Un des principaux acteurs mondiaux de la production d’animaux de laboratoire teste l’efficacité de la solution Nocotech d’OXY’PHARM pour la désinfection des sas de transfert

La société OXY’PHARM, producteur 100% français, spécialiste de désinfection des surfaces par voie aérienne, est un partenaire clé de nombreux secteurs d’activités, en particulier de la recherche académique et du monde hospitalier, de l’industrie pharmaceutique, la cosmétique et l’agro-alimentaire, tout comme de leurs fournisseurs et prestataires soumis à une maitrise stricte de la contamination.

Les études comparatives menées par les utilisateurs et futurs utilisateurs sont une bonne occasion d’évaluer en situation réelle les solutions de bio-nettoyage et de bio-désinfection d’OXY’PHARM. Nous nous sommes intéressés à l’une d’elles, réalisée par une société de recherche sous contrat (CRO) mondialement connue pour ses modèles de recherche in vivo destinés à la R&D de nouveaux médicaments, de dispositifs et thérapies. La solution OXY’PHARM étudiée est le dispositif Nocotech, dont l’action repose sur l’association du système de diffusion Nocospray et d’un produit de désinfection, totalement biodégradable sous forme d’eau et d’oxygène…

Les solutions OXY’PHARM Nocotech, pour une désinfection écoresponsable et durable
Plusieurs modèles de machines sont disponibles dont le Nocospray et le Nocomax qui permettent de traiter respectivement des pièces de 10 à 1 000 m3, et de 500 à 20 000 m3. Le Nocospray mural se fixe au mur ou au plafond tandis qu’une version murale « avec traversée de cloison » est proposée pour une intervention depuis l’extérieur de la pièce à traiter.

Toutes les machines fonctionnent selon le même principe, utilisant une turbine chauffante et ionisante pour diffuser les produits désinfectants sous forme de brouillard sec. L’association de la vitesse et de la température permet l’ionisation des particules émises et la dégradation du peroxyde en radicaux libres extrêmement oxydants - ions « super oxyde » - à durée de vie très courte. Grâce à cette dégradation naturelle rapide (en eau et en oxygène), aucune formation de Composés Organiques Volatils n’est générée. La taille des particules (5µ en moyenne) de ce brouillard non mouillant assure une sédimentation lente et parfaitement uniforme sur chaque cm² du local traité, sans générer d’humidité sur les surfaces.

Les produits de bio-désinfection de la gamme Nocotech, prêts à l’emploi, se présentent sous forme liquide. Ils sont formulés à base de peroxyde d’hydrogène (H2O2) et exempts d’acide peracétique. Parmi ceux-ci : le Nocolyse+, composé de 12% de peroxyde d’hydrogène et le Nocolyse Food, contenant 7,9% de peroxyde d’hydrogène, sans argent, utilisé principalement pour traiter des surfaces en contact avec des aliments et pour désinfecter les matériaux et surfaces associés à l'hébergement ou au transport des animaux.


Les spécifications de l’étude
Le dispositif Nocotech d’OXY’PHARM est testé dans le cadre d’un projet d’acquisition d’un nouvel « équipement de désinfection pour sas chimique ». Après l’avoir sélectionné parmi les solutions de désinfection par voie aérienne répondant à ses exigences économiques, de qualité et de sécurité, l’entreprise souhaite contrôler que le dispositif Nocotech satisfait également ses critères de performance.

Au sein de la gamme OXY’PHARM, l’entreprise est particulièrement intéressée par la version du Nocospray installée en passe cloison avec un chargement du produit par l’extérieur, ceci permettant un contrôle de diffusion. Pour ce test, il a été décidé d’utiliser la version portative dont le mode de diffusion est identique, avec pour biocide le Nocolyse food, dosé à 7,9% de peroxyde d’hydrogène et seule variante utilisable en hygiène vétérinaire.

La solution est considérée comme valide si trois cycles successifs de destruction de 6 logs de spores sont obtenus avec des paramètres identiques. Un premier test est réalisé avec les paramètres recommandés par OXY’PHARM, c’est-à-dire en respectant l’implantation idéale du dispositif, la quantité de biocide à diffuser par m3, le temps de contact du produit et le temps de repos pour permettre la redescente du taux de ppm. Suivant les résultats de ce 1er test et après échange avec OXY’PHARM, il sera décidé de réaliser les tests suivants sans en modifier les paramètres ou d’adapter le placement de la machine, la concentration ou le temps de contact.

