Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-09-29 
Développement de vaccins à ARNm en oncologie : que nous réserve l'avenir ?

En 2017, Alcimed a évoqué dans un article le potentiel des thérapeutiques à base d’ARNm dans la lutte contre le cancer et les maladies respiratoires. À l’époque, les thérapeutiques ARNm étaient encore en développement et ciblaient principalement les patients dans le domaine de l’oncologie et des maladies respiratoires. Le développement du vaccin Covid-19 a fait progresser les connaissances et les développements dans le domaine des vaccins à ARNm. Dans cet article, Alcimed aborde le statut actuel des vaccins ARNm contre le cancer et jette un éclairage sur ce que l’avenir peut apporter en oncologie.

Le statu quo sur les vaccins en oncologie
Au cours des 50 dernières années, le développement de vaccins contre le cancer a été poursuivi de manière intensive, avec un succès modéré. Il existe actuellement quatre types de vaccins contre le cancer :
1.    Les vaccins à base de cellules immunitaires
2.    Les vaccins à base de peptidesVaccins à base de vecteurs viraux
3.    Les vaccins à base d’acide nucléique (ADN/ARN).

En théorie, les vaccins anticancéreux pourraient cibler les antigènes associés à la tumeur ou spécifiques de la tumeur, puis attaquer spécifiquement les cellules tumorales. On pense que les vaccins pourraient offrir un traitement sûr, spécifique et très tolérable par rapport aux autres immunothérapies. Cependant, dans le passé, il s’est avéré difficile de développer des vaccins pour les antigènes courants du cancer ; souvent, ils n’étaient pas assez spécifiques et aucune réponse n’était observée chez les patients.

Pendant très longtemps, les vaccins à ADN ont occupé le premier rang dans le développement de vaccins pour l’oncologie, les premiers essais cliniques ayant été réalisés avec un vaccin à ADN. Cependant, au cours des dernières années, les chercheurs ont résolu certains des principaux problèmes des vaccins à ARNm (par exemple, leur grande instabilité) et ont trouvé de nouvelles technologies pour introduire l’ARNm dans les cellules, ce qui rend les vaccins beaucoup plus sûrs pour l’homme. La pandémie de COVID-19 a stimulé le développement dans ce domaine et les vaccins à ARNm ont attiré l’attention et sont proposés comme alternative aux vaccins à ADN car ils présentent certains avantages. Par exemple, le taux d’expression protéique des ARNm est plus élevé que celui des vaccins à ADN. En outre, les vaccins à ARNm ne peuvent pas s’intégrer dans la séquence du génome.

En savoir plus sur notre expérience dans le domaine de l’ARNm thérapeutique
 

 

Partager :