MEDINOV     AVEC SANTE     PHARMAGORA 2024     MEDINTECHS     DIAG    


2023-11-07 
Les Premiers Résultats Obtenus Avec Le Système D’administration Intravésicale D’erdafitinib (TAR-210) Montrent Des Signes Précoces D’activité Clinique Positive Chez Des Patients Atteints De Cancer De La Vessie N’infiltrant Pas Le Muscle Et Présentant Des Altérations Du Récepteur Du Facteur De Croissance Des Fibroblastes

Les résultats de l’étude TAR-210 menée pour la première fois chez l’homme mettent en évidence le potentiel de libération locale prolongée de l’erdafitinib grâce à un nouveau système d’administration intravésicale.1
Les résultats de la Phase 1 montrent un profil d’innocuité gérable avec une toxicité systémique limitée et des réponses complètes précoces chez des patients atteints d’une TVNIM1 à risque élevé ou intermédiaire.


BEERSE, BELGIQUE, 24 oct. 2023 (GLOBE NEWSWIRE) -- Les sociétés pharmaceutiques Janssen de Johnson & Johnson ont annoncé aujourd’hui les premiers résultats d’une étude ouverte et multicentrique de Phase 1 évaluant l’innocuité et l’efficacité du TAR-210, un système d’administration intravésicale conçu pour assurer une libération locale soutenue d’erdafitinib dans la vessie chez des patients atteints d’une tumeur de la vessie non infiltrante du muscle (TVNIM) présentant certaines altérations du récepteur du facteur de croissance des fibroblastes (FGFR).1 Ces données ont été présentées aujourd’hui lors d’une Session De Mini-Présentations orales tardives au congrès 2023 de la European Society for Medical Oncology (ESMO) qui se tient du 20 au 24 octobre à Madrid, en Espagne (résumé #LBA104).1

« Notre ambition est non seulement d’améliorer les résultats cliniques pour les patients atteints de cancers de la vessie, mais aussi de répondre aux besoins non satisfaits concernant l’amélioration de la qualité de vie », a déclaré Martin Vogel, EMEA Therapeutic Area Lead Oncology, Janssen-Cilag GmbH. « Nous sommes déterminés à faire progresser le traitement du cancer de la vessie à tous les stades de la maladie. Les premiers résultats positifs de l’étude TAR-210 sur ce système d’administration de médicaments par voie intravésicale nous incitent à redoubler d’efforts pour intégrer cette approche au processus de prise en charge des patients. »

Les résultats comprennent les données de la Cohorte 1 [(C1) ; patients atteints de TVNIM à haut risque (HR) récurrent, ne répondant pas au vaccin Bacille de Calmette et Guérin (BCG) (Ta/T1 de haut grade ; papillaire uniquement) qui ont refusé ou n’étaient pas éligibles pour une cystectomie radicale] et de la Cohorte 3 [(C3) ; patients atteints de TVNIM à risque intermédiaire (IR) (Ta/T1) maladie papillaire de bas grade] laissées in situ en tant que lésions marqueurs de tumeur.1

Au 29 août 2023, date de clôture des données, 43 patients avaient été traités par TAR-210 dans les deux Cohortes.1 Sur les 16 patients de la Cohorte C1 atteints de TVNIM HR ayant répondu positivement, 82 pour cent étaient sans récidive (RF). 1 La durée médiane d’exposition au traitement était de 3,7 mois, 94 pour cent des 16 patients étant toujours à l’étude.1 Dans la Cohorte C3, 87 pour cent des 27 patients atteints de TVNIM IR ayant obtenu au moins une réponse ont obtenu une réponse complète (RC).1 La durée médiane d’exposition au traitement était de 4,2 mois.1

Les effets indésirables liés au traitement (EIT) les plus fréquents étaient des EIT de Grade 1/2 concernant les voies urinaires inférieures (TRAEs).1 Il n’y a pas eu de toxicité limitant la dose ni de décès.1 Deux patients ont interrompu l’étude en raison d’EIT concernant des symptômes urinaires de bas grade, et un patient a eu des EIT graves concernant une pyélonéphrite et une septicémie.1

