2019-11-29 
L' Alliance Merck-Pfizer annonce l'extension d’AMM pour l’association Bavencio®

L’Alliance Merck-Pfizer annonce l’obtention d’une extension d’indication pour l’association Bavencio® (avélumab) + axitinib en première ligne de traitement chez les patients adultes atteints d’un carcinome à cellules rénales de stade avancé.

Cette approbation est basée sur les données de l’essai de phase III JAVELIN RENAL 101.1 Cette association est approuvée pour tous les groupes de risque pronostique IMDC (International Metastatic Renal Cell Carcinoma Database) et indépendamment de l'expression PD-L1.


Paris, le 27 novembre 2019 - Merck et Pfizer, qui ont formé une alliance stratégique mondiale en vue du développement et de la commercialisation de l’immunothérapie anti-PD-L1 Bavencio® (avélumab), annoncent l’obtention de l’extension d’indication pour Bavencio® (avélumab) en association avec axitinib dans le traitement en première ligne des patients adultes atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) au stade avancé.
« L’obtention de cette extension d’AMM marque une étape importante dans notre engagement à transformer la prise en charge des cancers. Nous sommes convaincus que l’association Bavencio® + axitinib répond à des besoins médicaux importants en première ligne pour tous les sous groupes de risque pronostique de patients atteints d’un carcinome à cellules rénales à un stade avancé», déclare le Dr Can Veldet, Directeur des Affaires Médicales France de Merck. « Cette approbation européenne d'un anti-PD-L1 dans le cadre d'un traitement combiné dans le carcinome rénal avancé illustre notre engagement à proposer des options thérapeutiques innovantes aux patients atteints de cancers, grâce à notre vaste programme d'essais cliniques JAVELIN ».
« L'approbation de Bavencio® par la Commission européenne en association avec l'axitinib offre une nouvelle option thérapeutique pour ces patients et s’inscrit dans la continuité de notre engagement, depuis plus de dix ans, auprès des patients atteints de cancer du rein » déclare Sandrine Benaroche, Directrice de la division oncologie France de Pfizer. « Nous remercions tous les chercheurs, médecins, associations de patients et leurs familles qui ont contribué à cette avancée et allons continuer à oeuvrer pour faire avancer la prise en charge de ce cancer avancé ».

Le carcinome à cellules rénales (CCR)
En 2018, environ 136 500 nouveaux diagnostics de cancers du rein ont été enregistrés en Europe et environ 54 700 décès liés à cette maladie ont été recensés2. Le CCR est la forme la plus courante de cancer du rein et représente environ 3 % de l’ensemble des cas de cancer chez l’adulte2. Environ 20 à 30 % des diagnostics initiaux de CCR sont effectués au stade avancé de la maladie et 30 % des patients diagnostiqués à un stade plus précoce finissent par développer des métastases3,4. Près de la moitié des patients vivant avec un CCR de stade avancé ne reçoivent pas de traitement ultérieur après le traitement de première ligne5,6, notamment en raison d’un score de performance faible ou
d’événements indésirables consécutifs au traitement initial5,7,8. Le taux de survie à 5 ans des patients atteints d’un CCR métastatique est de l’ordre de 12 %9.
« Environ 15 000 nouveaux cas de cancers du rein sont diagnostiqués chaque année en France», rappelle le Dr Jérôme Krulik, Directeur médical oncologie France de Pfizer. « Depuis plus de dix ans, Pfizer est l’un des leaders mondiaux dans le développement de traitements contre le cancer du rein et nous sommes heureux de pouvoir poursuivre notre engagement aux cotés de Merck avec la mise à disposition d’une nouvelle option thérapeutique pour ces patients. »
« Le RCC est la forme la plus courante de cancer du rein, représentant 90 % des diagnostics. Nous travaillons maintenant à donner accès à Bavencio® en association avec l'axitinib le plus rapidement possible aux patients atteints d'un carcinome rénal avancé. » précise le Dr Can Veldet, Directeur des Affaires Médicales France de Merck.
En mai 201910, la FDA, agence américaine du médicament, a autorisé l’utilisation de Bavencio® en association avec axitinib dans le traitement en première ligne des patients atteints d’un CCR de stade avancé.
Cette décision est basée sur les conclusions de l’étude de phase III JAVELIN Renal 101, qui a montré une prolongation significative de la médiane de survie sans progression (SSP) ainsi qu’une amélioration significative du taux de réponse objective (TRO) avec le traitement combiné Bavencio® + axitinib dans tous les sous groupes de risque pronostique, comparativement au sunitinib1.
Elle a mis en évidence une réduction significative du risque de progression de la maladie ou de décès de 31 % (HR : 0.69 [IC 95 % : 0,56-0,84; p<0,001]) et un taux de réponse objective presque doublé (TRO ; 51,4 [IC 95 %: 46,6-56,1] vs 25,7 [IC95 % : 21,7-30,0]) comparativement au sunitinib chez les patients présentant un CCR avancé, quel que soit leur statut PD-L1. L'étude comprenait des patients de tous les groupes de risque pronostique du International Metastatic Renal Cell Carcinoma Database Consortium (IMDC).

