Retrouvez ici des interviews et témoignages sur les métiers et les spécialités des secteurs professionnels du monde du laboratoire et des sciences.


 

Portrait - le doctorant du mois : Pedro Affonso Nobrega

 Portrait - le doctorant du mois : Pedro Affonso Nobrega « Pollution industrielle et olfactive : éliminer les mauvaises odeurs grâce au plasma »


 
Première école en France par son volume de recherche contractuelle, MINES ParisTech est un acteur majeur de l’innovation. Consolider l’excellence scientifique est un enjeu stratégique pour MINES ParisTech. Son champs de discipline très large se répartit en 18 centres de recherche et est organisé autour de 5 départements scientifiques.
Pour refléter cette dynamique, MINES ParisTech vous propose de découvrir le portrait d’un doctorant de talent et son parcours, en lien avec l’Ecole et ses centres de recherche. Rencontre avec Pedro Affonso Nobrega, doctorant au sein du Centre PERSEE (Procédés, Energies Renouvelables et Systèmes Energétiques), centre de recherche MINES ParisTech basé à Sophia Antipolis (Nice).

 
Un parcours atypique entre le Brésil et la France
 
Né en 1990 à Rio de Janeiro au Brésil, Pedro Affonso Nobrega intègre, dès ses 17 ans, l’Université Fédérale de Rio de Janeiro pour se consacrer à des études d’ingénieur mécanique. Il est ensuite sélectionné sur dossier pour intégrer, à la rentrée 2010, un double diplôme d’ingénieur, en partenariat avec Centrale Paris, et passe dans ce cadre deux ans et demi à Paris. En janvier 2013, il retourne finir son cursus au Brésil et obtient son double diplôme. Mais, attiré par le pays, et pour rejoindre l’amour qu’il y a rencontré, il décide de revenir s’installer dans le sud de la France, pour démarrer sa carrière professionnelle en tant qu’analyste fonctionnel chez Altran à Sophia Antipolis. Fort de cette première expérience, Pedro décide en 2015 de revenir à sa première passion, et de se consacrer entièrement à la recherche.
 
Une thèse pour lutter contre les odeurs
 
Il choisit alors de rejoindre un centre de recherche MINES ParisTech, et rejoint l’équipe de Laurent Fulcheri, directeur de thèse et chercheur au centre de recherche PERSEE MINES ParisTech à Sophia Antipolis, qui mène des travaux de recherche sur le traitement des odeurs causées par des composés organiques volatils rejetés dans l’atmosphère. Il y débute sa thèse intitulée : « Conception et mise au point d’un réacteur plasma innovant basé sur des décharges impulsionnelles nanoseconde pour le traitement de composés organiques volatils en milieu industriel. »
 
« Certains composés organiques peuvent sentir très fort, même à de très faibles concentrations. Par exemple, les composés soufrés utilisés comme additifs dans le gaz de ville pour la détection de fuites. Les industries restent le plus souvent en-deçà des seuils d’émissions règlementaires mais les questions d’odeurs persistantes sont difficiles à régler avec les technologies traditionnelles. »
 
Les technologies traditionnelles, ce sont les trois méthodes de traitement communément répandues à ce jour, mais qui possèdent chacune des inconvénients, à savoir : les filtres à charbon actif (chers, inflammables, nécessité de les régénérer) ; les incinérateurs (technologie très énergivore, utilisation de combustibles fossiles, émissions de CO2) et les bio-filtres, qui consistent à faire passer de l’air à travers des filtres chargés de bactéries qui détruisent les molécules (un processus très long et nécessitant d’énormes volumes).
 
Le plasma, une révolution pour la dépollution industrielle ?
 
Les recherches actuelles de Pedro Affonso Nobrega sont ainsi une réelle avancée dans le domaine de la dépollution industrielle. Les molécules sont traitées par des décharges électriques qui produisent un plasma où les molécules organiques seront détruites. A ce stade des recherches, les résultats sont très encourageants, avec des réductions pouvant aller jusqu’à 99% de la concentration de COV en sortie.
 
Etudiée depuis plus d’une vingtaine d’années en laboratoire, cette technique ne trouve pourtant que peu d’applications en industrie. En cause, la présence de sous-produits potentiellement dangereux, provenant d’une destruction incomplète des molécules organiques ou des décharges électriques. Pour remédier à cela un catalyseur est utilisé après le plasma. Son objectif est de parvenir à une destruction totale.
 
Les études et premiers tests en cours permettront de déterminer les coûts de revient en conditions industrielles réelles, comme par exemple avec la société MANE, leader mondial de la parfumerie et des arômes, pour laquelle Pedro a installé un prototype au sein d’une unité pilote, dans le cadre du projet RECOVER soutenu par l’ADEME. Ce projet, qui réunit plusieurs partenaires du monde académique et de l’industrie, a pour objectif d’avancer dans la voie qui mènera le traitement de COV par plasma du laboratoire à l’application industrielle.
 
 
Pour toute précision sur les doctorats, les centres de recherche MINES ParisTech, ou pour l’organisation d’une interview avec Pedro Affonso Nobrega, merci de contacter le service de presse MINES ParisTech :
 
Agence Amalthea :
Murielle Mazau 04 26 78 27 16 mmazau@amalthea.fr / Sophie Rousset 01 76 21 67 53 srousset@amalthea.fr
 
 
 
À propos de MINES ParisTech - @MINES_ParisTech 
MINES ParisTech, membre de PSL, forme, depuis sa création en 1783, des ingénieurs de très haut niveau capables de résoudre des problèmes complexes dans des champs très variés. Tournée vers les enjeux du XXIe siècle, depuis juin 2017, l’Ecole met en œuvre son plan stratégique.
MINES ParisTech compte, en 2017, 240 enseignants chercheurs encadrant 1585 étudiants dont 524 élèves ingénieurs civils, 400 doctorants et 500 élèves en mastères spécialisés. Leader par son volume de recherche contractuelle, MINES ParisTech est un acteur de référence dans les domaines de l'énergétique, des matériaux, des mathématiques appliquées, des géosciences et des sciences économiques et sociales.
La Fondation MINES ParisTech, une des premières Fondations académiques, a été créée en 1946. MINES ParisTech a une importante activité de recherche orientée notamment vers l’industrie, avec le soutien d’ARMINES, structure dédiée à la recherche partenariale. MINES ParisTech est membre de l’Institut Carnot M.I.N.E.S

Image Description
Image Description
April 1, 2018