Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-09-12 
Les données présentées à l’ESMO confirment le potentiel des virus oncolytiques administrés par voie intraveineuse pour traiter les tumeurs solides

Les nouvelles données positives de l’essai de Phase I de TG6002 montrent chez tous les patients que ce virus oncolytique, administré par voie intraveineuse, est capable d’atteindre la tumeur, de s’y multiplier et d’exprimer son armement.

Transgene (Euronext Paris : TNG), société de biotechnologie qui conçoit et développe des immunothérapies reposant sur des vecteurs viraux contre les cancers, annonce de nouvelles données positives de l’essai de Phase I combinant l’administration par voie intraveineuse (IV) du virus oncolytique TG6002 et la prise orale de 5-FC chez des patients atteints de carcinomes gastro-intestinaux au stade avancé.

TG6002 est un virus oncolytique utilisant la souche virale VVcopTK-RR-, qui constitue le fondement de la plateforme Invir.IO™. Cette plateforme technologique propriétaire permet de générer de nombreux candidats virus oncolytiques multifonctionnels.

Ces nouvelles données ont été générées chez 37 patients traités aux doses les plus élevées dans l’essai de Phase I. Elles montrent que le traitement est bien toléré et confirment le mécanisme d’action de TG6002 administré par voie IV. Ces résultats ont été présentés le 11 septembre 2022 dans un poster lors de la conférence annuelle de l’European Society for Medical Oncology (ESMO), qui se tient à Paris du 9 au 13 septembre 2022.

Les résultats sont les suivants :
•    TG6002 est bien toléré dans le cadre d’administrations hebdomadaires, ou d’administrations aux jours 1,3 et 5. Aucune toxicité majeure de nature à limiter le processus d’escalade de dose n’a été observée, quel que soit le schéma d’administration. Une fièvre transitoire est l’événement indésirable le plus courant.
•    TG6002 parvient à atteindre la tumeur, à s’y répliquer, et à exprimer son armement après administration IV.
•    Le développement d’une réponse à base d’anticorps neutralisants contre le virus n’est pas associé à une baisse de l’activité biologique.
•    Ces données confirment le mécanisme d’action, chez l’homme des virus oncolytiques issus de la plateforme Invir.IO™.
•    Les deux schémas d’administration par voie intraveineuse présentent des propriétés différentes, et peuvent tous deux être exploités dans des essais cliniques à venir. Trois administrations hebdomadaires ont induit des niveaux d’expression du transgène plus élevés que le calendrier plus intensif (3 injections en 5 jours). Le schéma d’administration intensif permet une expression plus durable du transgène.

Ces résultats soutiennent le développement de l’administration par voie intraveineuse des virus oncolytiques issus d’Invir.IO™. Cette voie d’administration permettrait d’étendre l’utilisation de ces thérapies à de nombreuses tumeurs solides.

Le programme de Phase I de TG6002 vise à documenter la tolérance de TG6002 et à déterminer les doses et schémas d’administration pour la suite du développement. Des données supplémentaires seront générées dans le cadre de ce programme ; elles seront présentées lors d’un congrès scientifique au premier semestre 2023.  

•    Titre du poster : “Updated data of biodistribution and activity of oncolytic virus TG6002 after intravenous administration in patients with advanced gastrointestinal carcinomas”
•    Auteurs : Victor Moreno, Philippe Cassier, Bernard Doger, Emiliano Calvo, Maria De Miguel, Rocio Garcia-Carbonero, Carlos Gomez-Roca, Christiane Jungels, Sophie Sainte-Croix, Philippe Erbs, Alain Sadoun and Kaïdre Bendjama
•    Numéro de l’Abstract : #4886
•    Numéro du Poster : 392P

Le résumé et l’e-poster sont disponibles sur le site web du congrès de l’ESMO en cliquant ici.
L’e-poster est téléchargeable sur le site web de Transgene en cliquant ici.

 

Partager :