PHARMAGORA 2024     AVEC SANTE     DIAG    


2023-05-01 
Développement durable, RSE, transition énergétique… le secteur de la santé passe à la vitesse supérieure !

« La crise climatique est une crise sanitaire », rappelait l’OMS en 2022. Face à ce double enjeu écologique et de santé publique, une seule solution : des actions durables permettant une transformation en profondeur de tous les pans de nos sociétés, y compris nos systèmes de santé. Conscients de cette nécessité, les acteurs sanitaires et médico-sociaux s’en sont saisis comme le montre le foisonnement des démarches sur le terrain, même si quelques disparités demeurent quant à l’avancement.

Pour Rudy Chouvel, Directeur d’hôpital et Responsable Adjoint du Pôle O.F.F.R.E.S de la FHF(1), pas de doute, les acteurs sanitaires et médico-sociaux sont désormais pleinement mobilisés sur le sujet du développement durable (au sens large) : « La prise de conscience est faite, du côté des établissements comme des tutelles, des agences, des centrales d’achats, des fédérations, des prestataires et partenaires, des fournisseurs de médicaments et de dispositifs médicaux (DM)… Cela a pu mettre un certain temps car le secteur de la santé est très complexe, soumis à de fortes contraintes mais aujourd’hui tous les acteurs sont plus ou moins mobilisés autour de ces questions qui font d’ailleurs l’objet d’un consensus. » Un point de vue partagé par Laurie Marrauld, experte en Santé durable à l’Anap et maîtresse de conférence à l’École des Hautes Études en Santé Publique (EHESP), pour qui « le secteur a pris la mesure qu’il y avait un sujet en termes d’impact environnemental mais également de soutenabilité ».

Les 4 piliers de la RSE en Santé

  • Axe économique, en grande partie constitué du capital immatériel d’un établissement de santé (patientèle, compétences des professionnels, partenaires de l’établissement, système d’information…).
  • Axe social et sociétal: ancrage local, conditions de travail, dialogue social, qualité de vie au travail…
  • Axe gouvernance qui commence par la définition de la responsabilité sociétale de l’établissement et l’identification de toutes ses parties prenantes.
  • Axe environnemental: atténuation du changement climatique, réduction des consommations (énergie, eau…) et gestion des déchets.

Au commencement était le terrain…

La prise en compte des enjeux se traduit maintenant par les actions des équipes de terrain

En pratique, les champs d’action et projets relatifs au développement durable et à la transition écologique sont aussi nombreux que divers : éco-maternités, filières des déchets, restauration (avec le label Mon Resto Responsable par exemple), bionettoyage, biodiversité et végétalisation, informatique, consommation énergétique, bloc opératoire ou PUI « vert »

Les idées ne manquent pas sur le terrain. Car c’est bien de là que tout part comme le souligne Rudy Chouvel : « Tous ces projets qui se structurent sur le territoire ont en commun d’être portés par les équipes de terrain. Et ce, quels que soient les profils, les échelons et les services : hygiénistes, ingénieurs, professionnels médicaux et paramédicaux, directions… Il y a des initiatives depuis longtemps ! Maintenant que les établissements demandent des moyens et que le volet éco-responsable est devenu obligatoire dans le projet d’établissement, les tutelles s’en saisissent ».

Des enjeux importants

Achat, écoconception des soins, encadrement réglementaire, financement… les équipes doivent relever des défis importants.

Les enjeux en matière de développement durable sont forts et nombreux pour les établissements et leurs équipes. À commencer par les achats, puisque tout, ou presque, découle d’eux. Médicaments, DM, véhicules, restauration mais aussi déchets (car relevant d’un marché public), etc. : tout est achat. L’écoconception des soins est également une démarche de fond car elle nécessite une réflexion sur l’ensemble du process et sur la pertinence de chaque étape. Le versant réglementaire… et le financement, notamment de la transition énergétique, sont également des sujets clés. Sur le financement, Rudy Chouvel est clair : « Pour un projet ambitieux, il faut des moyens. Mais la transition énergétique peut aussi être facteur de performance, puisque cela permet ensuite de lutter contre le gaspillage et donc, de moins dépenser ».

Ancrer les bénéfices dans la durée

Un virage du développement durable qui est favorable à la qualité de vie au travail et à l’attractivité.

 En matière de transition écologique et énergétique, justement, il devient essentiel de travailler sur le concept d’hôpital magnétique notamment développé en Europe du Nord, comme l’explique Claude Rolland, Directeur de la Business Line Santé de Bouygues Bâtiment France Europe : « cela consiste à faire entrer le plus possible de lumière et de végétation dans le bâtiment. Non seulement cela permet des gains d’énergie mais cela donne envie aux patients et aux personnels d’être dans les établissements ». Car les changements liés au développement durable permettent d’améliorer la qualité de vie au travail et de fédérer les équipes : « Si la science ne l’a pas encore vérifié, les premiers signes sont plutôt encourageants : ce sont en effet des sujets créateurs d’émulation et d’attractivité qui permettent de mobiliser les équipes, explique la chercheuse Laurie Marrauld. Mais il faut que ce soit pérenne sinon cela peut créer de la frustration ».

Une logique de territoire

Des solutions sont à trouver et à mettre en œuvre au niveau de chaque territoire.

Si un cap et des objectifs nationaux sont nécessaires, des solutions propres à chaque territoire le sont tout autant : « cela nécessite une logique territoriale pour amorcer une sensibilisation et des démarches conjointes : la résilience ne peut pas être uniquement liée à l’entité de l’établissement, il faut le territoire pour faire face ». Pour cela, les acteurs de santé ne sont pas seuls comme le précise Rudy Chouvel : « Les réseaux d’experts et de pairs RSE, comme les Conseillers en transition écologique et énergétique (CTEES), se densifient : il faut se rapprocher d’eux ».

Tout indique que le secteur de la santé est en train d’intégrer les enjeux de développement durable et va transformer l’essai. Les équipes passent à la vitesse supérieure car, comme le rappelle Laurie Marrauld, « il est trop tard pour être pessimiste ! ». SantExpo 2023 en sera le reflet, autant par le foisonnement de solutions présentées que des conférences proposées sur ces enjeux !

 

RDV à SANTEXPO du 23 au 25 Mai 2023 à Paris

 

 

 

 

Partager cette brève :

Newsletter DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC