Sous les projecteurs de Contamin@Lyon, Oxy’Pharm met en lumière ses solutions NOCOTECH pour une bio-désinfection automatisée des surfaces simple, rapide et écoresponsable !

La société Oxy’Pharm, spécialise de la DSVA [Désinfection des Surfaces par Voie Aérienne], exposait les 23 et 24 mars derniers sur le salon Contamin@Lyon. A l’honneur, ses solutions NOCOTECH, 100% françaises, 100% biodégradables.

Comment l’Entreprise s’est-elle imposée sur le marché de l’anti-contamination ? Quelles solutions propose-t-elle ? Quels sont les principaux atouts de ses dispositifs et produits désinfectants ? Trois questions que nous avons posées à Christian JOUBERT, responsable commercial France des secteurs pharmaceutique, cosmétique & parfumerie chez Oxy'Pharm…

La Gazette du Laboratoire (LGdL) : « Bonjour Monsieur JOUBERT. Oxy’Pharm fêtera l’année prochaine ses 20 ans, forts d’un savoir-faire 100% français. Comment l’Entreprise s’est-elle imposée sur le marché de l’anti-contamination ? »

Christian JOUBERT (C. J.) : « La société Oxy’Pharm est spécialisée dans la lutte contre les infections et les contaminations depuis près de 20 ans en effet. Elle a été fondée en 2003 par Thierry ROULEAU, Docteur en pharmacie, avec l’objectif de lutter contre les infections nosocomiales dans une démarche d’écoresponsabilité et de développement durable.

L’entreprise s’est alors spécialisée dans la fabrication et la distribution de machines et de produits biodégradables sur deux champs d’application : la désinfection automatisée des surfaces et la désinsectisation. Et c’est en 2006, afin de trouver une alternative à l’emploi du formaldéhyde, classé cancérogène, et largement présent jusqu’alors dans les protocoles de désinfection, que nous avons travaillé à mettre au point un nouveau procédé de désinfection des surfaces par voie aérienne (DSVA), basé sur l’utilisation du peroxyde d’hydrogène sous forme gazeuse. De cette idée est né le concept NOCOTECH, aujourd’hui employé dans plus de 140 pays.

Une autre étape importante dans l’histoire d’Oxy’Pharm est l’acquisition, en 2019, de la société SANIVAP. L’expertise de cette dernière dans la fabrication et la distribution d’équipements de bionettoyage par la vapeur offre une parfaite complémentarité avec celle d’Oxy’Pharm, dans le domaine de la bio-désinfection. Toute la philosophie de l’entreprise est depuis axée sur la combinaison de ces deux technologies – le bionettoyage et la bio-désinfection – dans le but d’éliminer le risque de voir naitre des germes résistants.

Aujourd’hui, le groupe Oxy’Pharm réunit plus de 70 salariés, dont des techniciens, commerciaux, ingénieurs, chimistes… Son siège est basé à Champigny-sur-Marne, à proximité de Paris, où est également centralisée toute l’activité de production de sa gamme NOCOTECH, tandis que les dispositifs SANIVAP sont fabriqués en région lyonnaise à Sainte Consorce, ce qui fait d’OXY’PHARM un producteur 100% français. Nos valeurs phares ? Des produits 100% français, 100% biodégradables, garantissant un bionettoyage et une bio-désinfection irréprochables ! »

LGdL : « Dites-nous en plus sur la gamme de solutions NOCOTECH exposée sur Contamin@Lyon, ses différents modèles et leur mode d’action… »

C. J. : « La gamme NOCOTECH offre une solution de nouvelle génération, 100% automatisée, dédiée à la DSVA. Le concept, commun à l’ensemble des équipements de la gamme, repose sur l’action couplée d’un système de diffusion et d’un produit désinfectant, totalement biodégradable sous forme d’eau et d’oxygène.

Plusieurs modèles de machines sont disponibles dont le NOCOSPRAY et le NOCOMAX EASY qui permettent de traiter respectivement des pièces de 10 à 1 000 m3, et de 500 à 20 000 m3. Le NOCOSPRAY mural se fixe quant à lui au mur ou au plafond pour traiter des surfaces jusqu’à 1 000 m3, tandis qu’une version murale « avec traversée de cloison » est proposée pour une intervention depuis l’extérieur de la pièce à traiter.

Toutes les machines fonctionnent selon le même principe, utilisant une turbine chauffante et ionisante pour diffuser les produits désinfectants sous forme de brouillard sec. L’association de la vitesse et de la température permet l’ionisation des particules émises et la dégradation du peroxyde en radicaux libres extrêmement oxydants - ions « super oxyde » - à durée de vie très courte. Grâce à cette dégradation naturelle rapide (en eau et en oxygène), aucune formation de Composés Organiques Volatils n’est générée. La taille des particules (5µ en moyenne) de ce brouillard non mouillant assure une sédimentation lente et parfaitement uniforme sur chaque cm² du local traité, sans générer d’humidité sur les surfaces.

Les produits de bio-désinfection de la gamme NOCOTECH, prêts à l’emploi, se présentent quant à eux sous forme liquide. Ils sont formulés à base de peroxyde d’hydrogène (H2O2) et exempts d’acide peracétique. Parmi ceux-ci : le NOCOLYSE+ composé de 12% de peroxyde d’hydrogène et 17ppm d’argent, et le NOCOLYSE FOOD, contenant 7,9% de peroxyde d’hydrogène, sans argent, et utilisé principalement pour traiter des surfaces en contact avec des aliments.

L’utilisation d’un dispositif NOCOTECH est très simple. Il suffit de programmer le volume de la pièce à désinfecter et de lancer le traitement. Se succèdent alors deux phases : la diffusion et le temps de contact. Le temps de contact est la durée nécessaire au dépôt homogène du brouillard désinfectant sur l’ensemble des surfaces de la pièce traitée, à son efficacité biocide et à sa dégradation naturelle en eau et en oxygène.

Pour un traitement curatif, ce temps de contact devra être d’une heure minimum. Pour une désinfection préventive, il est conseillé d’utiliser le système NOCOTECH quotidiennement à des doses extrêmement faibles (1ml par m3 au lieu de 5 ml par m3, préconisés par la norme), permettant de maintenir la stérilité de la pièce traitée avec une grande efficacité. Prenons l’exemple d’un local de 50 m3 ; la diffusion durera trois minutes pour un temps de contact de trente minutes. La durée totale de la désinfection quotidienne se limitera donc à 33 minutes. La machine s’arrête automatiquement à la fin du temps de diffusion. Aucune intervention n’est nécessaire après le temps de contact (pas besoin d’essuyer ou d’aérer). Un mode d’action simple et rapide, écoresponsable et conforme aux exigences normatives ! »

LGdL : « Quels atouts faut-il retenir du système NOCOTECH, comparé aux autres solutions de DSVA disponibles sur le marché ? »

C. J. : « Le composé utilisé par Oxy’Pharm - le peroxyde d’hydrogène – est reconnu depuis très longtemps pour sa capacité à dégrader totalement l’ensemble des germes tout comme pour sa remarquable efficacité sur les virus. Plusieurs études ont d’ailleurs démontré l’efficacité de nos produits et de notre concept de désinfection des surfaces par voie aérienne sur les virus dont la Covid-19, les bactéries, les levures, les spores et les fongiques.

La désinfection des surfaces par voie aérienne est en outre adaptée à toutes surfaces, y compris celles hors d’atteinte des opérateurs. Nos machines de diffusion offrent ainsi la possibilité de traiter de façon automatisée aussi bien des petits volumes (bloc opératoire, laboratoire…) que des très grands (industrie agro-alimentaire, pharmaceutique…), quel que soit le niveau de confinement des pièces à désinfecter et les équipements qui s’y trouvent : hottes à flux laminaires, incubateurs, postes de sécurité microbiologique (PSM)… Le système NOCOTECH peut d’ailleurs être placé à l’extérieur comme à l’intérieur d’un PSM, pour traiter non seulement les surfaces mais également les filtres HEPA ; une alternative au remplacement de filtres, très intéressante tant en termes de temps et d’efficacité que de coût !

A noter également la fonction pistolet du système NOCOSPRAY, particulièrement utile pour la désinfection d’équipements tels que les PSM et les gaines de ventilation, et la compacité du dispositif qui constitue un réel avantage en termes de transport. C’est un appareil léger que l’on peut facilement déplacer entre les étages et d’une unité à l’autre ! Le NOCOMAX, permettant de traiter des pièces jusqu’à 20 000 m3, se révèle lui aussi très maniable grâce à son montage sur roues. Sa surface en inox, par ailleurs, permet de l’utiliser dans des zones contrôlées comme des animaleries… »

Soulignons aussi que tous les produits Oxy’Pharm sont totalement biodégradables, non allergènes, non corrodants pour les surfaces, parfaitement respectueux de l’environnement et sans danger pour l’Homme. « Je souhaiterais d’ailleurs insister sur le fait que ce procédé de bio-désinfection gazeux ne génère absolument aucun résidu. C’est un point très important et différenciant par rapport aux autres techniques de DSVA », ajoute Christian JOUBERT. « Il est également essentiel de rappeler qu’il n’existe aucun risque de corrosion, ni problème à utiliser cette technique sur des surfaces électroniques. Quand on traite un laboratoire, rien n’est à exclure ; au contraire, il est même possible d’en ajouter !

La réduction du temps nécessaire à l’opération de désinfection est également un atout important du dispositif NOCOTECH. Là où l’utilisation du formaldéhyde nécessitait de bloquer la pièce pendant deux à trois jours, la solution NOCOTECH permet de réaliser la désinfection et d’accéder de nouveau aux lieux, en deux heures seulement.

Oxy’Pharm est certifiée ISO 13485 :2016, norme internationale qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité propre au secteur des dispositifs médicaux. Le concept NOCOTECH est quant à lui enregistré au niveau européen (auprès de l’ECHA – European Chemicals Agency) dans le cadre de la Directive Biocide. Il est par ailleurs conforme aux normes de DSVA (Désinfection des Surfaces par Voie Aérienne) : NF T72281 (version novembre 2014), récemment transformée à l’échelle européenne sous le référentiel EN 17272 (bactéricide, fongicide, sporicide et virucide) ; ces normes sont obligatoires pour la commercialisation sur le marché français de tels procédés dans les milieux de soins accueillant des patients. Une AMM devrait prochainement voir le jour… »

Concluons en précisant qu’Oxy’Pharm réalise aujourd’hui 90% de son chiffre d’affaires à l’export, grâce à un vaste réseau de distributeurs présents dans plus de 115 pays, en Europe, Asie, Moyen-Orient, Amérique du Nord, Amérique Latine ainsi que sur le continent africain. Parmi ses références clients : APHP, SDIS 75, Porte avion Charles de Gaulle, INRS, INRA, CNRS, CEA, Lactalis, Madrange, Justin Bridou, Sanofi, Novartis, Biomérieux, Atalian, Elior, APTAR, BIO RAD, CENEXI, GETINGE, BROTHIER, NOVARTIS… Les objectifs d’Oxy’Pharm désormais ? Consolider la position de l’entreprise sur le marché français et étendre ses activités à l’international tout en continuant à développer son offre de machines et de produits avec une approche respectueuse de l’environnement, et diversifier encore davantage ses domaines d’activité, partout où la désinfection est une problématique importante…

Pour en savoir plus :
www.oxypharm.net
info@oxypharm.net
Tél. : +33 (0)1 45 18 78 70

S. DENIS


Partager :