« Les patients atteints d’un cancer de la vessie n’infiltrant pas le muscle, à risque élevé ou intermédiaire, n’ont connu que des progrès limités en matière de traitement au cours des 50 dernières années et les options disponibles sont associées à un risque élevé de récidive et à des effets secondaires importants », a déclaré Antoni Vilaseca*, docteur en sciences médicales M.D., Ph.D., de l’Hospital Clínic de Barcelona, et auteur principal de l’étude de la Phase 1 TAR-210. « Nous attendons avec impatience les prochains résultats de cette étude et la poursuite du développement de l’administration localisée de l’erdafitinib »

« Nous faisons progresser cette nouvelle technologie avec l’ambition de proposer aux patients atteints d’un cancer localisé de la vessie des schémas thérapeutiques sans Bacille de Calmette-Guérin et ménageant la vessie », a déclaré Jeffrey Infante, docteur en médecine, Global Head, Oncology Early Clinical Development and Translational Research, Janssen Research & Development, LLC. « Ces résultats encourageants renforcent notre engagement à améliorer les résultats pour les patients en traitant les maladies à un stade précoce grâce à cette technologie d’administration intravésicale. »


A Propos du TAR-210
Le TAR-210 est un système expérimental d’administration intravésicale d’erdafitinib.1 L’innocuité et l’efficacité du TAR-210 sont évaluées dans le cadre d’une étude de la Phase 1 (NCT05316155) chez des patients atteints d’une tumeur de la vessie infiltrante du muscle (TVIM) et de TVNIM.2 L’étude répartit les patients en quatre Cohortes en fonction de la présentation de la maladie.2,3 La Cohorte 1 (C1) comprend les patients atteints d’une TVNIM récurrente à haut risque ne répondant pas au BCG avec une maladie papillaire de haut grade concomitante qui ont refusé ou ne sont pas éligibles pour une cystectomie radicale (RC).3 La Cohorte 2 (C2) comprend les patients ayant la même présentation, mais pour lesquels une RC est prévue.3 La Cohorte 3 (C3) inclut les patients atteints d’une TVNIM récurrente à risque intermédiaire avec des antécédents de maladie papillaire de bas grade.3 Il faut avoir une /des tumeur(s) visible(s) pour être éligible au C3.2 La Cohorte 4 (C4) comprend des patients atteints de TVIM pour lesquels une RC est prévue, qui refusent ou ne sont pas éligibles pour une chimiothérapie à base de platine.2,3 Le critère d’évaluation principal de l’étude est l’innocuité (événements indésirables, y compris la toxicité limitant la dose).2,3 Les critères d’évaluation secondaires comprennent la pharmacocinétique (PK), la survie à la récidive chez les patients des C1 et C2, le taux de RC et la durée de la RC chez les patients de la C3 et le taux de RC pathologique chez les patients de la C4.3

A Propos de l’Erdafitinib
L’erdafitinib est un inhibiteur de la tyrosine kinase du récepteur du facteur de croissance des fibroblastes (FGFR) à prise unique quotidienne par voie orale4 évalué par Janssen Research & Development, LLC dans des essais cliniques de la Phase 2 et 3 chez des patients atteints d’un cancer urothélial avancé.5,6,7,8
En plus de l’étude TAR-210, l’erdafitinib fait l’objet de l’étude de la Phase 3 THOR (NCT03390504), qui évalue l’efficacité de l’erdafitinib par rapport à la chimiothérapie ou au pembrolizumab chez des patients atteints d’un cancer urothélial avancé présentant certaines altérations du FGFR, dont la maladie a progressé pendant ou après au moins une ligne de traitement contenant un agent du récepteur de mort cellulaire programmée 1 (PD-1) (Cohorte 1), ou un traitement antérieur ne contenant pas d’anticorps anti-PD-(L) 1 (Cohorte 2),9 l’étude de la Phase 2 THOR2/BLC2003 (NCT04172675) examinant l’erdafitinib par rapport à une chimiothérapie intravésicale choisie par l’investigateur chez des participants ayant reçu le BCG et ayant récidivé avec une tumeur de la vessie non infiltrante du muscle à haut risque ;6 l’étude de la Phase 1b/2 NORSE (NCT03473743) d’erdafitinib en association avec le cetrelimab chez des patients atteints d’un cancer de la vessie localement avancé ou mUC et présentant des altérations des gènes FGFR3 ou FGFR2 ;7 l’étude de la Phase 2 RAGNAR (NCT04083976) de la phase 2 évaluant l’innocuité et l’efficacité de l’erdafitinib chez des patients atteints de tumeurs solides avancées, indépendamment du type de cancer ou de la localisation de la tumeur (diagnostic tumoral), en raison d’altérations du gène FGFR1-4.8
En 2008, Janssen Pharmaceutica NV a conclu un accord mondial exclusif de licence et de collaboration avec Astex Therapeutics Limited pour développer et commercialiser l’ erdafitinib.10

