2017-06-28 
L’ISEN Brest travaille sur un projet de recherche visant à faciliter la communication des robots sous-marin

L’ISEN Brest travaille sur un projet de recherche visant à faciliter la communication des robots sous-marin

Enseignant-chercheur à l’ISEN Brest depuis 2015, Clément Aubry est spécialiste de la robotique sous-marine. Depuis 2010, il met en oeuvre des travaux de recherche pour travailler sur les éléments nécessaires à la localisation des robots dans le milieu sous-marin, à la communication entre ces robots, pour favoriser la collecte des informations dans les océans et l’environnement aquatique.

Le milieu marin rend difficile la collecte d’informations et la localisation


Le milieu marin est un milieu difficile d’accès et extrêmement agressif (salinité, pression, communication limitée, etc.) et les problématiques qu’il engendre sont nombreuses et complexes. Si la robotique terrestre et aérienne peut se reposer sur l’utilisation de systèmes de positionnement satellitaires (GPS, Galileo, etc.), la robotique sous-marine n’a pas accès à ces données et a donc besoin d’avoir d’autres référentiels pour se situer dans l’espace. Si de nombreuses technologies ont été développées en ce sens (perches acoustiques, bouées, etc.), toutes reposent sur l’installation desdites références. Clément Aubry travaille sur l’amélioration de la collecte d’informations et sur la localisation via la communication inter-robots sous-marin, sans utilisation d’éléments extérieurs.

« Travailler sur la communication multi-robots pour favoriser les échanges »

« L’idée de travailler sur une communication multi-robots part du principe que la communication sera ainsi facilitée et favorisera les échanges. Nous pouvons faire le parallèle avec les voitures autonomes. Lorsqu’elles seront démocratisées d’ici quelques années, elles échangeront constamment des informations entre-elles. Ce dispositif permet de faciliter la collecte des données et d’améliorer la localisation de chaque véhicule dans l’espace» témoigne Clément Aubry. Travailler sur ces dispositifs est essentiel car les enjeux sont nombreux, tant au niveau de la recherche sous-marine, que de la simple transmission d’information.

De grands enjeux pour la découverte des océans
Optimiser la communication des robots sous-marins a pour objectif de faciliter les actions d’un grand nombre d’acteurs qui officient dans ce milieu : la défense pour favoriser la détection et la suppression de mines où bombes utilisées pendant les guerres, les opérateurs de téléphonie pour l’inspection des câbles de fibre optique, et les organismes de recherche dans l’exploration des fonds marins où beaucoup d’éléments sont encore à découvrir. « Les robots sont essentiels pour la découverte de ces grands espaces sous-marin ou l’homme n’a pas accès. Dès lors, travailler sur un système de communication intra-robots a une réelle utilité pour la recherche et sur le plan technique, ainsi que pour s’affranchir de l’utilisation d’éléments extérieurs».

Clément Aubry est Enseignant-chercheur à l’ISEN Brest depuis octobre 2015 et affilié à l’équipe de recherche SEACom. Il est titulaire d’un doctorat en robotique sous-marine de l’UBO soutenu en 2014 à l’École Navale. Il dispense des enseignements en Automatique aux élèves ingénieurs de l’ISEN. Ses travaux actuels se dirigent vers la robotique multi-robots, plus particulièrement autour des problématiques de positionnement et navigation utilisant l’acoustique sous-marine comme vecteur de transmission d’informations et de localisation.

À propos de l’ISEN
Depuis 1956, l’ISEN (présent sur Brest, Lille, Toulon…) forme des ingénieurs dans les champs disciplinaires du numérique et des hautes technologies. En proposant une pédagogie originale (nombreux projets, passerelles possibles entre les cursus lors des 3 premières années, forte présence de la formation humaine et sociale dans la formation…), l’ISEN colle au plus près de la demande des entreprises locales. En 2015, le taux d’emploi 5 mois après l’obtention du diplôme était de 98%
www.isen.fr

A propos Yncréa
Yncréa est une fédération d’établissements supérieurs regroupant aujourd’hui 3 associations statutaires: Yncréa Hauts-de-France (ex groupe HEI ISA ISEN sur Lille), Yncréa Méditerranée (ex ISEN Toulon) et Yncréa Ouest (ex ISEN Brest) qui conservent leur totale indépendance et leurs diplômes. Cette fédération forme plus de 5500 étudiants. Yncréa permet à ses membres de déployer un certain nombre de projets d’envergure, comme par exemple des pratiques d’innovation pédagogique et des nouvelles filières de recrutement d’étudiants.
www.yncrea.fr

Contact Presse
Boris Pankiewicz
03 74 02 02 53
boris@oxygen-rp.com

 

Top