Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-04-01 
Etude clinique, un complément alimentaire efficace contre la Covid-19

Un nouvel essai clinique belge montre l’effet spectaculaire d’un complément alimentaire chez les patients hospitalisés pour COVID-19

L’étude clinique belge CHOPIN, coordonnée par Artialis (CRDO, Liège, Belgique)  et menée entre avril et octobre 2021 dans les sites hospitaliers du CHIREC (Delta, Braine-L'Alleud, Saint-Anne/Saint-Rémi), est une étude clinique comparative randomisée, menée sur deux groupes de patients hospitalisés en raison de COVID-19.
Le premier groupe a reçu, en plus des soins standards,  le complément alimentaire Nasafytol® composé de curcuma, de quercétine et de vitamine D. Le second groupe a reçu, en plus des soins standards, de la vitamine D (dosage équivalent, de 800 UI).

Cette étude a montré, dans le groupe ayant reçu Nasafytol® :
-          une diminution significative du nombre de patients hospitalisés aux jours 7 et 14
-          une accélération significative de la récupération d’un état de santé permettant le retour au domicile
-          une augmentation significative du nombre de patients sortis de l’hôpital au jour 7, avec une amélioration du score clinique au jour 7
-          l’absence totale de complications sévères (aucun transfert vers l’USI ni décès)

La Belgique a une longue histoire d'excellence en matière de recherche clinique, grâce à la qualité de ses centres de recherche, l’expertise des chercheurs dans un domaine innovant et à l’accès à des infrastructures médicales de pointe.
Le curcuma, la quercétine et la vitamine D sont déjà connu pour leurs propriétés antivirales, antibactériennes et immunomodulatrices. C’est pour cette raison que les chercheurs ont voulu connaître les effets positifs que pourraient avoir la combinaison de ces trois substances, non seulement, sur la virulence du COVID-19 , mais aussi sur l'évolution de la pneumonie associée.

Pour cette étude monocentrique (permettant une homogénéité), 49 patients positifs au COVID-19 ont été recrutés et répartis de façon aléatoire en deux groupes. Tous les patients étaient âgés de plus de 18 ans et hospitalisés des suites d’une forme sévère de la maladie. Dans le premier groupe « Nasafytol® », 25 patients sous traitement standard ont reçu en plus du Nasafytol® pendant 14 jours maximum. Dans le second groupe « Vitamine D », 24 patients sous traitement standard ont reçu en plus de la Vitamine D (dosage équivalent, de 800 UI) pendant 14 jours maximum. Les deux groupes présentaient les mêmes caractéristiques démographiques en matière d'âge, de sexe, de taille, de poids, d’ethnicité et d'IMC[1]. De surcroît, les deux groupes présentaient un score clinique, basé sur la classification de l’OMS[2], similaire (4 vs 4), ainsi qu’une valeur de CRP[3] analogue (57 vs 58). Les deux groupes étaient donc comparables. La seule différence était leur statut vaccinal, avec un nombre de patients vaccinés (au moins une dose) plus élevé dans le groupe « Vitamine D » que dans le groupe « Nasafytol® » (9 contre 2).

« Pour cette étude, nous avons choisi de combiner de la quercétine bioactive, de l’extrait bioactif de curcuma et de la vitamine D3 pour leur capacité à contribuer au bon fonctionnement du système immunitaire et à maintenir l’efficacité des défenses naturelles », précise le Prof. Yves Henrotin, Fondateur & Président exécutif d’Artialis et Professeur à la Faculté de Médecine de l'Université de Liège. « En associant ces trois éléments, nous voulions proposer une préparation naturelle qui aiderait les patients atteints de COVID-19. D’un part, en diminuant le risque de développer des complications sévères. Et d’autre part, en limitant les transferts et la saturation des unités de soins intensifs. Ce qui étaient les facteurs clé à suivre durant la pandémie. Nous avons donc testé cette combinaison (Nasafytol®) comme adjuvant au traitement standard, en respectant les recommandations de l’OMS en matière d’études cliniques sur le COVID-19.».

Communiqué complet en PDF

 

Partager :