Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-01-06 
Le projet PhagECOLI de Pherecydes Pharma et du CEA reçoit une subvention de 2 M€ de Bpifrance

Pherecydes Pharma (FR0011651694 – ALPHE, éligible PEA-PME), société de biotechnologie spécialisée dans la phagothérapie de précision destinée à traiter les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques et/ou compliquées, et le CEA, annoncent aujourd’hui la sélection du projet PhagECOLI soumis dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt – Maladies Infectieuses Emergentes et Nouvelles Menaces Radiologiques Biologiques et Chimiques. Ce projet recevra une subvention de Bpifrance de 2 M€, soit 50% de son coût estimé, qui se répartiront de la façon suivante : 80% pour Pherecydes Pharma et 20% pour le CEA.

Le projet PhagECOLI s’appuie sur les expertises et expériences complémentaires de Pherecydes Pharma et du CEA. Ce projet d’une durée de trois ans a pour objectif de proposer de nouveaux traitements des infections à E. Coli difficiles à traiter ou résistantes, grâce à la phagothérapie de précision. Afin de répondre au mieux au besoin thérapeutique, Pherecydes Pharma et le CEA développeront une nouvelle génération d’outils de mesure de l’efficacité des phages anti-E. Coli sur la souche bactérienne du patient. Ces nouveaux outils pourront ensuite être la base d’une toute nouvelle génération de phagogrammes[1] pour les différentes bactéries cibles. Ce soutien financier permettra également à Pherecydes Pharma d’accélérer le développement de ses phages anti-E. coli.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a classé Escherichia coli dans le groupe des bactéries présentant une priorité critique en termes de recherche de nouveaux traitements, du fait de sa dangerosité et de sa résistance aux antibiotiques. Selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), les infections à E. coli résistantes représentent les infections les plus fréquentes en Europe en milieu hospitalier avec plus de 163 000 cas par an.

Communiqué en PDF

 

Partager :