La méthode
Les tests se sont déroulés dans un sas chimique d’un volume de 30 m3. Cette zone n’étant pas en activité, des cycles répétés ont pu être réalisés sans variation de la charge, ainsi restée la même pendant toute la durée de l’étude. Le chargement type choisi est celui d’un sas cobaye à 100% de sa capacité de chargement : 50 sacs d’aliments irradiés à 10 kGy en sac plastique, 45 sacs de litière préalablement autoclavés ainsi que 2 paniers remplis de compresses stériles pour simuler un type de chargement spécifique à la zone de chirurgie et du matériel électronique susceptible d’entrer en zone (une tablette, un ordinateur, un écran, un téléphone DECT, une perceuse) afin de s’assurer que le biocide n’altère pas leur fonctionnement.

Les murs et le plafond du sas sont recouverts de panneaux inox 316L. Le sol du sas est en résine. Les sacs de litière et d’aliments sont posés sur des palettes plastiques. Toutes les surfaces et les palettes ont été nettoyées avant chargement. Entre chaque test, le sas n’est pas vidé et non renettoyé pour limiter toute variation dans l’étude. Le Nocospray est placé à l’entrée du sas, dans un angle.

Le placement des indicateurs biologiques
Les indicateurs biologiques (IB) utilisés sont des spores de Geobacillus Stearothermophilus, inoculés sur coupons inox avec une population de 6 logs. Les coupons sont retirés de leurs enveloppes et posés dans des boites de pétri stériles, côté incurvé vers le haut.

Les milieux de culture Releasat sont produits à partir de lysat de caséine de soja contenant un indicateur de couleur qui prend une coloration jaune pendant la période de croissance des spores. Un témoin positif est constitué. Les milieux sont incubés entre 55 et 60°C dans une étuve pendant 7 jours. Après 24h, une première lecture donne un résultat fiable à plus de 99% mais l’incubation est poursuivie à 7 jours conformément aux recommandations d’OXY’PHARM.

Les IB 1 à 12 sont placés de manière à quadriller la charge du sas et vérifier si le dispersât a la capacité de détruire 6 logs de spores dans tous les recoins du sas. Ces indicateurs seront qualifiants pour le test. Les quatre derniers indicateurs sont challengeants mais n’auront pas d’influence sur la validité des résultats finaux. Le 13ème indicateur est placé à l’intérieur de la tour du PC et les 14ème et 15ème sous les compresses dans un panier. Enfin, le 16ème est placé sous une palette.

Position de tous les indicateurs :

Les paramètres pouvant influer sur la réussite de la désinfection sont enregistrés pour chaque test : l’hygrométrie, enregistrée avant de lancer le cycle, la température, une photo avec placement de l’appareil, le temps de désinfection, le temps de contact et le temps de repos, les PPM résiduels à l’ouverture du sas, la pesée du flacon de produit avant et après désinfection pour contrôler la précision de la machine (différence entre volume théorique et volume réel) et le contrôle du bon fonctionnement des appareils électriques.

100% de réussite sur les indicateurs biologiques qualifiants

Sur la base des validations réalisées par OXY’PHARM, la diffusion est effectuée en deux temps pour obtenir la meilleure efficacité et ne pas atteindre le point de rosée : Désinfection 7 ml/m3 - 1h de temps de contact - Désinfection 7 ml/m3 - 1h de temps de contact.

Trois essais sont ainsi réalisés selon ces spécifications. Deux tests supplémentaires sont donc menés en diffusion continue : le premier à 14 ml/m3 et le second à 9 ml/m3 pour challenger les performances du traitement. Les résultats sont présentés dans le tableau ci-dessous :

Pas d’impact des paramètres environnementaux
L’ensemble des essais ont été réalisés dans une plage de température de 19 à 25°C et une hygrométrie de 40 à 54%. Ces paramètres environnementaux n’ont pas eu d’impact sur l’obtention des résultats. Il a été mesuré en moyenne 75 ppm à l’ouverture du sas pour les cycles en double diffusion pour les trois premiers tests. La simple diffusion avait un effet notable avec une baisse proche de 50% à l’ouverture qui s’explique par un temps de repos supérieur. Pour l’ensemble des tests, une ouverture de la porte pendant 15 à 30 min a permis de baisser cette valeur en dessous de 10 ppm.

Aucune incidence sur les appareils électroniques du SAS de transfert

Il est également à noter qu’aucun matériel électronique n’a été détérioré lors des tests. Ces résultats ont été obtenus avec un temps de contact moyen de 2h qui correspond au temps entre la fin de la diffusion et la 1ère ouverture de porte. Autres atouts de la solution Nocotech soulignés par l’étude : son ergonomie et son faible poids, parfaitement compatible à une utilisation mobile.

Pour en savoir plus :
www.oxypharm.net - info@oxypharm.net
Tél. : +33 (0)1 45 18 78 70

S. DENIS


Partager :