Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-08-25 
Les températures élevées ont un impact à court terme sur toutes les grandes causes de décès, y compris les décès par suicide

La température est associée à la mortalité : la mortalité est accrue à court terme à la fois pour les températures les plus chaudes et pour les plus froides. Des chercheurs et chercheuses de l’Inserm, au sein de l’Institut pour l'avancée des biosciences (Inserm/Université Grenoble Alpes/CNRS) et du Centre épidémiologique des causes médicales de décès (CépiDc) de l’Inserm, ont cherché à déterminer dans quelle mesure cette relation entre température et mortalité varie en fonction de la cause médicale du décès, pour quelles causes de décès l’effet des températures chaudes est le plus important, et également s'il existe des signes d’adaptation aux températures extrêmes, question importante dans le contexte du changement climatique.
Cette nouvelle étude, s’appuyant sur l’ensemble des décès survenus en France sur une période de 49 ans, confirme la relation en U observée entre la température et la plupart des causes de décès considérées. Une exception est toutefois constatée pour la mortalité par suicide : celle-ci croît régulièrement à mesure que la température augmente, sans le risque accru aux températures froides observé pour les autres causes de décès. Par ailleurs, l’effet des températures extrêmes, chaudes comme froides, sur la mortalité toutes causes semble s’être légèrement atténué au cours de cette période, ce qui pourrait être le signe d’une meilleure adaptation de notre société. Les travaux font l’objet d’une publication dans l’American Journal of Epidemiology.


       Lire le communiqué        

 
Sources
Association of daily temperature with suicide mortality: A comparison with other causes of death and characterization of possible attenuation across five decades
Fanny Lehmann2, Pierre-Etienne Alary3, Grégoire Rey3, Rémy Slama1,2
1 Team of Environmental Epidemiology Applied to Reproduction and Respiratory Health, Inserm (National Institute of Health and Medical Research), CNRS, and Grenoble-Alpes Univ., U1209
2 Institute for Advanced Biosciences (IAB), Grenoble, France
3 Inserm, CépiDc, Epidemiology Centre on Medical Causes of Death, Le Kremlin-Bicêtre, France

American Journal of Epidemiology, juillet
DOI : https://doi.org/10.1093/aje/kwac150

 

 

Partager :