Retrouvez ici des interviews et témoignages sur les métiers et les spécialités des secteurs professionnels du monde du laboratoire et des sciences.


 

INGÉNIEUR/E ENVIRONNEMENT ET RISQUES INDUSTRIELS - ONISEP

« Mon rôle : préserver la santé des salariés et des populations voisines. »

Jeune doctorante en chimie, Anne rêvait d’intégrer le CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Recrutée par le bureau d’études Néodyme pour un projet de recherche, elle a ensuite été formée au métier d’ingénieur environnement et risques industriels. Son quotidien ? Évaluer les risques pour la santé et l’environnement de l’activité de ses clients, notamment industries chimiques, nucléaires et de traitement de déchets.

Visites sur site.
Quand des ouvriers grimpent à 16 m du sol afin deremplacer une pièce dans une centrale nucléaire, la sécurité doit être maximale. Pour en avoir le coeur net, Anne se déplace souvent sur le site des industriels. Des visites de 2 semaines à 3 mois. « Je vérifie le port des harnais et les règles de sécurité. Chacun doit porter les équipements de protection adaptés. » À 35 ans, Anne anime la prévention sécurité sur des chantiers très masculins : « Il faut être pédagogue et ne brusquer personne. »
 
Évaluer le risque chimique…
Dans d’autres industries, elle dresse aussi l’inventaire complet des produits chimiques présents : solvants, peintures… « Le but ? Préserver la santé des salariés. J’évalue l’utilisation d’un produit à différents postes de travail. Comment est-il manipulé ? Combien de temps le salarié est-il exposé ? Des protections collectives comme une hotte aspirante sont-elles présentes ? » Si des risques sont repérés, Anne propose à l’entreprise des mesures de prévention.

… et l’impact sur l’environnement.
Un tiers de son temps de travail se déroule au bureau. L’étude de données, comme les rejets industriels gazeux, l’aide à cerner les risques sanitaires pour les populations alentour. « Pour calculer la dispersion atmosphérique, je me sers d’un logiciel et j’estime les courbes de concentration à distance de la source. » Des données précieuses pour l’entreprise qui doit en rendre compte aux organismes compétents.

Anne Coupeaud, ingénieure environnement et risques industriels chez Néodyme, à Lyon (69)

 

Image Description
Image Description
April 1, 2018