Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-06-28 
Première en France - Dépistage du mélanome : l’AP-HM dispose du scanner cutané Vectra 3D

Le système d’imagerie haute précision du scanner cutané VECTRA 3D corps entier permettant la détection automatique de mélanomes, a pris place au sein du tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille situé à l’hôpital de la Conception (Pr Jean-Jacques Grob, Pr Marie-Aleth Richard, Pr Caroline Gaudy, Dr Jilliana Monnier) grâce au soutien institutionnel du groupe Pierre Fabre.
 
Cet équipement est le premier de ce type installé en France avec l’aide du Canceropôle PACA.
Il permet d’acquérir en un instant les images de haute qualité de toutes les lésions cutanées sur un avatar 3D : véritable scanner de la peau dans son ensemble.
C’est un progrès très important dans le dépistage du mélanome, qui peut faire gagner un temps énorme au dermatologue, dans la surveillance numérique régulière des lésions des patients à risque, qui se faisait jusqu’à ce jour, lésion par lésion. Ces clichés - comme pour des documents radiologiques - peuvent être transmis au dermatologue en charge du patient.
Autour de ces nouveaux systèmes d’imagerie cutanée, se crée une dynamique de recherche et développement notamment à Marseille en collaboration avec le LIS (Laboratoire Informatique et Systèmes)  à Luminy  utilisant des algorithmes d’Intelligence artificielle, pour analyser les images obtenues avec le VECTRA, avec pour objectif d’automatiser les premières phases de dépistage du mélanome.
A une époque où l’offre dermatologique se réduit, et l’incidence des cancers cutanés continue à augmenter, automatiser certaines étapes chronophages du dépistage du mélanome, permettra de suivre plus fréquemment plus de sujets et d’orienter vers le dermatologue les patients qui en ont le plus besoin.

Le mélanome : un problème majeur de santé publique
Le mélanome est une tumeur cutanée agressive, qui constitue un problème de santé publique majeur. L’incidence en France est en augmentation, estimée à 13 nouveaux cas par an pour 100 000 habitants. Cette augmentation  est supérieure à celle de tout autre cancer, en dépit des politiques de prévention mises en place.
Le taux de mortalité estimé à 1,7 pour 100 000 hommes et 0.9 pour 100 000 femmes, est stable.
Le taux de survie à 5 ans se situe entre 82% et 99% lorsque le mélanome est dépisté à un stade précoce. Cependant lorsqu’il évolue à un stade métastatique, son pronostic est sombre avec une survie globale à 5 ans qui se situe entre 30 et 50 %.
Le diagnostic précoce est donc un enjeu majeur pour diminuer sa mortalité.
 
SELF DETECT : Un projet de recherche mené grâce au Vectra 3D et à l’intelligence artificielle
 
Le projet de recherche baptisé Self-DETECT a pour objectif d’élaborer un système innovant d’aide à la détection automatique de lésions suspectes de mélanomes par des algorithmes d’Intelligence Artificielle (IA) à partir des photographies 3D corps entier issus du VECTRA.
 
Le projet est porté par le  Dr Jilliana Monnier, le Pr Jean-Jacques Grob, le Pr Caroline Gaudy-Marqueste,  (service de dermatologie et cancérologie cutanée, AP-HM)  en collaboration avec le LIS (Laboratoire Informatique et Systèmes)  à Luminy . Environ 1000 patients seront inclus pour la construction de la base de données, entièrement labellisée par des dermatologues.
Le but est de développer et valider des algorithmes d’intelligence artificielle pour la détection automatique de lésions pigmentées suspectes (de potentiels mélanomes), sur la peau dans son ensemble, et pas sur une lésion isolée comme cela a été fait jusqu’à ce jour.
Enfin une fois ces systèmes construits et validés les performances du système VECTRA 3D couplés aux algorithmes (dépistage automatisé) seront testés versus l’examen clinique du dermatologue en situation clinique réelle par un essai clinique comparatif. Il s’agit d’une stratégie de dépistage de « 2ème génération » pour un «screening» efficace des individus en amont du dermatologue : ceci permettra d’augmenter la proportion d’individus adressés au bon moment à son expertise entrainant une réelle amélioration du pronostic du mélanome.

La perspective finale étant d’intégrer ce système innovant dans une stratégie de dépistage du mélanome au sein de la population.

 

 

Partager :