Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-06-08 
L'étude OPERA présentée à l'ASCO démontre qu'il est possible de guérir par radiothérapie de contact des cancers du rectum de petite taille

Guérir par radiothérapie de contact et sans opération les petits cancers du rectum : une étude Européenne pilotée par le Centre de Lutte Contre le Cancer Antoine Lacassagne à Nice démontre que c’est possible

Samedi 4 juin au Congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago, congrès réunissant tous les spécialistes mondiaux en cancérologie, le Pr Jean-Pierre GERARD, Radiothérapeute au Centre Antoine Lacassagne de Nice a présenté les résultats de l’essai OPERA démontrant qu’en complétant la radiothérapie externe par de la radiothérapie de contact dans le traitement des cancers du rectum, on pouvait atteindre 90% de guérison avec une fonction intestinale normale notamment pour les tumeurs de moins de 3 cm.

Le traitement standard des cancers du rectum est la chirurgie radicale enlevant tout le rectum, nécessitant parfois une colostomie (poche) définitive. Cette opération est souvent précédée de radiochimiothérapie. Ce cancer rectal est souvent diagnostiqué lors de la survenue de sang dans les selles. La coloscopie permet de voir la tumeur, de faire la biopsie qui confirme l’adénocarcinome. Divers examens dont l’IRM et l’échographie endorectale classent la tumeur en fonction de son extension : T1 (très petit), T2 T3ab < 5cm (précoce) ou ≥ T3c ≥5cm (tumeur avancée).
La radiothérapie est l’arme essentielle, volontiers associée à une chimiothérapie, pour tenter de stériliser ces cancers précoces du rectum. Pour éviter les complications des rayons la radiothérapie externe (accélérateurs linéaires) doit limiter sa dose à 50 ou 60 Gy en 5 semaines. Avec cette dose on peut obtenir une disparition de la tumeur (endoscopie) dans 40 % des cas et sur le long terme environ un tiers des patients est guéri sans chirurgie. Cette approche est proposée depuis 15 ans par A Habr Gama, chirugien à Sao Paulo, sous le nom de « Watch and Wait ».
Une étude Européenne (OPERA : Organ Preservation in Early Rectal Adenocarcinoma) présentée lors du congrès de l’ASCO à Chicago le 4 juin 2022 démontre qu’en complétant la Radiothérapie externe par une radiothérapie de Contact endocavitaire en 3 séances ambulatoires de 5 minutes chacune on pouvait atteindre (avec un recul de 3ans) 90% de guérison avec une fonction intestinale normale notamment pour les tumeurs de moins de 3 cm. Cette radiothérapie de contact mise au point par Jean Papillon à Lyon dans les années 1970 est utilisée au Centre Lacassagne depuis 20 ans.

L’essai OPERA a impliqué 3 centres français (Nice, Lyon, Mâcon), 4 centres anglais et un centre suisse. Par tirage au sort, entre 2015-2020, 141 patients ont été traités, soit selon le protocole Habr Gama, soit par le même protocole mais en ajoutant 3 séances de radiothérapie de contact. Sur l’ensemble des malades, ceux ayant bénéficiés de radiothérapie de contact ont pu conserver un rectum normal dans 80% des cas (contre 59% sans radiothérapie de contact) et si ces tumeurs T2-T3ab étaient inférieures à 3 cm, 30 sur 31(>90%) sont en vie à 3 ans sans opération, sans toxicité importante et avec une fonction intestinale satisfaisante.
« Cette possibilité, grâce à cette radiothérapie de contact, de guérir les cancers précoces du rectum sans chirurgie est une révolution dans les pratiques médicales » explique le Pr Jean-Pierre GERARD. « Elle est pratiquée à Nice depuis plusieurs années, mais il manquait la « preuve scientifique » de son efficacité. C’est chose faite depuis la publication de l’essai OPERA. Il faut bien sûr modération et rigueur gardées. Seuls peuvent bénéficier de ces traitements conservateurs des patients « bien sélectionnés ». »


« Les spécialistes Azuréens (gastro-entérologues, chirurgiens, oncologues) qui prennent en charge les cancers du rectum connaissent bien cette radiothérapie de contact utilisée depuis longtemps sur Nice. Environ 10% des cancers du rectum peuvent désormais en bénéficier avec des preuves solides de son bon rapport bénéfice/risque. Une action concertée entre spécialistes, déjà fort développée en PACA, devrait permettre un accès rigoureux et rationnel à cette innovation au service des patients et de leur qualité de vie. Cette approche conservatrice s’inscrit totalement dans le projet national de « désescalade » dans la prise en charge des cancers promu actuellement par le gouvernement. »

A propos du Centre Antoine Lacassagne
Fondé en 1961, le Centre Antoine Lacassagne est un des 18 Centres de Lutte Contre le Cancer français du réseau Unicancer. Etablissement de santé de droit privé à but non lucratif et reconnu d’utilité publique (statut ESPIC -Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif), le Centre Antoine Lacassagne remplit des missions de service public en cancérologie :
• Soins : prévention, dépistage, traitement et réinsertion
• Recherche : fondamentale, translationnelle, clinique
• Enseignement : universitaire et post-universitaire.

Le Centre Antoine Lacassagne prend en charge tous les types de cancer et traite une file active de plus de 6 400 patients par an. Institut de référence en cancérologie, il a pour ambition de faire bénéficier à tous les patients des innovations qui vont révolutionner la médecine de demain : médecine personnalisée, immunothérapie, protonthérapie… tout en garantissant un haut niveau de qualité de prise en charge.
Centre de recours expert en chirurgie oncologique cervico-faciale complexe, le Centre Antoine Lacassagne a créé, en 2011, l’Institut Universitaire de la Face et du Cou en collaboration avec le CHU de Nice. Disposant de toutes les techniques de traitement en radiothérapie, le Centre Antoine Lacassagne possède l’un des plateaux techniques les plus complets d’Europe. En 2016, il inaugure l’Institut Méditerranéen de ProtonThérapie doté d’un équipement de protonthérapie de haute énergie unique au monde avec comme priorité l’oncologie pédiatrique. Le Centre Antoine Lacassagne est également leader sur son territoire de santé dans la prise en charge des cancers du sein et gynécologiques : il a ouvert la Clinique du Sein en 2012 devenue l’Institut Universitaire du Sein et de Cancérologie Gynécologique en 2017 qui regroupe en un lieu dédié un plateau technique moderne et tous les professionnels spécialisés.
Chiffres clés 2021: 192 lits et places, 863 salariés, 6 280 patients pris en charge (file active), 547 patients inclus dans les essais cliniques, près de 64 000 consultations médicales, plus de 60 000 séjours hospitaliers.
Le Centre Antoine Lacassagne été certifié sans réserve par la Haute Autorité de Santé en octobre 2016.
>> En savoir plus : www.centreantoinelacassagne.org

 

Partager :