droits exclusifs de commercialisation du médicament au Japon et Novartis possède les droits exclusifs de commercialisation dans le reste du monde.

 

À propos de STRIVE
STRIVE (NCT02456740) est une étude internationale de phase III multicentrique de 24 semaines, randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo pour évaluer la sécurité et l'efficacité d’erenumab dans le traitement préventif de la migraine épisodique (4 à 14 jours de migraine par mois). Au cours de l'étude, 955 patients ont été randomisés afin de recevoir soit du placebo, soit erenumab (70 mg ou 140 mg), administrés par voie sous-cutanée une fois par mois selon le rapport 1:1:1. Les patients présentaient en moyenne 8,3 jours de migraine par mois à l'inclusion. Le critère d'évaluation principal était la réduction du nombre moyen de jours de migraine entre l'inclusion et la moyenne des trois derniers mois de la phase de traitement en double aveugle de l'étude (mois 4, 5 et 6)3.

Les critères d'évaluation secondaires de l'étude comprenaient la proportion de patients présentant une réduction d'au moins 50 % du nombre moyen de jours de migraine/mois par rapport à l'inclusion, et la réduction du nombre moyen de jours/mois de prise de traitements de crise par rapport à l'inclusion. Les impacts de la migraine sur les activités physiques et sur les activités quotidiennes ont tous deux été évalués en tant que critères secondaires au moyen du score MPFID, une échelle développée pour évaluer ces deux domaines. L'échelle a été déclarée conforme aux exigences de la FDA, l'agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux2.

 

À propos de erenumab (AMG 334)
Erenumab (AMG 334) est le seul traitement spécifiquement conçu pour prévenir les crises de migraine en bloquant le récepteur CGRP, lequel joue un rôle important de la survenue de ces crises. Erenumab a été évalué dans le cadre de plusieurs études internationales randomisées, menées en double aveugle et contrôlées par placebo afin de démontrer sa sécurité et son efficacité dans le traitement préventif de la migraine. Plus de 2 600 patients ont participé au programme d'essais cliniques : quatre études cliniques de phase II et de phase III contrôlées par placebo, et des études d'extension en ouvert.

À propos de la migraine
La migraine est une maladie neurologique bien spécifique4. Elle provoque des crises récurrentes de céphalées modérées à sévères, généralement pulsatiles, souvent unilatérales, accompagnées de nausées, de vomissements et de sensibilité à la lumière, au bruit et aux odeurs5. La migraine est associée à la douleur, au handicap, à une qualité de vie réduite et à un coût pour la société6. Elle a un impact sur la capacité de l'individu à effectuer les tâches de la vie quotidienne et a été déclarée, par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'une des 10 causes principales d'années vécues avec une incapacité7. Elle reste insuffisamment reconnue et insuffisamment prise en charge6,8. Les traitements préventifs existants ont, pour la plupart, été développés pour d'autres indications5 et sont souvent associés à une tolérance médiocre et à une absence d'efficacité, le taux d’arrêt de traitement étant élevé chez ces patients9.

À propos de la collaboration entre Amgen et Novartis Neurosciences
En août 2015, Amgen a entamé une collaboration d'envergure mondiale avec Novartis afin de développer et de commercialiser conjointement des traitements phares dans le domaine de la migraine et de la maladie d'Alzheimer (MA). La collaboration se concentre sur les médicaments d'Amgen dans le domaine de la migraine, notamment erenumab (demande d'autorisation de mise sur le marché d'un produit biologique soumise à la FDA des États-Unis en mai 2017) et l'AMG 301 (actuellement en développement de phase 1). En avril 2017, cette collaboration s'est étendue à la co-commercialisation d’erenumab aux États-Unis. Amgen détient toujours les droits exclusifs au Japon et Novartis les droits exclusifs dans le reste du monde. En outre, les laboratoires collaborent au développement et à la commercialisation d'un inhibiteur de la bêta-sécrétase 1 (BACE) pour la maladie d'Alzheimer. Le traitement oral CNP520 (actuellement en phase III) représente la molécule phare, alors que d'autres composés issus des programmes pré-cliniques des deux laboratoires portant sur les inhibiteurs de BACE font déjà figures de molécules de prochaine génération.

 

A propos de Novartis
Novartis propose des solutions de santé innovantes adaptées à l’évolution des besoins des patients et des populations. Basé à Bâle, en Suisse, Novartis offre un portefeuille diversifié qui satisfait ces besoins le mieux possible : médicaments innovants, génériques et biosimilaires économiques ainsi que soins ophtalmologiques. Novartis occupe des positions de leader mondial dans ces domaines. En 2016, le Groupe a réalisé un chiffre d'affaires net d'USD 48,5 milliards, alors que ses investissements en R&D se sont élevés à environ USD 9,0 milliards. Les sociétés du Groupe Novartis emploient quelque 121 000 collaborateurs équivalents temps plein et les produits de Novartis sont disponibles dans 155 pays environ. Pour plus d'informations, prière de consulter le site Internet http://www.novartis.com.

Novartis est présent sur Twitter. Inscrivez-vous pour suivre @Novartis sur http://twitter.com/novartis
Pour consulter le contenu multimédia de Novartis, rendez-vous sur www.novartis.com/news/media-library
Si vous avez des questions sur le site ou l'enregistrement obligatoire, veuillez contacter media.relations@novartis.com

Références

  1. Goadsby et al, Trial of Erenumab for Episodic Migraine. NEJM Oct 2017
  2. Kawata AK et al. Psychometric Evaluation of a Novel Instrument Assessing the Impact of Migraine on Physical Functioning: The Migraine Physical Function Impact Diary. Headache. 2017; 57(9) 1385-1398.
  3. ClinicalTrials.gov. Study to Evaluate the Efficacy and Safety of AMG 334 in Migraine Prevention (STRIVE). https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02456740 (lien externe). Consulté en octobre 2017.
  4. Migraine Research Foundation. Migraine Fact Sheet. 2015. http://www.migraineresearchfoundation.org/fact-sheet.html. Consulté en septembre 2017
  5. National Institute for Neurological Disorders and Stroke. https://www.ninds.nih.gov/Disorders/All-Disorders/Migraine-Information-Page (link is external). Consulté en septembre 2017
  6. Organisation mondiale de la santé. Headache disorders. http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs277/en/ (lien externe). Consulté en septembre 2017
  7. Organisation mondiale de la santé. Estimations pour 2000-2012. Charge de morbidité. 2012.
  8. Diamond S et al. Patterns of Diagnosis and Acute and Preventive Treatment for Migraine in the United States: Results from the American Migraine Prevalence and Prevention Study. Headache. 2007;47(3):355-63.
  9. Hepp Z et al. Adherence to oral migraine-preventive medications among patients with chronic migraine. Cephalalgia. 2015; 35(6):478-88.

Relations avec les médias de Novartis
Ligne centrale des médias : +41 61 324 2200
E-mail : media.relations@novartis.com

Eric Althoff
Novartis Global Media Relations
+41 61 324 7999 (ligne directe)
+41 79 593 4202 (portable)
eric.althoff@novartis.com

Angela Fiorin
Novartis Global Pharma Communications
+41 61 324 8631 (ligne directe)
+41 79 752 6955 (mobile)
angela.fiorin@novartis.com

 

Relations avec les investisseurs de Novartis
Ligne centrale des investisseurs : +41 61 324 7944
E-mail : investor.relations@novartis.com

 

 

Top