Informations concernant l’étude JAVELIN Renal 101
L’étude multicentrique et randomisée de phase III JAVELIN Renal 101 portant sur l’utilisation de Bavencio® en association avec axitinib a été menée en ouvert chez 886 patients présentant un CCR de stade avancé et non préalablement traité. Les co-critères principaux d’évaluation de l’efficacité étaient la SSP, telle qu’évaluée par un laboratoire d’analyse central indépendant (BICR) à l’aide des critères RECIST v1.1, ou la survie globale (SG) dans le traitement en première ligne de patients présentant un CCR de stade avancé avec des tumeurs surexprimant PD-L1 (niveau d’expression de PD-L1 ≥ 1 %). Dès lors que la SSP s’avérait statistiquement significative chez les patients présentant des tumeurs surexprimant PD-L1, ce paramètre était évalué chez tous les patients, indépendamment du niveau d’expression de PD-L1 ; de même pour la SG. Les critères secondaires suivants ont également été utilisés : SSP d’après l’évaluation BICR à l’aide des critères RECIST v1.1 ; SG indépendamment de l’expression de PD-L1 ; réponse objective ; temps avant réponse (TTR) ; durée de la réponse (DR) ; sécurité d’emploi. L’étude se poursuit aux fins d’évaluation de la SG, pour l’instant immature.
Les principaux effets indésirables graves de grade ≥ 3 étaient : hypertension (25.6%) ; diarrhée (6,7 %) augmentation du taux d'alanine aminotransférase (6 %) ; syndrome d'érythrodysesthésie palmo-plantaire (5.8 %) ; augmentation de l’aspartate aminotransférase (3,9 %), fatigue (3,5 %), dyspnée (3.0%), perte de poids (2,8%), asthénie (2,5%), perte d'appétit (2,1%), stomatite (1,8%) et anémie (1,6%).

Informations concernant le programme de développement clinique JAVELIN
Le programme de développement clinique d’avélumab, baptisé JAVELIN, rassemble au moins 30 programmes cliniques et plus de 10 000 patients évalués dans plus de 15 types de tumeurs différents. Outre le CCR, ces différents types de tumeurs comprennent le cancer de la tête et du cou, le carcinome à cellules de Merkel, le cancer bronchique non à petites cellules et le carcinome urothélial.

Informations concernant Bavencio® (avélumab)
Bavencio est un anticorps monoclonal humain de type immunoglobuline G1 (IgG1) dirigé contre le ligand de la protéine de mort programmée 1 (PD-L1). Bavencio se lie au PD-L1 et bloque l’interaction entre le PD-L1 et ses récepteurs, PD-1 (protéine de mort programmée 1) et B7.1. Cela conduit à la suppression des effets inhibiteurs du PD-L1 sur les lymphocytes T CD8+ cytotoxiques, rétablissant ainsi les réponses anti-tumorales des lymphocytes T.
Il a également été montré que Bavencio induisait une lyse directe des cellules tumorales par les cellules Natural Killer (NK) via la cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante des anticorps (CCDA).

À propos de l’alliance Merck-Pfizer
Pour Merck et Pfizer, limmuno-oncologie est une priorité. Grâce à l’alliance stratégique globale entre les groupes Merck et Pfizer, les deux entreprises mettent en commun leurs forces et leurs capacités pour explorer tout le potentiel thérapeutique d’avélumab, un anticorps anti–PD-L1 expérimental initialement découvert et développé par Merck. Cette alliance dans le domaine de l’immuno-oncologie permettra de développer et commercialiser conjointement avélumab. L’alliance a pour but de développer des programmes cliniques internationaux afin, en priorité, d’étudier avélumab en monothérapie et dans le cadre d'associations thérapeutiques, ainsi que d’explorer de nouvelles possibilités de traitement du cancer.

