Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-06-09 
ASCO 2022 : Cancer du Pancréas, une étude originale sur les bénéfices de l’Activité Physique Adaptée pour les patients

Du 3 au 7 juin à Chicago (Etats-Unis), la communauté mondiale en cancérologie est réunie pour l’incontournable congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO). Pendant cinq jours, sur tous les fronts de la cancérologie, les médecins de l’Institut Curie présents en nombre partageront leurs résultats très prometteurs pour accélérer le combat contre le cancer. Le 5 juin, le Dr Cindy Neuzillet, gastroentérologue, spécialiste des cancers digestifs à l’Institut Curie présente les résultats de l’étude APACaP qui montre l’efficacité de l’activité physique adaptée sur plusieurs paramètres de la qualité de vie des patients atteints de cancer du pancréas avancé.

Parmi les soins de support, l’Activité Physique Adaptée (APA) chez les patients recevant une chimiothérapie est un véritable traitement innovant permettant de lutter contre la fatigue et la sarcopénie (perte de muscle liée au cancer) et d’améliorer la qualité de vie des malades. Ses effets bénéfiques ont déjà été démontré notamment chez les patientes traitées pour un cancer du sein en situation adjuvante. Les données dans les cancers digestifs, en particulier avancés (non opérables) étaient jusque-là plus limitées.

Le Dr Cindy Neuzillet, gastroentérologue, spécialiste des cancers digestifs à l’Institut Curie, présente le 5 juin les résultats finaux d’une étude inédite qu’elle a co-coordonné avec le Pr Pascal Hammel (AP-HP) depuis près de 10 ans. Promue par le GERCOR1, cette étude de phase 3, baptisée APACaP, a permis d’évaluer l’activité physique adaptée auprès de plus de 300 patients atteints de cancer du pancréas avancé. « Cette présentation à l’ASCO est le résultat d’un long travail mené en collaboration avec le Pr Pascal Hammel. Née au début des années 2010, cette étude était pionnière dans le domaine de l’activité physique adaptée, alors encore très peu développée dans les hôpitaux français », se rappelle le Dr Cindy Neuzillet.

Communiqué complet en PDF

 

Partager :