La fondation Recherche Cardio-Vasculaire s’engage pour votre cœur

 

Le son d’un battement de cœur, le plus beau son de la vie. Pourtant, 1 femme sur 3 meurt d'une maladie cardio-vasculaire.

Abritée à l’Institut de France, institution française créée en 1795, placée sous la protection du président de la République, mais aussi Grand mécène qui encourage la recherche et soutient la création à travers la remise de prix, de bourses et de subventions, la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire est le fruit de la décision d’une patiente.

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire

Créée en 2001 par Danièle Hermann qui avait été opérée à deux reprises à cœur ouvert par le Professeur Alain Carpentier, la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire a pour objectif principal de soutenir et de financer la recherche cardio-vasculaire française. Une recherche d’excellence innovante, paritaire incluant depuis 2015 une recherche spécifique au cœur des femmes. La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire initie également de vastes programmes de prévention pour inviter la population et notamment les femmes à prendre soin de leur cœur, à s’alimenter sainement, à pratiquer une activité physique régulière et à ne pas hésiter à consulter un cardiologue dès l’âge de 40 ans. Danièle Hermann est décédée en 2014 des suites d’une insuffisance cardiaque. Peu avant son décès, elle a reçu sur recommandation de l’Académie des sciences la légion d’honneur pour son combat sur le cœur des femmes. La Vice-Présidence de la Fondation est depuis 2015 assurée par Maître Michèle Cahen, une amie de longue date de Danièle Hermann.

 

« Je dois ma renaissance à la recherche cardio-vasculaire, il faut que demain, de plus en plus de malades du cœur profitent des progrès de la recherche. » Danièle Hermann

Danièle Hermann
Danièle Hermann, la Fondatrice crédit agence Unflux

La Fondation Recherche Cardio-Vasculaire se distingue par des actions fortes et exigeantes qui valorisent la recherche scientifique. Pour la soutenir dans son combat, elle s’est entourée des meilleurs chercheurs et de 2 conseils scientifiques au sein desquels collaborent des membres de l’Académie des sciences.

 

Le 1er conseil scientifique présidé par le Docteur Catherine Llorens-Cortes du Collège de France se destine depuis 2002 à la remise du prix Danièle Hermann, un prix qui récompense les travaux de recherche cardio-vasculaire d’un chercheur confirmé. On compte parmi ses lauréats le Professeur Ménasché, le Professeur Hagège, le Professeur Hercberg ainsi que le Docteur Llorens-Cortes qui fut la 1ère femme à obtenir ce prestigieux prix. Le conseil scientifique du prix Danièle Hermann compte parmi ses membres des scientifiques reconnus venus d’horizons différents parmi lesquels les Professeurs Corvol, Desnos, Ménasché, Le Marec, Buckingham et plus récemment le Professeur Azizi.

Le second conseil scientifique est quant à lui dédié depuis 2015 à la remise de bourses de recherche spécifiques au cœur des femmes. Il est présidé par le Professeur Dominique Costagliola de l’Académie des sciences. Parmi ses membres on compte les Docteurs Llorens-Cortes, Gales, Empana mais aussi les Professeurs Levy, Arnal, Roques et Buckingham. Rappelons que sous l’impulsion de Danièle Hermann la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire fut la 1ère Fondation française à s’intéresser au cœur des femmes et à mesurer l’urgence d’une recherche qui lui soit dédiée.

 

Les maladies cardio-vasculaires sont la 1ère cause de mortalité des femmes. 1 femme sur 3 meurt d’une maladie cardio-vasculaire et 1 infarctus sur 4 chez la femme survient avant 65 ans contre 1 sur 6 en 2002.

Pour renforcer l’impact de son combat sur le cœur des femmes, la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire a également su marquer les esprits en initiant des spots de prévention destinés au grand public qui furent diffusés sur l’ensemble des chaînes de télévision. L’un des spots réalisé gracieusement par l’agence Publicis avait pour héroïne Julie Depardieu qui incarnait une jeune femme soumise au stress foudroyée par un AVC. Quant au second spot, il était porté par Estelle Lefébure, égérie de la marque Mixa du Groupe l’Oréal, « Marque avec laquelle nous avions noué un partenariat de cœur afin de sensibiliser les femmes aux maladies cardio-vasculaires ». Le fil rouge en était « Prendre soin de soi, c’est aussi prendre soin de son cœur ».

