Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-07-05 
Peste porcine africaine : lancement d'un programme de coopération internationale en biosécurité

Le programme de coopération internationale BIG (Biosecurity in pIG production / Biosécurité en filière porcine) conduit par la France en ASEAN (Cambodge, Laos, Philippines, Vietnam) vient d’être officiellement lancé, à la suite d’une visite d’étude en Bretagne et à Paris des coordinateurs des 4 pays bénéficiaires. Ils ont pu partager leurs vision et pratique de la biosécurité avec une vingtaine d’experts français. Le programme, qui sera déployé de 2022 à 2025, vise à maîtriser la peste porcine africaine (PPA). Il est porté par l’ENSV-FVI / VetAgro Sup pour le compte du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire[1], en partenariat avec l’IFIP, le Cirad et AVSF, grâce aux financements du STDF et du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.


La peste porcine africaine (PPA) est une maladie virale très résistante qui touche exclusivement les porcs et les sangliers. Depuis le premier foyer découvert en Chine en août 2018, le virus s’est propagé à grande vitesse dans la région en 2019, touchant successivement le Vietnam, le Cambodge et le Laos, avant de s’étendre à l’Asie du Sud-Est insulaire comme aux Philippines. La PPA menace l’ensemble des chaînes de valeur et des industries du porc en Asie du Sud-Est, avec des impacts économiques (perte de revenus pour les éleveurs) mais aussi des risques pour la sécurité alimentaire et la nutrition des populations, amplifiés par la crise économique provoquée par la Covid- 19.

Chacun a un rôle à jouer pour éviter la propagation de la peste porcine africaine

Les mesures de biosécurité, associées à la surveillance et aux contrôles, sont essentielles pour prévenir et répondre à la crise de la PPA mais aussi à d’autres maladies animales enzootiques ou émergentes, contribuant de plus à réduire l’usage des antibiotiques et donc lutter contre l’antibiorésistance.

Dans la lignée des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le programme BIG s’adresse à l’ensemble des acteurs de la filière porcine et aux services vétérinaires des pays bénéficiaires. Il vient renforcer la coopération régionale en Asie du Sud-Est, dans le cadre du partenariat de développement France-ASEAN officiellement lancé en mars 2021. Les collaborations transversales multi-acteurs permettent de faire face collectivement aux menaces globales et d’améliorer la résilience des systèmes d’élevage, dont la santé animale est une composante essentielle.

Ce programme s’adresse aux :

•    Décideurs en charge des politiques publiques de prévention et de lutte contre les maladies animales ;
•    Populations rurales via les agents communautaires de santé animale et les collectivités locales ;
•    Vétérinaires officiels ;
•    Vétérinaires de terrain qu’ils soient publics ou privés ;
•    Éleveurs de porcs, y compris les élevages familiaux ;
•    Personnels des laboratoires de santé animale, en se basant sur l’expertise de l’ANSES et de l’ADILVA.

Chaque étape du programme a pour objectif d’améliorer la maîtrise de la PPA dans les pays concernés (Cambodge, Laos, Philippines, Vietnam).

Six thématiques seront traitées de façon complémentaire par les quatre partenaires du programme (VetAgro Sup, AVSF, Cirad, IFIP) durant trois ans :
1.    Amélioration des connaissances sur les impacts de la PPA et identification des moyens de lutte mis en œuvre en Asie du Sud-Est : enquêtes de prévalence et d’incidence, enquêtes économiques, ateliers participatifs, etc.
2.    Développement, test et diffusion d’outils opérationnels pour mieux lutter contre la PPA : campagnes de sensibilisation et de communication.
3.    Formation des acteurs de terrain : plans de surveillance et plans de contrôle, partenariats public-privé.
4.    Formation des vétérinaires officiels aux normes sanitaires et phytosanitaires (SPS) axée sur la biosécurité : modules digitaux de formation, formations de formateurs.
5.    Formation des éleveurs de porcs : création d’une application digitale et formations dans les élevages.
6.    Renforcement des capacités de diagnostic (de la PPA et des autres maladies porcines) des laboratoires de santé animale : cartographie des besoins, formation des personnels.

Plus d’informations sur : https://www.vetagro-sup.fr/programme-big-biosecurity-in-pig-industry/

 

Partager :