La gazette du DIAGNOSTIC / SANTE / Recherche clinique

 

CellProthera, une médecine régénératrice & personnalisée avec des thérapies


CellProthera, société de biotechnologie médicale créée en 2008, met au point une solution médicale unique au monde et 100% française qui permet de régénérer les tissus du cœur endommagés par un infarctus, par l’injection de cellules médicaments issues du prélèvement de cellules souches dans le sang du patient. Chaque patient devient « producteur » de son propre médicament ! Dans un contexte d’investissement – France 2030 pour devenir un leader de la production de thérapies innovantes, avec un financement de 800 millions d’euros pour faire de la France un leader en biothérapie et bioproduction au niveau international, CellProthera accompagne cet objectif et relève le défi d’être un pionnier en médecine régénératrice en tant que société de biotechnologie et établissement pharmaceutique.

Equipe CellProthera copyright Serge Nied Studio Chlorophylle
Equipe CellProthera - copyright Serge Nied Studio Chlorophylle
 

Automate STeMXpand V2La société a été fondée en 2008 par deux passionnés , Pr Philippe Hénon qui travaillait sur les cellules souches depuis les années 80 et Jean Claude Jelsch, entrepreneur et industriel actif dans le Grand-Est. Basé sur les travaux de recherche de l’institut de recherche en hématologie et transplantation (IRHT) que le Pr. Hénon a créé en 1987, ils décident de créer CellProthera pour développer les possibilités thérapeutiques de ces cellules souches sur le cœur. La particularité est d’utiliser les propres cellules du patient pour permettre la guérison. Finalement, la thérapie s’inspire de la nature - qui naturellement appelle ces cellules souches pour essayer de réparer et cicatriser –, amplifie le phénomène naturel en multipliant les cellules avec un objectif majeur : celui de régénérer le coeur pour guérir le patient et lui éviter les conséquences secondaires liées à l’infarctus sévère.

CellProthera se focalise aujourd’hui sur l’utilisation des cellules souches CD34+ autologues à visée cardiaque concentrées en un greffon cellulaire. Par l’injection de ce greffon, CellProthera favorise la régénération fonctionnelle du muscle cardiaque après infarctus sévère du myocarde. Son approche thérapeutique est enregistrée auprès des autorités sanitaires européennes (EMA – Juin 2013) en tant que Médicament de Thérapie Innovante sous le nom de ProtheraCytes®.

L’année 2021 a été une année intense pour la pépite française CellProthera. Grâce aux actions menées, l’entreprise alsacienne a réalisé de grandes avancées : le nombre de patients inclus a doublé et de nouveaux CHU ont rejoint les essais cliniques en cours.  De bons résultats qui permettent à l’entreprise d’accélérer son développement, de diversifier sa solution et de changer de dimension en 2022.

16 nouveaux patients inclus : Malgré les différents confinements et l’arrêt des essais cliniques en raison de la crise Covid, le recrutement de patients s’est accéléré en 2021. Grâce aux améliorations apportées au protocole avec l’aide de cardiologues de réputation internationale, comme le professeur Gilles Montalescot de l’hôpital la Pitié-Salpêtrière à Paris ou encore les professeurs Deepak Bhatt et Scott Solomon de la Harvard Medical School, 16 nouveaux patients ont pu être recrutés en cette seule année 2021,  deux fois plus vite qu’en période pré-covid.
De nouveaux centres ont rejoint l’aventure Cellprothera : En 2021, les CHU de Besançon, de Dijon en France et de Dundee en Angleterre ont fait le choix de rejoindre l’étude. Désormais la solution Cellprothera est testée dans 7 centres hospitaliers en France et 4 centres en Angleterre. De plus, 4 nouveaux centres hospitaliers prévoient d’intégrer les essais cliniques en 2022.

Une médecine personnalisée, comment ça marche pour le patient et les centres hospitaliers ?
A travers cette thérapie, chaque patient devient son propre médicament ! En effet, les cellules souches nécessaires à la régénération sont récupérées via une simple prise de sang sur le patient.
Ces cellules dites « autologues », sont démultipliées dans un automate dédié, dans l’objectif d’obtenir la dose suffisante pour traiter le patient. Ce biomédicament prêt en 9 jours, est ensuite injecté dans les tissus du cœur à régénérer au moyen d’un cathéter dans le cadre d’une procédure interventionnelle durant environ une heure. En quelques mois, le muscle cardiaque retrouve sa fonctionnalité, évitant ainsi des traitements futurs souvent lourds et dans certains cas la greffe de cœur.

Un automate de nouvelle génération pour une médecine personnalisée
Cellprothera a conçu et mis au point un automate permettant la mise en croissance des cellules. Ce dispositif médical, StemXpand® a été validé par le programme CardioCell.
Plus moderne et plus performant, une nouvelle version de l’automate permettant la démultiplication des cellules souches a été qualifiée cette année. Ce nouvel automate, issu du savoir-faire et de la technologie propriétaire de Cellprothera, permet de produire maintenant jusqu’à 5 cellules médicaments (ProtheraCytes®) en parallèle contre 1 auparavant, tout en garantissant un plus haut niveau de fiabilité et de rendement.
Grace à cette capacité d’automatisation, la technologie de production développée par Cellprothera franchit une étape importante : celle démontrant la faisabilité de produire à moyenne et grande échelle un médicament de thérapie cellulaire autologue, à des coûts abordables pour les systèmes de santé.

