2018-07-20 
Quand une bactérie intestinale aggrave le syndrome métabolique et qu’un probiotique le soulage

Obésité, diabète et autres complications métaboliques sont autant de pathologies devenues aujourd’hui des questions de santé publique sans que l’on sache complétement en expliquer la prévalence. Une équipe de chercheurs de l’Inra, de Danone, de l’AP-HP, de l’Inserm et de Sorbonne Université vient de mettre en évidence, dans une étude préclinique in vivo, que les troubles métaboliques liés à un régime alimentaire riche en graisses sont aggravés par la prolifération d’une bactérie intestinale pro-inflammatoire, Bilophila wadsworthia qui contribue à détériorer la barrière intestinale. Ces effets sont atténués par une bactérie probiotique, Lactobacillus rhamnosus CNCM I-3690. Ces résultats ouvrent la voie au développement d’approches nutritionnelles et de probiotiques qui ciblent le microbiote. Ils sont publiés le 18 juillet 2018 dans la revue Nature Communications. 

Lire l'intégralité du communiqué de presse :
http://presse.inra.fr/Communiques-de-presse/Quand-une-bacterie-intestinale-aggrave-le-syndrome-metabolique-et-qu-un-probiotique-le-soulage


Contact scientifique:
Harry Sokol, T.01 49 28 31 62, harry.sokol@aphp.fr
Institut Microbiologie de l'alimentation au service de la santé (Inra, AgroParisTech) et unité Microbiote intestinal et immunité (Sorbonne Université, Inserm, CNRS)
Département scientifique Microbiologie et chaîne alimentaire
Centre de recherche Ile-de-France - Jouy-en-Josas

Contact presse:
Inra service de presse, T. 01 42 75 91 86, presse@inra.fr

 

Top