À propos de Merck :
Merck, acteur majeur dans le domaine des sciences et technologies, exerce ses activités dans les domaines de la santé, des sciences de la Vie et des matériaux de haute performance. Environ 56 000 collaborateurs oeuvrent chaque jour pour améliorer la vie et le quotidien de millions de personnes dans le monde. Du développement de technologies en matière d'édition du génome à la découverte de moyens uniques de traiter les pathologies les plus complexes, en passant par le déploiement de dispositifs connectés, la science est au coeur de tout ce que nous faisons.
Depuis plus de 350 ans, la curiosité et l’entreprenariat responsable sont au coeur des avancées technologiques et scientifiques de Merck. La famille fondatrice reste l’actionnaire majoritaire de la société mère allemande, cotée en bourse. Merck détient les droits internationaux sur le nom et la marque Merck avec, pour seules exceptions, les États-Unis et le Canada, où la société exerce ses activités sous les noms d’EMD Serono, de Millipore Sigma et d’EMD Performance Materials. Plus d’informations sur www.merck.fr

A propos de Pfizer : Des avancées qui changent la vie des patients
Chez Pfizer, nous nous appuyons sur la science et toutes nos ressources mondiales pour offrir aux patients des thérapies qui prolongent et améliorent considérablement leur vie. Nous recherchons la qualité, la sécurité et l’excellence dans la découverte, le développement et la production de nos médicaments et vaccins. Chaque jour, dans les pays développés comme dans les pays émergents, les collaborateurs de Pfizer sont engagés pour faire progresser le bien-être, la prévention et les traitements contre les maladies les plus graves de notre époque. Conformément à notre responsabilité en tant que leader des industries biopharmaceutiques, nous collaborons avec les professionnels de santé, les gouvernements et les populations locales pour soutenir et élargir l'accès à des solutions de santé fiables et abordables partout dans le monde. Depuis plus de 150 ans, nous nous efforçons de faire la différence pour tous ceux qui comptent sur nous. Pour en savoir plus sur nos engagements, vous pouvez visiter notre site internet www.pfizer.fr
 


Références
1. Motzer R, et al. Avelumab plus Axitinib versus Sunitinib for Advanced Renal Cell Carcinoma. The New England Journal of Medicine. 2019;380:1103-1115.
2. Ferlay J, Colombet M, Soerjomataram I, et al. Cancer incidence and mortality patterns in Europe: Estimates for 40 countries and 25 major cancers in 2018. Eur J Cancer. 2018;103:356-387.
3. Ljungberg B, Campbell S, Cho H. The epidemiology of renal cell carcinoma. Eur Urol. 2011;60:615-621.
4. Klatte T, Rossi SH, Stewart GD. Prognostic factors and prognostic models for renal cell carcinoma: a literature review. World J Urol. 2018;36(12):1943-1952.
5. Eggers H, Ivanyi P, Hornig M, Grünwald V. Predictive factors for second-line therapy in metastatic renal cell carcinoma: a retrospective analysis. J Kidney Cancer VHL. 2017;4(1):8-15.
6. Motzer R, et al. Nivolumab plus Ipilimumab versus Sunitinib in Advanced Renal-Cell Carcinoma. The New England Journal of Medicine. 2018;378:1277-1290.
7. Eichelberg C, Vervenne WL, De Santis M, et al. SWITCH: A randomised, sequential, open-label study to evaluate the efficacy and safety of sorafenib-sunitinib versus sunitinib-sorafenib in the treatment of metastatic renal cell cancer. Eur Urol. 2015;68;837-847.
8. Motzer RJ, Barrios CH, Kim TM, et al. Phase II randomized trial comparing sequential first-line everolimus and second-line sunitinib versus first-line sunitinib and second-line everolimus in patients with metastatic renal cell carcinoma. J Clin Oncol. 2014;32:2765-2772.
9. Ridge C, Pua B, Madoff D. Epidemiology and staging of renal cell carcinoma. Semin Intervent Radiol. 2014;31(1):3-8.
10. BAVENCIO Prescribing Information. Rockland, MA: EMD Serono Inc.; 2019.
11. Dolan DE, Gupta S. PD-1 pathway inhibitors: changing the landscape of cancer immunotherapy. Cancer Control. 2014;21(3):231-237.
12. Dahan R, Sega E, Engelhardt J, et al. FcγRs modulate the anti-tumor activity of antibodies targeting the PD-1/PD-L1 axis. Cancer Cell. 2015;28(3):285-295.
13. Boyerinas B, Jochems C, Fantini M, et al. Antibody-dependent cellular cytotoxicity activity of a novel anti-PD-L1 antibody avelumab (MSB0010718C) on human tumor cells. Cancer Immunol Res. 2015;3(10):1148-1157.
14. Kohrt HE, Houot R, Marabelle A, et al. Combination strategies to enhance antitumor ADCC. Immunotherapy. 2012;4(5):511-527.
15. Hamilton G, Rath B. Avelumab: combining immune checkpoint inhibition and antibody-dependent cytotoxicity. Expert Opin Biol Ther. 2017;17(4):515-523.

 

Partager :

la Gazette du LABORATOIRE FRANCE
Newsletter FRANCE
la Gazette du LABORATOIRE FRANCE