Retrouvez dans nos archives l'historique des actualités liées aux laboratoires et aux acteurs du monde des sciences
Gagnez du temps en utilisant le moteur de recherche ci-dessous


2022-10-11 
Université de Corse / CNRS : les savoir-faire de la forêt au coeur d'un projet de recherche

Des chercheurs de l’Université de Corse et du CNRS étudient l’espace de la forêt et les savoir-faire qui y sont rattachés, d’un point de vue transdisciplinaire. Objectif : constituer une base de données pour diffuser ces connaissances patrimoniales auprès du grand public.
    
Les représentations de la forêt ont été multiples au fil du temps : lieu de l’interdit, du péril, de l’imaginaire ou de l’inconnu… la forêt est aussi un espace patrimonial et identitaire, un refuge de traditions et de savoir-faire transmis au fil des siècles et soumis à de nombreuses mutations. Depuis plusieurs années, ce lieu complexe est au cœur d’un programme de recherche conduit par l’Université de Corse et le CNRS dans le cadre du projet Boost Cultural Competence in Corsica (B3C) du Laboratoire LISA (Lieux, Identités, eSpaces et Activités). Élaborés autour de la place accordée à la Corse dans la relation qu’elle entretient avec son environnement euro-méditerranéen, ces travaux ont pour vocation d’interroger les pratiques sociales et culturelles de la société insulaire.

Le volet « savoir-faire de la forêt » s’intéresse ainsi plus particulièrement aux gestes, à la toponymie, aux traditions et aux activités rurales liées à cet espace, d’un point de vue matériel et immatériel. « L’objectif de nos travaux est de constituer une large base de données, à partir de témoignages et d’observations des pratiques liées à la forêt, explique Tony Fogacci, professeur en anthropologie culturelle à l’Université de Corse et référent pour le volet « savoir-faire de la forêt » du projet B3C. La manière dont nous percevons cet espace a évolué au cours du temps, ainsi que le rapport social vis-à-vis de la forêt, qui a aujourd’hui un rôle plus récréatif. Notre mission est d’analyser ces phénomènes culturels pour donner des clés de compréhension. »

Les recherches actuelles portent plus précisément sur la toponymie spécifique des chasseurs, complétée par des enquêtes d’étudiants dans différentes régions de l’île, ainsi que sur la construction, les emplacements et dénominations d’anciennes charbonnières - a carbunara, en langue corse - et leur architecture symbolique. « Cette étude consiste à affiner les analyses autour de ce savoir-faire très précis, qui revêt également un aspect initiatique et symbolique, sur le plan de la transmission », développe Tony Fogacci. À travers des supports divers - ethnodocuments, témoignages oraux, cartographies, fonds toponymiques… - les chercheurs de l’Université de Corse entendent ainsi retracer les usages de cet espace patrimonial à travers une démarche transdisciplinaire. Objectif : acquérir de nouvelles connaissances sur la forêt d’hier et d’aujourd’hui, sur ceux qui la peuplent et la font vivre au quotidien.

À terme, ces travaux vont permettre d’enrichir la Médiathèque culturelle de la Corse et des Corses (M3C), la plate-forme numérique de science ouverte du laboratoire LISA. À travers des colloques, des séminaires, des publications et des expositions itinérantes, les chercheurs ambitionnent ensuite de restituer le fruit de ces recherches auprès du grand public. « Le principe consiste à vulgariser ces connaissances, avec, également, un objectif de transmission vers les nouvelles générations, pour qu’elles renouent le lien avec la nature et le patrimoine de la montagne », indique Tony Fogacci. Mais ces travaux ont également une autre vocation. L’analyse anthropologique de la forêt et des savoir-faire traditionnels liés au feu apporte aussi une contribution au projet « Feux » de l’Université de Corse (Laboratoire SPE Sciences Pour l’Environnement, Université de Corse/CNRS), un programme centré sur l’expérimentation autour des incendies, pour aider les professionnels à mieux lutter contre ces phénomènes avec des outils numériques de simulation et d’anticipation.
 

Communiqué en PDF
________________________________________
A propos de l’Università di Corsica Pasquale Paoli
Fondée en 1765 et rouverte en 1981, l’Università di Corsica Pasquale Paoli est aujourd’hui une structure de formation et de recherche résolument ancrée dans son territoire, en prise directe avec les grandes problématiques locales et internationales. Pour ouvrir la voie de la réussite, de l’insertion et de l’émancipation à ses 5 000 étudiants, l’Université de Corse s’est dotée des moyens appropriés, en termes institutionnels, avec un accès à l’autonomie parmi les toutes premières universités ; en termes scientifiques, avec une politique de recherche déclinée en 8 projets structurants et labellisés par le CNRS ; et en termes éducatifs, avec plus de 100 diplômes répartis en 4 grands domaines fondamentaux, qui incluent des formations professionnalisantes et des enseignements de pointe comme une première année de santé, ou une Ecole d’ingénieurs. Ces orientations stratégiques répondent à une volonté de faire fructifier les compétences acquises depuis près de 40 ans. C’est pourquoi l’impact territorial de l’Université de Corse est indissociable de sa lisibilité internationale, marquée par notre participation active à des réseaux de partenaires mondiaux : notre Université fait partie de l’Association de Recherche et de Coopération Euro-Méditerranée (avec Sorbonne Université, l'Université Côte d'Azur, l'Université de Toulon et les Universités de Gênes, Turin et Pise) ; elle a fondé le Réseau d’Excellence des Territoires Insulaires (RETI) qui rassemble aujourd’hui 28 universités insulaires dans le monde.

 

Partager :