A Propos Du Cancer De La Vessie Non Infiltrante Du Muscle
La tumeur de la vessie non infiltrante du muscle (TVNIM) est un cancer présent dans le tissu qui tapisse la surface interne de la vessie.11 Le muscle de la vessie n’est pas concerné.11.Les patients sont classés dans l’un des trois groupes de risque qui décrivent la probabilité de progression, de propagation ou de récidive du cancer après le traitement : risque faible, risque intermédiaire ou risque élevé.12 La cystectomie radicale est actuellement recommandée pour les patients atteints de TVNIM qui échouent au traitement BCG, avec plus de 90 pour cent de survie spécifique au cancer si elle est effectuée avant la progression invasive du muscle.12,13 Étant donné que la TVNIM touche généralement des patients plus âgés, beaucoup d’entre eux peuvent ne pas vouloir ou ne pas être en mesure de subir une cystectomie radicale.13 Les taux élevés de récidive et de progression peuvent entraîner une morbidité et une détresse significatives pour ces patients.13

A Propos Du Laboratoire Pharmaceutique Janssen Du Groupe Johnson & Johnson
Chez Janssen, nous créons un avenir où la maladie appartient au passé. Nous sommes un laboratoire pharmaceutique du groupe Johnson & Johnson et nous travaillons sans relâche pour que cet avenir devienne une réalité pour les patients du monde entier, en combattant la maladie par la science, en améliorant l’accès par l’ingéniosité et en guérissant le désespoir par tous nos efforts. Nous nous concentrons sur les domaines de la médecine où nous pouvons faire la plus grande différence, Oncologie, Immunologie, Neurosciences, Maladies Cardiovasculaires, Hypertension Pulmonaire et Rétine.
Pour en savoir plus, consultez notre site Web à l’adresse suivante : www.janssen.com/emea


###
Mises En Garde Relatives Aux Declarations Prospectives
Ce communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » telles que définies dans le Private Securities Litigation Reform Act de 1995 relatif au développement du produit, aux avantages potentiels et à l’impact du traitement par le TAR -210. Le lecteur est invité à ne pas se fier à ces déclarations prospectives. Ces déclarations sont basées sur les attentes actuelles d’événements futurs. Si les hypothèses sous-jacentes s’avéraient inexactes ou si des risques ou incertitudes connus ou inconnus se matérialisaient, les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes et projections de Janssen Pharmaceutica NV, Janssen-Cilag Limited, Janssen Research & Development, LLC, de tout autre laboratoire pharmaceutique Janssen et/ou de Johnson & Johnson. Les risques et incertitudes comprennent, sans s’y limiter, les défis et incertitudes inhérents à la recherche et au développement de produits, y compris l’incertitude du succès clinique et de l’obtention des autorisations réglementaires, l’incertitude du succès commercial, la concurrence, y compris les progrès technologiques, les nouveaux produits et les brevets obtenus par les concurrents, les contestations de brevets, les changements dans le comportement et les habitudes de dépenses des acheteurs de produits et services de soins de santé, les changements dans les lois et réglementations applicables, y compris les réformes mondiales des soins de santé, et les tendances en matière de maîtrise des coûts des soins de santé. Une liste et des descriptions supplémentaires de ces risques, incertitudes et autres facteurs peuvent être trouvées dans le rapport annuel de Johnson & Johnson sur formulaire 10-K pour l’exercice clos le 1 janvier 2023, y compris dans les sections intitulées « Mise en garde concernant les déclarations prospectives » et « Rubrique 1A. Facteurs de risque », et dans les rapports trimestriels ultérieurs de Johnson & Johnson sur formulaire 10-Q et autres documents déposés auprès de la Securities and Exchange Commission. Des copies de ces documents sont disponibles en ligne à l’adresse : www.sec.gov, www.jnj.com ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Ni les laboratoires pharmaceutiques Janssen ni Johnson & Johnson ne s’engagent à mettre à jour les déclarations prospectives à la suite de nouvelles informations ou d’événements ou développements futurs.
*Le Dr. Vilaseca n’a été rémunéré pour aucun travail médiatique.