Réduite en termes d’effectifs, puisque 4 personnes se dédient au fonctionnement de la Fondation, celle-ci n’en demeure pas moins dynamique et agile quant aux messages qu’elle souhaite faire passer et aux projets de recherche qu’elle soutient. La Fondation peut également compter sur le soutien des membres de ses deux conseils scientifiques.

La mission prioritaire de la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire, son ADN, est et demeure le soutien et le financement de la recherche Cardio-Vasculaire avec un angle « cœurs de femmes » fortement mis en avant depuis 2015. La recherche sur le cœur des femmes est un véritable enjeu de santé publique qu’a parfaitement intégré la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire.

Fondation Recherche Cardio-Vasculaire
 

Les Activités autour de la recherche :

Depuis 2002, le Prix Danièle Hermann valorise les travaux de recherche cardio-vasculaire de chercheurs confirmés et reconnus pour leur sens de l’innovation scientifique.

Parmi les lauréats du Prix Danièle Hermann, le Docteur Catherine Llorens-Cortes, devenue en 2018 Présidente du conseil scientifique de la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire. Elle s’est particulièrement illustrée par la qualité de ses travaux de recherche. Directrice de Recherche Classe Exceptionnelle INSERM. Directrice du laboratoire INSERM intitulé « Neuropeptides Centraux et Régulations Hydrique et Cardiovasculaire » situé au Collège de France, elle a reçu en avril le « 2021 International Society of Hypertension Honour for Senior Women Researchers ». Attribué par la Société Internationale d’Hypertension, ce prix récompense des femmes chercheuses ayant apporté des contributions exceptionnelles à la recherche expérimentale et clinique sur l’hypertension artérielle. Rappelons en effet que le Docteur Catherine Llorens-Cortes est à l’origine, avec son équipe, de découvertes importantes dans le domaine cardio-vasculaire.

Parmi ses découvertes majeures : la découverte d’une nouvelle cible thérapeutique, l’aminopeptidase A cérébrale, responsable de la formation de l’angiotensine III qui exerce dans le cerveau un contrôle sur la pression artérielle et la fonction cardiaque. Sa collaboration avec les chimistes du laboratoire du Professeur Bernard Roques, plus particulièrement avec la Professeure M-C Fournie Zaluski a permis le développement d’un inhibiteur spécifique et sélectif de cette enzyme, le RB150 renommé firibastat par l’Organisation Mondiale de la Santé. 

L’équipe de Catherine Llorens-Cortes a ensuite montré que le firibastat administré par voie orale, pénétrait dans le cerveau, normalisait l’hyperactivité de l’aminopeptidase A et du système rénine-angiotensine cérébral et normalisait la pression artérielle chez l’animal hypertendu. Le firibastat est actuellement évalué en Phase III (FRESH) chez des patients avec une hypertension difficile à traiter ou résistante.

Son équipe a aussi découvert une autre application thérapeutique pour le firibastat : dans le traitement de l’insuffisance cardiaque après infarctus du myocarde. Les résultats de l’essai clinique Phase IIb QUORUM sur le firibastat dans cette pathologie vont être présentés en aout 2021 à l’European Society of Cardiology.

Quant au prochain lauréat du Prix Danièle Hermann qui a déjà été sélectionné par le conseil scientifique, son nom sera connu en fin d’année 2021 suite au conseil d’administration de la Fondation. C’est à nouveau un chercheur étonnant, passionné avec un profil atypique qui a été valorisé par le conseil scientifique de la Fondation.

Concernant la prochaine édition du prix Danièle Hermann, le conseil scientifique n’en a pas encore établi la thématique. Affaire à suivre, mais l’excellence sera à nouveau au rendez-vous.

