Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-02-16 
Exosquelettes des membres inférieurs : Démarrage de 2 études cliniques à l'Institut de Myologie

Les maladies rares neuromusculaires se caractérisent notamment par une perte de force musculaire évolutive. Ainsi, se lever, s’assoir ou encore monter les escaliers peut rapidement devenir difficile. C’est pourquoi l’Institut de Myologie, centre d’expertise de la science et de la médecine du muscle, vient de lancer deux études dont l’objectif est d’évaluer l’efficacité de deux modèles d’exosquelettes robotisés pour la compensation de la faiblesse musculaire des membres inférieurs, chez 80 malades atteints de pathologies neuromusculaires.

Damien Bachasson, chercheur au laboratoire de Physiologie et d’Evaluation Neuromusculaire, et Guillaume Bassez, neurologue dans le service de Neuro-Myologie à l’Institut de Myologie (Paris), ont inclus les premiers patients participants aux études EXO – NMD1 et EXO-KGO1 qui, en lien avec la consultation pluridisciplinaire, visent à évaluer chez des patients adultes, ambulants, concernés par différentes formes de maladies neuromusculaires (dystrophies musculaires, myopathies congénitales, myopathies inflammatoires et myopathies métaboliques), la sécurité et les effets immédiats d’exosquelettes robotisés des membres inférieurs. En effet, si ces exosquelettes semblent être des outils de compensation intéressants, il est indispensable d’en mesurer la sécurité, la faisabilité, ainsi que les effets sur les muscles et la motricité des patients.   


Ces études, qui dureront 18 mois et dont l’Institut de Myologie est promoteur, s’organisent en trois séances réalisées dans le laboratoire de « Physiologie et d’Evaluation Neuromusculaire » de l’Institut de Myologie :
1)      Evaluations des capacités fonctionnelles et de la force du patient puis réglages et familiarisation du patient avec l’exosquelette.
2)      Observations du patient (performance, activation des muscles, perception subjective) lors de tâches standardisées, comme se lever sans exosquelette puis premiers apprentissages du fonctionnement de l’exosquelette.
3)      Evaluations de ces mêmes tâches standardisées avec l’exosquelette.  

Communiqué en PDF

 

 

Partager :