Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-04-01 
L’environnement où l’on grandit influence notre sens de l’orientation

Une équipe de recherche internationale co-dirigée par un chercheur du CNRS vient de mettre en évidence que les capacités d’orientation des individus sont influencées par leur origine géographique. Avoir grandi en milieu rural ou non, ou dans une ville plus ou moins complexe, influence notre sens de l’orientation à l’âge adulte. Ces résultats, publiés dans la revue Nature le 30 mars 2022, ont été obtenus grâce aux données collectées grâce au jeu vidéo Sea Hero Quest.

Les rues, les allées, les chemins et les parcs de notre enfance laissent en nous une marque forte, aux vertus insoupçonnées. En effet, une équipe de recherche, menée par des scientifiques du Laboratoire d'informatique en image et systèmes d'information (Liris, CNRS/INSA Lyon/Université Claude Bernard Lyon 1) et de l’Institut des neurosciences comportementales de l’University College de Londres, vient de mettre en évidence que l’endroit où les personnes grandissent influence leur sens de l’orientation à l’âge adulte. Originaires d’un milieu rural, ou d’une ville à l’organisation plus ou moins complexe, toutes ne se repèrent pas aussi facilement.

Les scientifiques ont tout d’abord observé qu’en moyenne, tous pays confondus, les personnes ayant grandi à la campagne ont un meilleur sens de l’orientation. Même si ce contraste est plus ou moins fort selon les pays : très marqué au Canada, aux Etats-Unis, en Argentine ou Arabie Saoudite, beaucoup moins en Autriche, France, Inde ou au Vietnam.

L‘équipe de recherche s’est ensuite penchée sur les plans des principales grandes villes de ces pays, afin de les catégoriser selon leur agencement, plus ou moins complexe. Alors que les métropoles comme Chicago sont arrangées en quadrillage, avec la plupart des embranchements se prenant en angle droit, les villes comme Paris dessinent un réseau plus hétérogène, présentant à peu près tous les angles possibles. Ainsi, selon leurs résultats, grandir dans une ville à la topographie complexe confère un meilleur sens de l’orientation.
Ces travaux montrent également que les personnes se repèrent globalement mieux lorsqu’elles sont confrontées à des topographies proches de celles parcourues durant l’enfance : elles s’orientent mieux sur les grandes distances si elles sont originaires d’un milieu rural, et mieux sur un plan quadrillé si elles ont grandi dans une ville «à angles droits».

Communiqué en PDF

 

Partager :