De nouveaux arrivants chez CellprotheraPLATEFORME TECHNOLOGIQUE

L’arrivée de Matthieu de Kalbermatten à la présidence de la biotech a insufflé un nouveau dynamisme à l’entreprise. Aujourd’hui, 22 personnes constituent l’équipe et participent à l’évolution de la société, avec des compétences multiples : recherche, développement, qualité et sécurité etc... Cette année les multiples avancées réalisées ont attiré de nouveaux talents :
-     Ibon GARITAONANDIA au poste de Directeur scientifique. Il a pour mission de consolider et d’enrichir la solution thérapeutique élaborée par le médecin et fondateur de Cellprothera, Philippe Hénon.
Fort de 15 ans d’expérience dans la recherche sur les cellules souches et la médecine régénératrice, Ibon Garitaonandia est notamment passé par le Richmond Research Institute à Londres, l’Histocell en Espagne et International StemCell Corporation en Californie (1ère entreprise à recevoir une approbation réglementaire au monde pour mener un essai clinique basé sur des cellules souches pluripotentes humaines dans la maladie de Parkinson).
-     Olivier Friedrich au poste de Directeur Financier. Il est en charge de la gestion du financement et de la trésorerie de Cellprothera afin d’accompagner son développement et sa croissance.
Maitre de conférences à l’EM Strasbourg en Finance et réglementation, Olivier Friedrich a officié plus de 15 années dans la finance, le contrôle de gestion et la fiscalité auprès d’entreprises comme EY, La France de l’Energie, Hess Automobile…
-     Hendrik Streefkerk en tant que Directeur Médical translationnel. Son rôle consiste à mettre en œuvre la stratégie de développement clinique de Cellprothera et à superviser la bonne conduite des essais cliniques en cours, en particulier le développement clinique des  ProtheraCytes et le suivi de la sécurité du médicament .
Diplomé de l’University Medical Center Utrecht, il a été responsable de recherche en Pharmacologie clinique pour Organon/Schering-Plough aux Pays Bas, puis chez Actelion en Suisse avant de rejoindre le département Médecine Translationnelle et Sécurité Clinique du Groupe Novartis à Bâle. Dernièrement, il a été Directeur Médical et de Pharmacovigilance d’une biotech spécialisée en oncologie à Bâle.

2022 : Cellprothera change de dimension

Au regard des résultats obtenus en 2021, Cellprothera accélère son développement et vise pour 2022 la fin du recrutement de patients de l’essai de Phase 2 en cours et en 2023 le démarrage de l’essai suivant de Phase 3. Dès 2023, Cellprothera prévoit, au moins en France, de demander l’accès précoce au marché. En effet la thérapie innovante pourrait permettre de traiter des patients à risque de mortalité importante et avec un risque faible au vu de l’utilisation des cellules propres du patient. Cette mise sur le marché sera faite en parallèle de la mise en œuvre de la Phase 3 en Europe et aux Etats-Unis, pour des résultats attendus en 2025.

En parallèle, Cellprothera va diversifier sa solution de régénération tissulaire sur d’autres pathologies. Un essai clinique dans l’arthrose du genou est prévu prochainement en France en partenariat avec, entre autres, le CHU de Montpellier. Les équipes de recherche et développement de Cellprothera travaillent également sur d’autres pistes autour de cette médecine régénératrice, en particulier pour des maladies cardiovasculaires … Infarctus, insuffisance cardiaque etc les nombreux maux du cœur pourraient être en voie de trouver leur remède sans médicament et sans greffe grâce aux cellules souches ! De belles perspectives !

« Ces avancées concrètes sont le fruit du travail de toute l’équipe de Cellprothera et de ses partenaires. Malgré les difficultés rencontrées pendant la crise Covid, les équipes ont su se mobiliser pour apporter des solutions et explorer de nouvelles pistes. Grâce à cet effort commun, nous sommes maintenant plus forts et mieux armés pour mener à bien notre ambitieux projet. Et nous avons encore beaucoup de choses à découvrir ! » confie Matthieu de Kalbermatten, Président de Cellprothera.

A suivre !

Pour plus d’information : www.cellprothera.com/fr/
Contact : contact@cellprothera.com
Antoine Monnier – 06 03 71 76 10 – amonnier@mediatiser.tv


E.BOUILLARD

Les chiffres
80 000 et 100 000 infarctus par an en France dont 20/25 000 infarctus sévères
12 000 décès par an - environ 10 % des victimes décèdent dans l’heure qui suit et le taux de mortalité à un an est de 15%.
Objectif de Cellprothera :
1 traitement, 1 fois pour améliorer la qualité de vie des patients et éviter les hospitalisations

 

 

Partager :

La gazette du DIAGNOSTIC / SANTE / Recherche clinique
Newsletter DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC