Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-05-31 
Des mécanismes épigénétiques spécifiques aux femmes pourraient contribuer à la progression tumorale

Des travaux décrivent le rôle épigénétique d'un ARN non-codant dans le développement de tumeurs agressives, notamment dans le cancer du sein. L'étude, menée en collaboration entre l'Institut Curie, l'Inserm, le CNRS, l'Institut Paoli Calmettes, Aix-Marseille Université vient d'être publiée dans la revue Cell. Ces résultats pourraient expliquer plus largement des biais de genre dans la prédisposition à certaines pathologies.

Tous les mammifères disposent de deux chromosomes sexuels. Les mammifères femelles possèdent deux chromosomes X, contrairement aux mâles qui ont un chromosome X et un Y. On connaissait déjà le rôle d'un ARN non-codant spécifique, appelé XIST, pour initier l'inactivation d'un des deux chromosomes X de la femelle. Le but de cette inactivation :  bloquer la double expression des gènes situés sur ce chromosome car celle-ci affecte la viabilité des cellules. Dans cette nouvelle étude, les scientifiques démontrent que XIST joue non seulement un rôle pour déclencher cette inactivation du chromosome X mais aussi pour la maintenir tout au long de la vie des cellules.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs et chercheuses ont étudié in vivo les effets de la suppression de XIST. Plusieurs techniques ont été utilisées pour cela. « Soit on a utilisé des outils génétiques pour bloquer l'expression de XIST, soit on a utilisé des techniques de CRISPR pour interférer avec l'expression et on a rendu le gène de XIST silencieux », explique Raphaël Margueron, chercheur à l'Inserm et chef de l'équipe « Mécanisme de répression par les protéines Polycomb » à l'Institut Curie dans l'unité « Génétique et biologie du développement » (Institut Curie/CNRS/Inserm/Sorbonne Université).

Lire la suite du communiqué de presse sur curie.fr

 

Partager :