2019-08-28 
Imcyse rapporte des résultats positifs de son étude clinique de phase 1b dans le diabète de type 1 avec IMCY-0098

IMCY-0098, l’Imotope™ à base d’insuline développé par la société, a montré un excellent profil d’innocuité et des résultats cliniques prometteurs tout en induisant des réponses immunitaires qui soutiennent le mode d’action proposé
 
Liège, Belgique, le 27 août 2019 – Imcyse, société au stade clinique développant des immunothérapies actives et spécifiques visant à traiter et guérir des maladies chroniques sévères, annonce aujourd’hui avoir finalisé avec succès son premier essai clinique de phase 1b chez des patients avec un diagnostic récent de diabète de type 1 (DT1).
 
Les résultats de l’étude ont montré un excellent profil d’innocuité, ce qui était l’objectif principal de l’essai. De plus, les premiers retours cliniques sont prometteurs et des réponses immunologiques pertinentes ont été notées, y compris la détection de cellules T dites lymphocytes CD4 cytolytiques.
 
La plateforme technologique sans équivalent d’Imcyse est basée sur des peptiques modifiés spécifiques, les Imotopes™, qui induisent la génération de lymphocytes CD4 cytolytiques. Ces lymphocytes CD4 cytolytiques sont capables d’éliminer activement et spécifiquement les cellules immunitaires qui sont impliquées dans la pathogénèse de la maladie auto-immune ciblée. Le traitement par un Imotope™ spécifique pourrait permettre l’interruption de la réponse immunitaire pathologique à l’origine du processus de destruction des cellules bêta du pancréas, sécrétrices d’insuline, et donc stopper la progression de la maladie. IMCY-0098 est le principal candidat médicament du portefeuille de recherche de la société.
 
Cette étude clinique en double aveugle contre placebo et en escalade de doses (trois doses) a concerné 41 patients jeunes adultes atteints de diabète insulinodépendant de type 1, diagnostiqués moins de six mois avant leur entrée dans l’étude. Elle a été conduite dans sept pays européens (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Lituanie, Suède et Royaume-Uni). Les patients ont reçu un total de quatre injections sous-cutanées de IMCY-0098 à raison d’une toutes les deux semaines. Les données cliniques et immunologiques ont été enregistrées à différents moments de l’essai et au total pendant six mois. Un suivi de long terme allant jusqu’à 12 mois doit être finalisé fin 2019.
 
Aucun des patients traités dans les différents groupes de doses de IMCY-0098 n’a montré de signe d’exacerbation de la maladie ou de problème majeur d’innocuité lié au traitement. L’objectif principal d’innocuité a été atteint et les résultats confortent la préparation d’un essai de phase 2 qui pourrait inclure, si besoin, une dose supérieure de IMCY-0098.
 
L’objectif secondaire de l’essai consistait à évaluer les réponses cliniques en surveillant l’activité de la maladie chez les patients. Les données comportaient notamment l’évaluation de la réduction de la diminution (c.-à.d. la « stabilisation » de la maladie) du peptide C, mesurée par un test de tolérance à un repas mixte (mixed meal tolerance test ou “MMTT”). Il n’a pas été observé de différences statistiquement significatives dans les différentes cohortes de doses, mais on a noté des tendances vers de meilleurs résultats dans les cohortes des plus fortes doses. De plus, pour la première fois, des lymphocytes CD4 cytolytiques induits par IMCY-0098 ont été détectés chez l’Homme, ainsi qu’une baisse concomitante des lymphocytes T effecteurs impliqués dans le mécanisme pathologique du DT1.
 
Bien que l’essai n’ait pas été statistiquement optimisé pour les critères d’efficacité, les données cliniques et immunologiques recueillies ont été exploitées avec la technologie à base d’intelligence artificielle KEM® de la société Ariana Pharma (Paris). Ce data mining a permis d’identifier les changements immunologiques, qui sont des indicateurs précoces des effets cliniques, pour des groupes sélectionnés de patients au sein de l’étude. Il semble possible de déterminer un biomarqueur pour sélectionner les patients recevant cette thérapie, ce qui aura un impact sur la conception des futurs essais cliniques d’Imcyse dans le DT1 et dans d’autres indications.
 
« Nous sommes ravis des résultats positifs de notre premier essai clinique chez des patients récemment diagnostiqués avec un diabète de type 1 », indique Pierre Vandepapelière, Chief Medical Officer chez Imcyse. « L’analyse détaillée réalisée en collaboration avec Ariana Pharma renforce la crédibilité de notre plateforme technologique unique. Ces résultats ouvrent la voie à de nouveaux développements cliniques du IMCY-0098 dans le diabète de type 1 et d’autres Imotopes™ pour traiter des maladies avec un besoin clinique important. » 
 
Les résultats détaillés de cet essai clinique seront présentés le 18 septembre 2019 lors du 55th Annual Meeting of the European Association for the Study of Diabetes à Barcelone, en Espagne. 
 
Cette étude a bénéficié d’un financement européen dans le cadre du programme EXALT, soutenu par le 7ème Programme Cadre de l’Union Européenne et du soutien financier de la région Wallonne (DGO6).
 
A propos du diabète de type 1
Le diabète de type 1 est une maladie qui croît de façon exponentielle dans les pays industrialisés, avec une augmentation annuelle d’environ 3%, et qui survient chez l’enfant de plus en plus jeune. Elle affecte plus de 40 millions de personnes dans le monde. Le seul traitement disponible à ce jour est le contrôle de la glycémie par de multiples injections journalières d’insuline. 
 
A propos d’Imcyse
Imcyse développe des immunothérapies actives et spécifiques visant à traiter et prévenir des maladies chroniques sévères causées par des distorsions du système immunitaire.
La société a mis au point une plateforme technologique d’immunothérapie active sans équivalent. La technologie développée permet de détruire localement les cellules immunitaires impliquées dans la destruction de l’organe ciblé par la maladie. Cette plateforme est basée sur l’administration d’Imotopes™, peptides modifiés spécifiques, qui permettent d’induire un nouveau type de cellules T dites lymphocytes CD4 cytolytiques. Grâce à cette approche qui produit des effets à long terme, la technologie d’Imcyse permet de prévenir et de lutter contre des maladies sans option thérapeutique disponible et de soigner le patient sans altérer ses défenses immunitaires.
La société a atteint le stade de preuve de concept dans plusieurs indications et a finalisé sa première étude clinique dans le diabète de type 1 dans sept pays européens. Au-delà du diabète de type 1, Imcyse est en train de développer un pipeline d’Imotopes pour le traitement de plusieurs maladies autoimmunes. 
Créée en 2010, Imcyse est une spin-off de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL). Elle est basée à Liège (Belgique).
www.imcyse.com

 

la Gazette du LABORATOIRE FRANCE
Newsletter FRANCE
la Gazette du LABORATOIRE FRANCE