Retrouvez ici des interviews et témoignages sur les métiers et les spécialités des secteurs professionnels du monde du laboratoire et des sciences, 
les protocoles, astuces techniques, process et méthodes de travail mis à disposition par les professionnels du laboratoire et du monde des sciences.



« Je pars d’une page blanche pour créer des cosmétiques. »

Comment mélanger les molécules pour obtenir un shampoing en poudre ou avec une mousse plus onctueuse ? Lesquelles associer pour créer une nouvelle coloration ? Pour mettre au point un soin capillaire, Anne-Laure joue avec les théories physico-chimiques.
Après 3 ans à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique), la chercheuse a rejoint le géant des cosmétiques L’Oréal par « curiosité de la recherche appliquée ».

Expériences à la paillasse.
Anne-Laure passe le plus clair de sontemps en blouse, au laboratoire, à manipuler pipettes et fioles. Avec les chercheurs et techniciens de l’équipe de physico-chimie, elle prépare des formules avec des molécules. « C’est un peu de la cuisine contrôlée : je mélange les ingrédients en suivant des règles très précises. » Le produit est ensuite testé sur des têtes de poupées.
 « Le laboratoire, c’est la partie que je préfère car je suis très autonome.
Si le concept est prouvé, il part en recherche appliquée, puis en développement. » Chaque année, la jeune chercheuse propose deux à trois innovations.

Expertise élargie.
Le produit se révèle instable dans le temps ?
L’interaction avec le packaging se passe mal ? En tant qu’experte, Anne-Laure est sollicitée par les laboratoires du groupe pour trouver des solutions. « À la paillasse, je produis un milk-shake. Quand on doit le sortir à 5 tonnes, on peut rencontrer des soucis. » Il lui arrive d’étudier d’autres produits, comme du maquillage et des soins de peau. « C’est très enrichissant. Entre une coloration, un mascara et une crème pour le corps, les textures et molécules sont très différentes.
Chacun a ses contraintes scientifiques. »

Garante des formules.
Autre responsabilité pour Anne-Laure : passer au crible l’identité de tous les produits créés par son équipe pour caractériser les recettes du laboratoire. « J’analyse des échantillons au microscope ou texturomètre pour décrypter nos formules. »
L’intérêt ? Savoir par exemple ce que contient un produit limpide ou une crème blanche pour pouvoir les reproduire.

LIVRES
GAZETTE