Un centre européen de recherche sur l’activité physique

De l’humain à la cellule, du fondamental à l’appliqué et de la formation à l’innovation, l’équipe pluridisciplinaire Mitochondrie, stress oxydant et protection musculaire a créé le Centre européen d’enseignement, de recherche et d’innovation en physiologie de l’exercice (Ceeripe) avec le soutien de l’Initiative d’excellence (Idex) de l’université et des Hôpitaux universitaires de Strasbourg. Le but : étudier les facteurs limitants la performance sportive et les effets de l'exercice sur la santé.

Codirigé par Bernard Geny, chef du service Physiologie et explorations fonctionnelles et Fabrice Favret, doyen de la Faculté des sciences du sport, le Ceeripe bénéficie d’une autorisation de lieu de recherche biomédicale. « 200 m² permettent de réaliser des évaluations des qualités physiques et d’explorer les réponses des fonctions pulmonaires, cardiovasculaires et neuromusculaires à l’exercice pour optimiser les performances d’athlètes de haut niveau ou pour améliorer la qualité de vie des malades chroniques » explique Stéphane Dufour enseignant-chercheur. Nous étudions l’activité musculaire excentrique ou freinatrice, comme la course en descente, qui mobilise des forces musculaires élevées tout en étant peu demandant en énergie. Une particularité intéressante pour les athlètes en recherche de performance et pour les patients limités au niveau cardiorespiratoire. Nous analysons aussi les effets de l’altitude avec des entraînements simulant les conditions observées à 3 000 mètres d’altitude. » Le Ceeripe prépare ainsi le projet HypoxPerf financé par l’Agence nationale de la recherche pour déterminer les effets d’un entraînement innovant en vue des Jeux olympiques de Paris 2024.



Ouvert aux scientifiques et aux étudiants

« Dans le cadre d’un troisième axe de recherche portant sur la fatigue neuromusculaire générée à l’exercice ou lors de pathologies chroniques, l’un de nos doctorants collabore avec l’Académie de football Racing Mut’Est pour prévenir les blessures chez les jeunes joueurs » ajoute le chercheur.

Pour comprendre les adaptations musculaires aux niveaux cellulaire et moléculaire, l’équipe réalise des prélèvements biologiques, musculaires ou sanguins, et les analyse au Centre de recherche en biomédecine de Strasbourg (CRBS). « Nos compétences complémentaires permettent une approche intégrée de la physiologie de l’exercice liant les capacités fonctionnelles des pratiquants aux mécanismes systémiques, cellulaires et moléculaires sous-jacents », souligne Stéphane Dufour.

Centre de recherche ouvert aux scientifiques mais aussi aux étudiants, le Ceeripe facilite la formation à la recherche de tout niveau, licence à doctorat. La plateforme se dédie aussi à l’innovation technologique avec le développement d’un ergocycle en lien avec Conectus (Société d’accélération du transfert des technologies).


M.H.


Savoir(s), le magazine d'information de l'Université de Strasbourg (unistra.fr)
Retrouvez l'actualité de l'Université de Strasbourg sur Savoir(s) | Le quotidien de l’Université de Strasbourg : https://savoirs.unistra.fr/

 

Partager :