2017-02-20 
Création de la Chaire DIGIMU : développer la métallurgie du XXIe siècle

Paris, le 17 février 2017MINES ParisTech, première école en France par son volume de recherche contractuelle et l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) annoncent le lancement de la Chaire DIGIMU, « Développement d’un cadre Innovant et Global pour la modélisation des évolutions de MicrostrUctures intervenant lors des procédés de mise en forme des métaux ».

Dotée d’un budget de 1,23 million d’euros sur 4 ans et pilotée par le Centre de mise en forme des matériaux- MINES ParisTech, la Chaire DIGIMU vise à développer un cadre numérique permettant de modéliser la matière et les modifications de ses propriétés lors des opérations de mise en forme, pour développer, à terme, une « métallurgie numérique » adaptée aux entreprises innovantes. La Chaire DIGIMU regroupe 8 partenaires, dont 6 industriels du secteur de la métallurgie : ArcelorMittal, Areva, Ascometal, Aubert & Duval, le CEA et Safran. C’est l’une des 5 Chaires industrielles issues de « l’appel à projet » ANR 2016.

L’industrie de la métallurgie, et tout particulièrement celle des matériaux à haute technologie destinée aux entreprises du transport, de l’énergie et des infrastructures complexes, a besoin de trouver des réponses innovantes. Certaines pièces métalliques, vitales pour certains équipements, doivent être optimisées. Cela nécessite une grande connaissance de la matière, et aussi de savoir contrôler et prédire ses propriétés lors de sa mise en forme.

« L’amélioration des moyens expérimentaux facilite aujourd’hui la compréhension de phénomènes métallurgiques et par ailleurs, la simulation numérique fine et prédictive de ces mécanismes suscite un très vif intérêt scientifique et industriel » explique Marc Bernacki*, directeur et titulaire de la Chaire DIGIMU au sein du CEMEF-MINES ParisTech.

 

Vers une « métallurgie numérique »

Le développement de cette « métallurgie numérique » est au cœur de la Chaire DIGIMU avec deux objectifs majeurs  :

  • Développer un cadre numérique multi-échelle performant et adapté à ces questions,
  • Optimiser ces techniques et les valider grâce à l’expertise industrielle de la Chaire.

Concrètement, la Chaire DIGIMU va permettre de :

  • Cibler et définir plus facilement les campagnes expérimentales ;
  • Améliorer la compréhension des phénomènes observés en testant numériquement les hypothèses métallurgiques émises ;
  • Améliorer la précision des prédictions métallurgiques pour repousser toujours plus loin les domaines thermomécaniques d’utilisation des matériaux visés ;
  • Construire des modèles métallurgiques simplifiés sur mesure ;
  • Améliorer la réactivité des industriels aux nouveaux marchés.

Les développements numériques réalisés dans le cadre de la Chaire seront reversés dans le logiciel DIGIMUâ, édité par Transvalor, la filiale de valorisation des résultats de recherche d’ARMINES, structure dédiée à la recherche partenariale.

 

Valoriser les métiers de la métallurgie

Au-delà des enjeux techniques et industriels, la Chaire DIGIMU a également pour vocation d’attirer de nouveaux talents vers les métiers de la métallurgie, en combinant des sujets à la croisée entre métallurgie et simulation numérique. Le logiciel DIGIMUâ présente également un très fort potentiel en termes d’enseignement de la métallurgie.

 

La Chaire DIGIMU en bref

 

  • Durée : 4 ans (2016-2020)
  • Budget : 1,23 million d’euros
  • Financement : 50% par l’ANR, 50% par les partenaires industriels
  • 6 partenaires industriels : ArcelorMittal, Areva, Ascometal, Aubert & Duval, le CEA, Safran.
  • 1 partenaire technologique : Transvalor, éditeur du logiciel DIGIMUâ
  • 1 directeur et titulaire de Chaire : Marc Bernacki, enseignant-chercheur, Centre de mise en forme des matériaux (CEMEF-MINES ParisTech).
  • Equipe : 5 thèses, 2 postdocs, 3 stages

 

 

 

* Marc Bernacki en 4 dates :

  • 2005 -> Docteur en Mathématiques Appliquées de l’Ecole des Ponts ParisTech
  • 2008 -> Tenure track » à MINES ParisTech
  • 2015 -> Professeur à MINES ParisTech
  • 2016 -> Porte le projet de Chaire DIGIMU retenu par l’ANR

 

Contacts presse - MINES ParisTech : Agence Amalthea

Murielle Mazau – 04 26 78 27 16 – mmazau@amalthea.fr et Laurent Meggs – 01 76 21 67 54 – lmeggs@amalthea.fr

 

A propos de MINES ParisTech@MINES_ParisTech
MINES ParisTech forme, depuis sa création en 1783, des ingénieurs de très haut niveau capables de résoudre des problèmes complexes dans des champs très variés. Première école en France par son volume de recherche contractuelle, MINES ParisTech a une importante activité de recherche orientée notamment vers l’industrie, avec le soutien d’ARMINES, structure dédiée à la recherche partenariale. Ses domaines de recherche s’étendent de l'énergétique aux matériaux, en passant par les mathématiques appliquées, les géosciences et les sciences économiques et sociales.
MINES ParisTech est membre fondateur de l’université de recherche Paris Sciences et Lettres - PSL Research University, qui rassemble 25 institutions d'enseignement supérieur et de recherche prestigieuses situées au cœur de Paris et également ParisTech (10 des plus grandes écoles d'ingénieurs parisiennes). Par ailleurs, La Fondation Mines ParisTech, créée en 1946, présidée par Benoît Legait, accompagne et soutient les projets de l’Ecole. Reconnue d’utilité publique, elle est habilitée à recevoir des donations et des legs.

A propos de l’ANR@AgenceRecherche
L’ANR finance la recherche sur projets. Sur un mode d’évaluation compétitive par les pairs qui respecte les standards internationaux, elle fournit à la communauté scientifique des instruments de financement diversifiés. Depuis 2005, plus de 13 000 projets ont été financés.
Le financement sur projets favorise la créativité, le décloisonnement, les émergences et les partenariats, notamment entre secteurs public et privé. De par son activité, l'ANR contribue également à renforcer la compétitivité et l’influence de la recherche française en Europe et à l’international. Depuis 2010, elle est aussi le principal opérateur des Investissements d'Avenir dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche. Dans ce cadre, elle assure sélection, financement et suivi des projets relatifs aux centres d'excellence, à la santé, aux biotechnologies et au champ de la valorisation de la recherche.

 

Top