Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-05-18 
Sarclisa® (isatuximab) en association permet d’obtenir un allongement sans précédent la survie médiane sans progression des patients atteints d’un myélome multiple en rechute traités par un inhibiteur du protéasome

Sarclisa® (isatuximab) en association permet d’obtenir un allongement sans précédent la survie médiane sans progression des patients atteints d’un myélome multiple en rechute traités par un inhibiteur du protéasome

•    Selon les derniers résultats de l’essai IKEMA de phase III, les patients sous traitement de fond par un inhibiteur du protéasome ayant rechuté après un traitement antérieur –incluant la lénalidomide – ont présenté la plus longue survie médiane sans progression jamais observée.
•    La survie médiane sans progression est passée de 19,2 mois à 35,7 mois lorsque Sarclisa a été ajouté au carfilzomib et à la dexaméthasone.
•    D’autres analyses, conformes aux règles de censure recommandées par la Food and Drug Administration des États-Unis, ont montré que la survie médiane sans progression est passée de 20,8 mois à 41,7 mois lorsque Sarclisa a été ajouté au carfilzomib et à la dexaméthasone.


Les derniers résultats de l’essai clinique IKEMA de phase III évaluant Sarclisa® (isatuximab) en association avec le carfilzomib et la dexaméthasone (Kd) montrent que cette association thérapeutique a permis d’obtenir une survie médiane sans progression de 35,7 mois (Hazard Ratio [HR] 0,58 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 25,8 à 44,0 ; n=179), comparativement à 19,2 mois chez les patients ayant reçu le traitement Kd seulement (IC à 95 % : 15,8 à 25,1 ; n=123), selon l’évaluation réalisée par un comité indépendant. Ces résultats, qui ont été présentés au Congrès mondial « Controversies in Mutliple Myeloma », attestent de la plus longue survie médiane sans progression jamais observée dans les études consacrées à un traitement de fond de deuxième ligne du myélome multiple (MM) en rechute par un inhibiteur du protéasome. Ces données seront également présentées au congrès de la Société européenne d’oncologie médicale le 19 mai prochain.

Communiqué complet en PDF

 

Partager :