###
Références
1 Vilaseca A., et al. First Safety and Efficacy Results of theTAR-210 Erdafitinib Intravesical Delivery System in Patients with Non–Muscle-Invasive Bladder Cancer (NMIBC) With Select FGFR Alterations. 2023 European Society for Medical Oncology. Présentation orale, réunion annuelle 2023 de l’ESMO. 22 octobre 2023.
2 Clinicaltrials.gov. Study of Erdafitinib Intravesical Delivery System for Localized Bladder Cancer. Disponible sur : https://classic.clinicaltrials.gov/study/NCT05316155. Dernière consultation en octobre 2023.
3 Vilaseca A., et al. Safety and efficacy of the erdafitinib (erda) intravesical delivery system, TAR-210, in patients (pts) with non-muscle-invasive bladder cancer (NMIBC) or muscle-invasive bladder cancer (MIBC) harboring select FGFR mutations or fusions: Phase 1 first-in-human study. Journal of Clinical Oncology. 2023;41(6)_ suppl.TPS583.
4 Tabernero J., et al. Phase I dose-escalation study of JNJ-42756493, an oral pan-fibroblast growth factor receptor inhibitor, in patients with advanced solid tumours. J Clin Oncol. 2015;33:3401–3408.
5 Loriot Y., et al. Phase 3 THOR study: results of erdafitinib versus chemotherapy in patients with advanced or metastatic urothelial cancer with select fibroblast growth factor receptor alterations. Présentation orale à l’ASCO 2023.
6 Clinicaltrials.gov. A Study of Erdafitinib Versus Investigator Choice of Intravesical Chemotherapy in Participants Who Received Bacillus Calmette-Guérin (BCG) and Recurred With High Risk Non-Muscle-Invasive Bladder Cancer (NMIBC). Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/study/NCT04172675. Dernière consultation en octobre 2023.
7 Clinicaltrials.gov. A Study of Erdafitinib in Participants With Metastatic or Locally Advanced Urothelial Cancer. Disponible sur : https://www.clinicaltrials.gov/study/NCT03473743. Dernière consultation en octobre 2023.
8 Clinicaltrials.gov. A Study of Erdafitinib in Participants With Advanced Solid Tumors and Fibroblast Growth Factor Receptor (FGFR) Gene Alterations (RAGNAR). Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/study/NCT04083976. Consulté en octobre 2023.
9 Clinicaltrials.gov. A Study of Erdafitinib Compared With Vinflunine or Docetaxel or Pembrolizumab in Participants With Advanced Urothelial Cancer and Selected Fibroblast Growth Factor Receptor (FGFR) Gene Aberrations (THOR). Disponible sur : https://clinicaltrials.gov/study/NCT03390504. Dernière consultation en octobre 2023.
10 Astex Therapeutics Limited. Astex Announces New Drug Discovery Alliance with Janssen Pharmaceutica N.V. 2008. Disponible sur : https://astx.com/wpcontent/uploads/2016/11/ASTX_News_2008_6_9_General_Releases.pdf. Dernière consultation en octobre 2023.
11 Urology Care Foundation. Non-muscle Invasive Bladder Cancer. Disponible sur : https://urologyhealth.org/urology-a-z/n/non-muscle-invasive-bladder-cancer. Dernière consultation en octobre 2023.
12 Isharwal S., Konety B. Non-muscle invasive bladder cancer risk stratification. Indian J Urol. 2015 oct.-déc. 31(4) :289-96. doi : 10,4103/0970-1591,166445. PMID: 26604439 ; PMCID: PMC4626912. Dernière consultation en octobre 2023.
13 Brooks N.A., O’Donnell M.A. Treatment options in non-muscle-invasive bladder cancer after BCG failure. Indian J Urol. 2015;31(4) :312-319. doi :10.4103/0970-1591.166475. Dernière consultation en octobre 2023.
CP-417603

 

Partager cette brève :

Newsletter DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC
la Gazette du DIAGNOSTIC