La recherche sur le cœur des femmes est un axe fort de la stratégie de la Fondation. Un axe novateur que la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire a été la première à développer. Aujourd’hui reprise par d’autres structures, la cause du cœur des femmes est devenue un enjeu majeur de santé publique. Depuis 2015, date de création des bourses de recherche « cœurs de femmes » par la Fondation Recherche Cardio-Vasculaire, 6 lauréats ont été récompensés.

Le Docteur Daniel Vaiman pour ses travaux de recherche sur la pré-éclampsie, une pathologie grave de la grossesse qui touche une femme sur 20 et multiplie par 4 à 8 le risque de maladies cardio-vasculaires des femmes. Il a reçu une bourse de 50 000 euros.

Le Professeur Pierre-Emmanuel Morange pour ses projets de recherche sur la maladie thromboembolique veineuse. La contraception orale combinée (COC) utilisant des oestroprogestatifs est la méthode contraceptive la plus répandue en France avec plus de 4 millions d’utilisatrices. Cette méthode peut s’accompagner de complications cardio-vasculaires comme la thrombose veineuse et sa complication immédiate, l’embolie pulmonaire. On recense chaque année en France 2500 épisodes de maladie thromboembolique veineuse et 20 décès par embolie pulmonaire, en lien avec l’utilisation des COC ! Il a reçu une bourse de 30 000 euros.

Le Docteur Anne-Clémence Vion pour son projet de recherche sur la prédisposition féminine aux anévrismes intracrâniens. Elle a reçu une bourse de 30 000 euros.

Le Docteur Antoine Ouvrard-Pascaud pour son projet de recherche sur les conséquences de la ménopause en tant que facteur aggravant de l’insuffisance cardiaque. Grâce à la bourse de la fondation, ses travaux ont fait l’objet d’une publication dans ESC Heart Failure (2021). Il a reçu une bourse de 30 000 euros.

Et enfin les 2 nouvelles lauréates 2020/2021 :

Le Docteur Marie-Christine Boutron-Ruault spécialiste reconnue internationalement des liens entre nutrition et maladies cardio-vasculaires pour son projet de recherche « risque d’accident vasculaire cérébral chez la femme et traitement hormonal de la ménopause, modulation par le type de traitement et la voie d’administration ». Ce projet a pour objectif, grâce à l’inclusion de 100 000 femmes françaises dans une cohorte de grande taille (cohorte E3N), de mieux connaître les liens éventuels entre prise de traitement hormonal de la ménopause et risque d’accident vasculaire cérébral dans un but de prévention. Elle a reçu une bourse de 30 000 euros.

Le Professeur Véronique Freund-Michel pour son projet de recherche sur l’insuffisance cardiaque droite consécutive à l’hypertension artérielle pulmonaire chez la femme. Ce projet a pour objectif d’identifier deux nouvelles cibles thérapeutiques « le facteur de croissance des nerfs (NGF) et la Connexine 43 (Cx43) » et de vérifier si celles-ci sont exprimées différemment dans le cœur droit chez la femme versus l’homme, et si les œstrogènes contribuent à ces différences. L’étude de ces différences devrait permettre la mise en place de traitements pour l’hypertension artérielle pulmonaire adaptés à la femme. Elle a reçu une bourse de 30 000 euros.

Retrouvez les portraits de chercheur sur http://www.fondation-recherche-cardio-vasculaire.org/coeur-de-femmes/coeur-de-femmes/portraits-de-chercheurs-et-scientifiques

Pour demain, la fondation va continuer à prendre à cœur le cœur des femmes. Innover, sensibiliser, informer. chercher, trouver et améliorer les connaissances, développer les outils de prévention et les traitements des maladies cardiovasculaires.

« Donner aux autres c’est se donner à soi-même. Toute notre histoire n’est qu’une histoire de survie». Danièle Hermann

A suivre
 

Pour en savoir plus : http://www.fondation-recherche-cardio-vasculaire.org

E.Bouillard

 

Partager :

Newsletter FRANCE
la Gazette du LABORATOIRE FRANCE
la Gazette du LABORATOIRE FRANCE